Réforme Blanquer du lycée

Bac Blanquer et E3C

Indemnités de corrections, le rabais à géométrie variable

Le ministère vient d’annoncer pour les correcteurs le déblocage de 50 euros par groupe d’épreuve commune de contrôle continu. Les modalités de la rémunération sont à l’image de tout le reste, un montage dont l’approximation fleure l’arnaque. Plutôt que d’appliquer les textes existants , le ministère préfère une indemnité au rabais tout en laissant aux chefs d’établissement le soin de déterminer son montant réel, par le jeu subtil et contraint du brassage des copies et de la constitution des paquets à corriger.

C’est un forfait sur la base de la correction d’un paquet de copie d’un "groupe d’épreuve". Il en découle un certain nombre de subtilités , en particulier quand il s’agit de définir la notion de "groupe d’épreuve".

Un forfait par "groupe d’épreuve"
On pourrait croire que le "groupe d’épreuve" correspond à une division, soit 35 élèves. Et bien, ce n’est pas forcément le cas. C’est possible mais pas obligatoire.
Le chef d’établissement aura la responsabilité de composer les groupes et donc aura la main sur le nombre de paquets et d’élèves par groupe. Si les groupes rassemblent 45 copies pour les uns et 30 copies pour d’autres, la rémunération ne changera pas. La copie pourra donc valoir un peu plus d’un euros pour les uns et presque deux euros pour d’autres.

Et la multiplicité des sujets ?
Par ailleurs, le protocole du brassage des copies ne distingue pas les sujets différents. Un enseignant peut être confronté à la correction de plusieurs sujets différents, même sur un petit nombre de copies. Le travail supplémentaire occasionné par la multiplicité des sujets n’est alors absolument pas pris en compte. Cela risque d’être un problème particulièrement sensible pour les épreuves de langues à faible diffusion et certaines spécialités abandonnées.
La question de l’enseignement scientifique n’est pas résolu car, en l’état, il n’est pas acceptable qu’un seul enseignant corrige une épreuve dont les composantes relève de plusieurs disciplines.

Qui corrige ?
Si les enseignants de Première seront obligatoirement convoqués, les autres ne sont pas exclus. Les proviseurs constituent les groupes en fonction du nombre de correcteurs ou bien, s’il y a plus de groupes que de profs, peuvent attribuer deux paquets aux enseignants de préférence (mais pas forcément) volontaires.
S’il y a problème de configuration du groupe, notamment pour respecter le principe d’anonymat des candidats, le proviseur pourra saisir le Recteur , qui nommera alors un correcteur supplémentaire.

Est-ce bien raisonnable ?
On ne saurait se satisfaire d’un tel système qui réussit à décliner l’inégalité de traitement jusque dans le détail de l’indemnité de correction.
Il n’est pas acceptable de voir ignorer les contraintes liées au travail de concertation que l’organisation locale de l’examen rend nécessaire. Il serait donc urgent de voir accorder à tous des décharges de cours pour les concertations et les corrections.
Le SNES-FSU revendique pour toutes les épreuves d’examen une indemnité revalorisée sur la base de la circulaire dont on retrouvera le détail dans l’article suivant :
Toutes les épreuves de bac doivent être indemnisées

Plus généralement, compte tenu du niveau inédit d’impréparation et du degré inégalé d’improvisation, le SNES-FSU continue de demander l’annulation de la première session d’épreuves communes de contrôle continu et la transformation de la seconde sessions en épreuves nationales.

Autres articles de la rubrique Réforme Blanquer du lycée

  • Janvier 2020, aménagements à la réforme du lycée
    Par une lettre au comité de suivi de la réforme du lycée en date du 6 janvier, J-M. Blanquer propose divers aménagements. Français : allégement, enfin ! Contraint de reconnaître le bien-fondé des... Lire la suite (10 janvier)
  • Stop aux E3C !
    Avec le Bac Blanquer, rien ne va ! On ne connait toujours pas le contenu et les attendus de l’épreuve du grand oral, pourtant présentée comme l’innovation majeure de ce nouveau bac. Quant aux épreuves... Lire la suite (4 janvier)
  • Suppression de la première session des E3C
    Contre les E3C , pour annuler la session de janvier et transformer celle de juin en épreuves terminales et nationales, signez et faites signer la pétition ! La mise en place des E3C est chaotique... Lire la suite (Décembre 2019)
  • Les lycées dans l’action !
    Continuons l’action ! Le ministre dit vouloir travailler au bien-être des personnels de l’Education nationale. Et bien , il serait plus que temps de répondre aux revendications des personnels... Lire la suite (Décembre 2019)
  • Tout change pour que rien ne change ?
    Les statistiques du Ministère viennent très clairement confirmer les analyses du SNES-FSU sur la réforme du lycée. La réforme Blanquer ne remet pas en cause les inégalités qui marquaient le lycée... Lire la suite (Novembre 2019)

Dans la rubrique Lycée et post-bac