Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Sharunas Bartas (France)

"Indigène d’Eurasie" Sortie en salles le 8 décembre 2010

Génia est engagé dans différents trafics avec la mafia russe. Avant de quitter la Lituanie pour se retirer à l’ouest avec sa compagne, il effectue un déplacement en Russie pour récupérer une somme d’argent qu’on lui doit.
A Moscou, il renoue avec Sasha, une prostituée de luxe, sa maîtresse de longue date. Mais Genia, pour avoir été amené à abattre un mafieux russe et un policier, est obligé de prendre la fuite. Sasha l’accompagne dans cette échappée désespérée…
Le projet du film de Sharunas Bartas qui interprète lui-même le personnage de Génia, était de tracer un épisode de la vie d’un homme confronté à des situations extrêmes pour lesquelles aucune stratégie ne conviendrait, où seul l’instinct peut guider.
Ici les règles ordinaires de la vie ne sont plus de rigueur et il faut composer sans cesse, tracer un chemin sur le fil du rasoir, où un événement compromettant en entraîne un autre. Les actes que sont amenés à commettre Génia sont inévitables, il ne peut en faire l’économie mais ils aggravent à chaque fois la situation, le conduisant à des impasses.
La Lituanie, la Russie et la Pologne, les trois pays que traverse Génia avant de gagner la France sont des pays qui ont connu des changements radicaux ces dernières dix années et cette histoire d’un homme qui cherche son salut en répandant le sang, est le reflet du monde d’aujourd’hui entre unification et dislocation, un monde livré à des instincts primaires où une existence sûre et tranquille n’est plus assurée.
Les films qu’avait réalisés Sharunas Bartas avant "Indigène d’Eurasie" ne reposaient pas sur des scénarii construits. Leur déroulement n’était pas linéaire et ils étaient pour la plupart silencieux.

Ici, Bartas raconte une histoire et des dialogues existent même si le personnage de Génia reste souvent mutique. Cependant, il préserve une certaine liberté dans le cheminement de son récit auxquels certains plans ne sont pas assujettis . Chacun des plans constitue un tout, une unité pleine et entière, dans l’espace et dans le temps, mais il n’en nourrit pas moins de façon prenante, la progression de l’histoire.
Génia est un solitaire, un être qui agit seul et sur son seul instinct, un être "verrouillé", impénétrable auquel l’interprétation de Sharunas Bartas apporte tout son mystère et sa sourde détermination. Le film repose essentiellement sur ce personnage fascinant et charismatique.
De bout en bout, un film envoûtant.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)