Actualité théâtrale

Le Monfort Théâtre, jusqu’au 13 avril 2014, partenaire Réduc’Snes

"Infinita" Un spectacle de théâtre et masques. Création du collectif "Familie Flöz".

"Familie Flöz" est un regroupement d’artistes internationaux fondé en 1994 par Markus Michalowski, Hajo Schüler et Michael Vogel.

En 2013, à Berlin où la compagnie réside depuis 2001 et s’attache tout autant à la création qu’à l’enseignement, s’est ouvert le Studio Flöz, lieu international de production et de création pour le théâtre physique.

Les pièces créées par le collectif, telle "Infinita" , sont le fruit d’un travail créatif collectif où les acteurs sont auteurs de leurs personnages et des situations auxquelles ils les confrontent.

Le théâtre de "Familie Flöz" qui réunit tout à la fois jeu d’acteur, mime, masque, danse, musique, clown, acrobatie, magie et techniques d’improvisation est une expérience scénique unique dont on pourrait dire, pour le résumer, qu’il se situe dans la phase théâtrale qui précède le langage.

Dans "Infinita" , où les différentes techniques utilisées, toutes parfaitement maîtrisées, priment sur les sujets abordés, le masque est l’outil important du développement du personnage et du processus dramatique.

Quatre personnages récurrents traversent la vie. Depuis la petite enfance jusqu’à la vieillesse ils mettent en avant la cruauté dans les rapports humains à chacune des étapes de l’existence.

Depuis l’enfant prisonnier des barreaux de son parc à qui d’autres, plus assurés sur leurs jambes, viennent voler son jouet jusqu’aux rivalités qui opposent dans une maison de retraite trois vieillards plus ou moins valides en passant par la "peste" de grande sœur, jalouse et arrogante, le spectacle passe en revue une suite de situations allant du cocasse au pathétique.

Plus tard, le jouet du bébé aura laissé la place à d’autres objets : un transistor dont on malmène l’antenne pour le plaisir de brouiller l’écoute et de favoriser le grésillement, un "haricot" plein d’urine, un fauteuil roulant…

"Infinita" est un théâtre de masques. Totalement muet, le spectacle repose sur la gestuelle, les postures, les déplacements.

En harmonisant parfaitement l’orientation du masque avec le geste et le positionnement et la posture de l’acteur, la parole muette se fait entendre comme par magie.

Le travail des comédiens sur le corps et le travail autour du masque qui flirte avec celui du clown, du danseur, du mime et de l’acrobate est, de bout en bout, époustouflant de rigueur, de précision.

On pourrait reprocher au spectacle de n’être pas assez inventif quant aux situations porteuses qui demeurent dans une certaine banalité.

Mais ne boudons pas notre plaisir. "Infinita" est un très beau spectacle pour tous publics à partir de 8-10ans.

Le spectacle idéal à voir en famille.

Francis Dubois

Le Monfort 106 rue Brancion 75 015 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 56 08 33 88

www.lemonfort.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)