Actualité théâtrale

Le Monfort Théâtre, jusqu’au 13 avril 2014, partenaire Réduc’Snes

"Infinita" Un spectacle de théâtre et masques. Création du collectif "Familie Flöz".

"Familie Flöz" est un regroupement d’artistes internationaux fondé en 1994 par Markus Michalowski, Hajo Schüler et Michael Vogel.

En 2013, à Berlin où la compagnie réside depuis 2001 et s’attache tout autant à la création qu’à l’enseignement, s’est ouvert le Studio Flöz, lieu international de production et de création pour le théâtre physique.

Les pièces créées par le collectif, telle "Infinita" , sont le fruit d’un travail créatif collectif où les acteurs sont auteurs de leurs personnages et des situations auxquelles ils les confrontent.

Le théâtre de "Familie Flöz" qui réunit tout à la fois jeu d’acteur, mime, masque, danse, musique, clown, acrobatie, magie et techniques d’improvisation est une expérience scénique unique dont on pourrait dire, pour le résumer, qu’il se situe dans la phase théâtrale qui précède le langage.

Dans "Infinita" , où les différentes techniques utilisées, toutes parfaitement maîtrisées, priment sur les sujets abordés, le masque est l’outil important du développement du personnage et du processus dramatique.

Quatre personnages récurrents traversent la vie. Depuis la petite enfance jusqu’à la vieillesse ils mettent en avant la cruauté dans les rapports humains à chacune des étapes de l’existence.

Depuis l’enfant prisonnier des barreaux de son parc à qui d’autres, plus assurés sur leurs jambes, viennent voler son jouet jusqu’aux rivalités qui opposent dans une maison de retraite trois vieillards plus ou moins valides en passant par la "peste" de grande sœur, jalouse et arrogante, le spectacle passe en revue une suite de situations allant du cocasse au pathétique.

Plus tard, le jouet du bébé aura laissé la place à d’autres objets : un transistor dont on malmène l’antenne pour le plaisir de brouiller l’écoute et de favoriser le grésillement, un "haricot" plein d’urine, un fauteuil roulant…

"Infinita" est un théâtre de masques. Totalement muet, le spectacle repose sur la gestuelle, les postures, les déplacements.

En harmonisant parfaitement l’orientation du masque avec le geste et le positionnement et la posture de l’acteur, la parole muette se fait entendre comme par magie.

Le travail des comédiens sur le corps et le travail autour du masque qui flirte avec celui du clown, du danseur, du mime et de l’acrobate est, de bout en bout, époustouflant de rigueur, de précision.

On pourrait reprocher au spectacle de n’être pas assez inventif quant aux situations porteuses qui demeurent dans une certaine banalité.

Mais ne boudons pas notre plaisir. "Infinita" est un très beau spectacle pour tous publics à partir de 8-10ans.

Le spectacle idéal à voir en famille.

Francis Dubois

Le Monfort 106 rue Brancion 75 015 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 56 08 33 88

www.lemonfort.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La 7è vie de Patti Smith »
    Dans la banlieue de Marseille en 1976, une jeune adolescente au corps androgyne, timide et mal dans sa peau, entend lors d’une soirée entre amis un disque avec la voix de Patti Smith et son cri... Lire la suite (20 février)
  • « Les grands rôles »
    On entend une démarche boiteuse et un acteur arrive en traînant une chaise qui fait le bruit de sa canne. Le monologue de Richard III démarre et le rire aussi quand un acteur échappé de Lucrèce... Lire la suite (19 février)
  • « Fanny et Alexandre »
    Les spectateurs finissent de s’installer dans la salle Richelieu et Denis Podalydès s’avance au bord du plateau, vêtu d’un long manteau de scène, pour leur rappeler d’éteindre leurs téléphones... Lire la suite (18 février)
  • « La conférence des oiseaux »
    Il y a quarante ans Jean-Claude Carrière adaptait pour Peter Brook l’un des plus célèbres contes soufi du Persan Farid Uddin Attar (1142-1220). La conférence des oiseaux raconte comment, encouragés... Lire la suite (14 février)
  • « Premier amour »
    Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et... Lire la suite (7 février)