Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Raya Martin (Philippines, France)

"Independencia" Sortie en salles le 21 avril 2010

Après Apitchatpong Weerasethakul et Brillante Mendoza, Raya Martin fait partie de la nouvelle génération de cinéastes philippins. Plus jeune qu’eux, il a tout juste 25 ans, sa filmographie extrêmement éclectique dans la durée (de 4 minutes à 5h) dans le support (film, video), le genre (fiction, expérimental), n’en est pas moins fournie.
Raya Martin travaille sur une série de films historiques situés lors des différentes époques de luttes au Philippines. Tout en mettant à jour l’histoire de son pays, il réinvente l’histoire du cinéma de l’époque.

L’action de "A short film about the Indio Nacional" se passait dans les années 1890. Les Philippines, colonisées depuis trois siècles par l’Espagne, sont sur le point de secouer le joug de l’occupant, avec la révolte des Katupineros. Le destin du personnage principal croise cette épopée historique. On le voit ainsi petit sonneur de cloches au service du puissant clergé espagnol. Puis, adolescent, rejoindre les rangs de la révolution. Adulte enfin, devenu acteur d’une troupe villageoise et interprétant une légende qui met en scène un géant pris en tenaille entre deux montagnes. Historiquement, c’était aussi le début du cinéma et le film était tourné à la façon d’ un film muet.
"Independencia", traite de la colonisation américaine au début du 20ème siècle. Une mère et son fils fuient vers la montagne à la recherche d’une vie plus sûre. Un jour, au milieu de la forêt, le fils découvre une femme violée qu’il décide de ramener chez eux, dans leur habitation improvisée. Plus tard, alors que les troupes américaines progressent, un violent orage va bouleverser leur existence.
La forme du film est très innovante par sa singularité narrative. Elle reprend l’esthétique des films de studio durant l’occupation nord américaine en même temps que le récit porte sur la résistance d’une famille à cette même époque.
A travers une jungle de pacotille, se trame une démarche de rébellion à la fois innocente et forte, une sorte de combat passif et silencieux.
"Independencia" est une œuvre rare, décalée, efficace qu’il faut voir comme un conte mais surtout comme une œuvre engagée.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Dawson City, le temps suspendu »
    C’est dans cette petite ville canadienne, à 500 kilomètres au sud du cercle polaire, que le conducteur d’une pelleteuse a mis au jour en 1978, lors de travaux pour un centre de loisirs, des boîtes... Lire la suite (2 août)
  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)