La défense des droits humains

Immigration : vers une politique anti-immigrés

Lancée à la fin de l’été par le président de la République, poursuivie début octobre par un débat parlementaire à froid, et conclue par la publication d’un entretien du chef de l’État dans Valeurs actuelles, l’offensive du pouvoir contre les immigrés s’est concrétisée par l’annonce d’une série de mesures, présentées comme équilibrées.
Celles-ci, pourtant, accréditent les idées de ­l’extrême droite.
Il en est ainsi de celles relatives à la santé. Profitant des légitimes inquiétudes suscitées par la dégradation des services publics, dont témoignent les mobilisations des services d’urgence, le gouvernement entonne l’air du « tourisme sanitaire » en établissant un délai de carence de trois mois pendant lesquels les demandeurs d’asile n’auront plus droit à la protection maladie universelle, ni les migrants à l’aide médicale d’État, et en créant l’obligation d’accord préalable de la Sécu pour les actes « non urgents » (ce qui peut englober une grande partie des soins).

Logique de quotas
De même, les contrôles seront « durcis » à la fois sur l’accès à la protection sociale et sur les versements de certaines prestations, notamment l’aide aux demandeurs d’asile. Mais derrière cette offensive contre les 110 000 demandeurs d’asiles, on trouve une transformation radicale de la logique de l’immigration dite « économique » avec la mise en place de quotas, rebaptisés « objectifs chiffrés », selon les « besoins des entreprises ». En expliquant que la logique de cette mesure était de « permettre aux Français de trouver du travail », la ministre du travail a explicité la reprise du vieux slogan du Front national faisant de l’immigration la cause première du chômage.
Inutile de dire que le pendant « humanitaire » à ces mesures, à savoir la promesse – une de plus – d’accélération des procédures d’examen des demandes d’asile, ne pèse pas grand-chose, surtout que plus d’un tiers d’entre elles relève de la réglementation dite de « Dublin », c’est-à-dire séjournant en France mais demandant l’asile dans un autre pays européen. Si l’accélération de cette procédure aboutit a plus de rejet, on ne voit pas bien où se situe l’amélioration.
Une fois de plus, les plus démunis feront les frais de l’incapacité à répondre à l’urgence sociale d’un gouvernement qui ne sait que dresser les victimes de sa politique économique les uns contre les autres.

Hervé Le Fiblec

Autres articles de la rubrique La défense des droits humains

  • Pauvreté : situation alarmante à travers le monde
    La pandémie a entraîné une crise socio-économique sans précédent. L’augmentation significative du nombre de nouveaux pauvres en quelques semaines est un signe de la gravité de la crise sociale à venir.... Lire la suite (7 juillet)
  • Mobilisation E3C : surveiller et punir
    Seule réponse du ministère aux mobilisations contre les E3C : la répression. Pendant des semaines, les personnels se sont largement mobilisés contre les E3C rejetées dans la majorité des lycées. Le... Lire la suite (22 juin)
  • Soutien à François Sauterey
    François Sauterey, militant historique du SNES-FSU, dont l’engagement sans faille pour défendre les droits humains et les libertés est unanimement reconnu, a été verbalisé le 1er mai à Paris pour... Lire la suite (21 juin)
  • COVID-19 : vigilance à tous les étages
    Le gouvernement souhaite développer une application qui utilisera le traçage et la géolocalisation pour repérer les malades du Covid-19. Une démarche qui ne va pas sans poser de questions, éthiques et... Lire la suite (4 mai)
  • PROTEGER FEMMES ET ENFANTS DURANT LE CONFINEMENT !
    Le SNES s’inquiète des risques auxquels le confinement expose les femmes et les enfants victimes de violences et de la difficulté accrue qu’elles et ils auront à appeler les numéros d’urgence avec le... Lire la suite (23 mars)