Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Denis Villeneuve (France Canada)

"Incendies" Sortie en salles le 12 janvier 2011

A la mort de leur mère, le notaire de famille confie à Jeanne et Simon, les jumeaux, deux enveloppes énigmatiques qu’ils doivent remettre, l’une à leur père qu’ils croyaient mort depuis longtemps et l’autre à un frère dont ils ignoraient l’existence.
Jeanne fait immédiatement le lien entre le legs inattendu et le silence où la mère s’était enfermée au cours des semaines précédant sa mort. Et pour dissiper un mystère qui s’épaissit, elle décide de partir pour le Moyen Orient.
Simon qui, dans un premier temps s’était désintéressé des deux lettres et de leurs destinataires finit par rejoindre sa jumelle et ensemble, ils vont sillonner le pays de leurs ancêtres. Ils perceront le mystère et le passé de leur mère en réalité bien éloigné de celui qu’ils croyaient connaître.
Si le texte de la pièce phare de Wajdi Mouawab se présente comme une partition musicale, dramatique et foisonnante, en apparence difficile à adapter au cinéma, Denis Villeneuve, en s’écartant du danger mélodramatique qui menaçait la transposition, en a tiré un film d’une grande limpidité, sans jamais pour autant toucher à la puissance du récit.

Dans la pièce, le nom du pays du Moyen Orient où est sensé se dérouler l’histoire n’était pas mentionné. Il ne l’est pas plus dans le film situé dans un espace imaginaire ainsi qu’en prit le parti autrefois Costa Gavras pour "Z" et l’action d’ "Incendies" n’en est que plus encore un champ de mines historiques.
Ceci fait, Denis Villeneuve a opté pour un réalisme cru tout en conservant la connotation mythologique de la pièce. Il a réalisé pour cela un travail minutieux sur la lumière naturelle et les ombres.
Son travail a débouché sur une œuvre cinématographique d’une grande liberté tout en conservant à "Incendies" son tracé tourmenté, la singularité des destins, la géographie mouvante et une construction qui rend le récit toujours captivant.
La distribution constituée à la fois de comédiens professionnels et d’acteurs non professionnels recrutés en Jordanie, des réfugiés irakiens embauchés par la production dans le but de leur donner du travail, contribue beaucoup à la densité du récit. Le défi aura été de travailler sur les accents des différents comédiens pour en arriver à un accent arabe de la région du Golan. Et les professionnels originaires du Maghreb ont été contraints d’apprendre une autre langue pour être crédibles.
Dans "Incendies" on croise l’intime confronté aux violences des guerres, aux communautés malmenées par l’Histoire dans un tracé narratif épique traversé de massacres, d’attentats, d’égoïsme et de désespoir.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)