Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Jusqu’au 11 avril, à Paris au Cinéma Saint André des Arts

"Ils ne savaient pas que c’était une guerre !" ’’Algérie, 50 ans après..."

culture/cinéma Que reste-t-il comme souvenirs, 50 ans après, pour de jeunes "appelés" à partir en Algérie participer à une guerre qui ne disait pas son nom et à laquelle ils n’étaient pas préparés ?
S’interrogeant lui-même "Comment ai-je pu – ainsi qu’une majorité de l’opinion publique de l’époque – ne pas être sidéré devant les 30.000 morts français de cette guerre qui dure 7 ans et demi, soit plus lontemps que la deuxième guerre mondiale ?’’ , notre collègue Jean-Paul Julliand a conçu un film documentaire de 52’ (format Tv, soutenu par France 3 Rhone-Alpes ; bande annonce sur https://www.youtube.com/watch?v=FUXNk9BW7fg ) donnant la parole à une quinzaine d’habitants d’une petite commune de la Loire (Bourg-Argental) parmi la centaine de jeunes qui n’avaient pas 20 ans lorsqu’ils partirent entre 1954 et 1962 et quittèrent ce village pour effectuer 2 années de service militaire en Algérie. Marqués à vie par ce drame, la plupart avaient gardé le silence, y compris auprès de leurs proches, avant de répondre aux questions que leur pose ce film. Construit autour d’une quinzaine de questions et d’un parcours chronologique et thématique, le film propose un montage assez dynamique avec de brèves réponses alternant avec des images d’époque provenant d’archives photos de intervenants et d’extraits de films tournés en Algérie en format Super8. Une richesse de témoignages évocateurs qui s’articulent avec la sortie d’un livre éponyme, et peuvent donner lieu à diverses utilisations pédagogiques nécessitant néanmoins de solides compléments historiques (absents du film mais bien documentés dans le livre), en particulier sur l’évocation de la tentative de putsch de l’extrème-droite colonialiste s’appuyant sur un quarteron de généraux et sur le rôle joué par les appelés à divers niveaux qui en ont permis l’échec...
Philippe Laville

culture/cinéma
Depuis le 29 mars et jusqu’au 4 avril, le cinéma Saint André des Arts (Paris 6e) permet de découvrir ce film à 18h et à11h les lundi 3 et mardi 4 avril, puis jusqu’au mardi 11 avril à 11h30 à l’exception du samedi-dimanche. Programmation par ailleurs dans de nombreuses autres villes avec des débats en présence du réalisateur. Calendrier accessible sur le site bien conçu http://www.ilsnesavaientpas.com qui permet d’en savoir plus et se procurer le livre (Ed. Chronique Sociale, Lyon ; diffusion en librairies par Sofedis 14,50€) ou le DVD, conçu avec l’association "Les Amis de Bourg-Argental" (rue de la Cité – Le Châtelet, 42220 Bourg-Argental), à commander avec formulaire téléchargeable sur site, auprès d’Electron Libre Compagnie – 69240 Tupin et Semons – 06 67 41 03 71 – electronlibrecompagnie@orange.fr

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les misérables »
    Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, prend ses fonctions au sein de la brigade anti-criminalité de Montfermeil, dans le 93, un secteur réputé sensible de la banlieue parisienne. Il rencontre ses... Lire la suite (16 novembre)
  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)