Actualité théâtrale

Théâtre du Rond-Point Jusqu’au 12 mars 2017

« Interview » Conception et mise en scène Nicolas Truong.

Quel est le secret d’une bonne interview ? L’interviewer pose-t-il sa question pour entendre la réponse qu’il attend. Ou bien, au contraire est-il dans l’attente d’une réponse qui va le surprendre..

Sur le plateau blanc et dénudé de la salle Jean Tardieu du Théâtre du Rond-Point, Nicolas Bouchaud et Judith Henry, en toute complicité, explorent la matière singulière de l’entretien.

Pour cela, avec Nicolas Trong, ils sont allés interviewer des interviewers professionnels comme la journaliste Florence Aubenas, l’écrivain Jean Hartzfeld, le sociologue Edgar Morin ou encore les cinéastes Raymond Depardon et Claudine Nougaret.

Ils ont ajouté des extraits de quelques interviews célèbres comme celle de Marguerite Duras ou celle de Michel Foucault qui acceptait de se prêter au jeu de l’interview qu’à la condition d’apparaître incognito avec perruque et derrière des lunettes de soleil.

Pour Edgar Morin, réussir une interview c’est atteindre à ce que dans le flamenco, on appelle « le duende » le moment où le chanteur entre dans un état second. Pour Florence Aubenas, les meilleures interviewers sont les enfants car ils posent des questions pour obtenir des réponses. Pour Max Frisch, il existe un « art de la question ». Raymond Depardon lui, ne pose presque pas de questions mais préfère attendre dans un coin, comme en embuscade pour « dégager l’écoute ».

Théâtre : Interview

La mise en scène même de Nicolas Trong et le jeu « enjoué » jusqu’à l’espièglerie des deux comédiens indiquent que l’interview est une mise en scène, un théâtre, une piste de danse où s’affrontent deux subjectivités.

C’est un divan contemporain. C’est le lieu de la déférence de la flatterie ou celui de l’espace de la dénonciation, des aveux, de l’humiliation.

Certaines interviews sont restées gravées dans les mémoires, ont traversé le temps, sont devenues des références en la matière : les aveux de l’ancien président Nixon sur le Watergate, l’interview posthume du philosophe Heidegger sur son engagement nazi, le faux-entretien de Patrick Poivre d’Arvor avec Fidel Castro, les entretiens de Michel Polac ou ceux de Bernard Pivot....

Le spectacle commence avec Edgar Morin et, à propos de «  Chronique d’un été » de Jean Rouch avec la question « êtes vous heureux ? ». Il s’achève avec la même question presque six décennies plus tard que pose implicitement Raymond Depardon dans son film « Les habitants ».

La construction est fluide, l’atmosphère est plutôt à la comédie. Parfois un peu fouillis mais sympathique. On rit pas mal. On se souvient. C’est agréable à voir et à écouter.

Francis Dubois

Théâtre Du Rond-Point. 2, bis Avenue Franklin Roosevelt 75 008 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Providence »
    Lorsque les tours jumelles se sont effondrées le 11 septembre 2001 à New-York, il y a eu des milliers de morts, mais aussi plusieurs dizaines de disparus dont on n’a jamais retrouvé nulle trace. On... Lire la suite (13 avril)
  • « Suzanne »
    Paul se marie avec Louise, sous le bruit de la canonnade, à la veille de partir à la guerre en 1914. En 1915 il déserte, revient chez lui et, avec l’aide de Louise, se travestit en femme pour... Lire la suite (11 avril)
  • « Qui suis-je ? »
    Vincent est en Troisième. Il a quatorze ans et demi, se trouve un physique d’endive, est intelligent et bon élève, mais nul en sport, ce qui lui vaut les sarcasmes du prof de gym et des autres... Lire la suite (8 avril)
  • « Madame Marguerite »
    Curieuse institutrice que cette Madame Marguerite, qui insiste sur son nom, l’écrit au tableau tout comme un certain nombre de sentences sur la vie, la mort, le sexe pour qu’elles s’inscrivent dans... Lire la suite (6 avril)
  • « Tous mes rêves partent de Gare d’Austerlitz »
    Dans une Maison d’arrêt de femmes, des prisonnières se retrouvent à la bibliothèque. Elles y évoquent leur quotidien, leur travail, leurs amours, leur enfance ou leurs rêves. Le soir de Noël elles ont... Lire la suite (4 avril)