US Magazine 775 du 23 décembre 2017

Incontournable en SVT : l’APBG

L’Association des professeurs de biologie et géologie (APBG) tient une place centrale dans la communauté des enseignants de Sciences de la vie et de la Terre. Sous un nom délicieusement désuet se cache une association très active et appréciée, notamment en termes de formation des collègues.

L’APBG est une association professionnelle pour le développement de l’enseignement de la biologie et de la géologie en France et en Europe. Elle regroupe des professeurs enseignant les SVT en école, collège, lycée ou enseignement supérieur et désirant mettre en commun leurs expériences pédagogiques et leur documentation. Elle est également ouverte à tous ceux qui s’intéressent aux Sciences de la vie et de la Terre. Fondée en 1911, l’APBG est présente dans 29 régionales académiques et a des membres dans 27 pays étrangers.

L’APBG poursuit deux principaux objectifs : promouvoir l’enseignement des SVT tant en termes de formation citoyenne que d’avenir professionnel des étudiants, et apporter une aide pédagogique et technique aux enseignants de SVT.

Une activité de publication et de formation dynamique

Tout jeune – ou moins jeune – enseignant de SVT se souvient des bulletins de l’APBG qui ont immanquablement accompagné la préparation des concours du CAPES ou de l’agrégation.

Ce bulletin trimestriel, riche d’articles scientifiques et pédagogiques sur des thématiques très variées, et bien distribué dans les établissements, reste un point d’appui important dans la formation continue des collègues.

Cette vocation de formation continue – qui prend encore plus de sens dans un contexte de pauvreté grandissante des Plans académiques de formation – s’exprime sous plusieurs formes complémentaires : outre le bulletin, l’APBG organise un congrès annuel en juin (découverte des richesses d’une région, de ses universités, laboratoires de science fondamentale et appliquée...), des journées nationales en novembre (conférences, tables rondes, présentation de matériel, réunissant près de 500 participants) ainsi que des actions de formation en Régions.

Enfin, l’APBG propose des fiches et kits pratiques créés en coopération entre enseignants et universitaires – à découvrir sur le site de l’association.

Un autre apport crucial : l’AFPSVT
La réflexion autour de l’enseignement des SVT est aussi animée par une autre association très active, l’Association pour la formation des professeurs de Sciences de la vie et de la Terre (AFPSVT) regroupant des enseignants impliqués dans la préparation aux concours de recrutement. Celle-ci propose notamment un colloque bisannuel de deux journées, accessibles à tou–te–s, associant apports scientifiques et réflexions sur les pratiques pédagogiques.

TÉMOIGNAGE

« Un plus à notre réflexion sur l’enseignement des SVT »
Fabrice Rabat est enseignant de SVT à Lorient.

L’US Mag : Première rencontre avec l’APBG ?
Fabrice Rabat : Lors d’une suppléance en lycée fin des années 1990, le personnel de laboratoire avait édicté LE principe pour les TP : le Didier POL, livre qui présente des expériences réalisables en SVT, et les « fiches vertes » des bulletins de l’APBG avec les protocoles expérimentaux. En plus des fiches vertes, la partie Documentation permettait de garder un contact avec des études scientifiques, ainsi que la bibliographie.

L’US Mag : S’abonner dans quel but ?
F. R. : A titre personnel, dans un premier temps, puis en abonnant mon établissement, le bulletin trimestriel de l’APBG permet de poursuivre cette transmission d’informations auprès des collègues, qu’ils soient stagiaires (une découverte en général !) ou remplaçants, titulaires ou non.
Une lecture croisée de tel article ou telle présentation permet une véritable réflexion collective et peut apporter un plus à notre réflexion sur l’enseignement des SVT. Le bulletin complète parfaitement la formation continue institutionnelle (qui se réduit d’année en année), mais aussi aux journées de réflexion disciplinaires organisées par le SNES-FSU, qui sont également un moment d’échange entre collègues et de réflexion sur notre discipline.
Par ailleurs, l’APBG porte une parole qui permet d’avoir des arguments face à l’administration : défense des groupes à effectif réduit, horaires d’enseignement convenables, cadrage national dans les programmes de collège avec des repères annuels.

L’US Mag : Prochaine étape ?
F. R. : Sans doute participer aux Journées nationales de l’APBG organisées en novembre, et suivre un peu plus les activités de la Régionale de Rennes.

Rubrique réalisée par Xavier Hill

Autres articles de la rubrique US Magazine 775 du 23 décembre 2017

  • Le bac éparpillé façon puzzle
    Reçu en audience par P. Mathiot le 17 janvier sur le baccalauréat et le lycée, le SNES-FSU s’inquiète des objectifs poursuivis. Les élèves devraient construire en partie leur parcours sur la base de... Lire la suite (6 février)
  • 1er février : mobilisation dans les lycées et l’enseignement supérieur
    La FSU, FO, la CGT, SUD-Éducation, l’Unef, le SGL, l’UNL et l’UNL-SD ont publié une tribune commune exigeant l’arrêt de la réforme de l’accès à l’enseignement supérieur, appliquée avant même son adoption... Lire la suite (6 février)
  • Parcoursup, la machine à trier
    La nouvelle plate-forme d’affectation post-bac doit permettre aux élèves de saisir leurs vœux dès le 22 janvier. Elle affiche d’emblée des caractéristiques à la fois bureaucratiques, dissuasives et... Lire la suite (6 février)
  • Plan étudiants, l’épreuve du réel
    Le projet de loi relatif à « l’orientation et à la réussite des étudiants » n’est toujours pas voté mais le plan étudiants qui en découle est d’ores et déjà mis en œuvre. Adopté par les députés en décembre,... Lire la suite (6 février)
  • Education : un conseil scientifique
    Le ministre de l’Éducation nationale a installé début janvier un conseil scientifique dirigé par le professeur de psychologie cognitive, spécialiste des neurosciences, Stanislas Dehaene. Quelle... Lire la suite (6 février)