Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

"Intrusions" un film d’Emmanuel Bourdieu (sortie en sept. 2008)

Pauline Le Saché, une riche héritière, se voit obligée par son père d’épouser François dont elle attend un enfant. Mais au bout de quelques semaines, François annonce à Pauline sa décision de divorcer. Pauline encaisse mal la nouvelle. Elle menace son mari de mort, propos qui n’échappent pas à Alexis, un ouvrier qui travaille à la restauration de la maison des Le Saché. Peu de temps après, François meurt dans un accident de voiture. Alexis confie à Pauline qu’il n’a fait qu’exécuter ses vœux. Or, François était l’amant de la femme d’Alexis…
Emmanuel Bourdieu a voulu cette fois greffer sur ses façons de réalisateur dandy qui ont totalement convenu à au moins deux de ses films précédents –"Candidature" et "Les amitiés maléfiques"- une histoire policière assez convenue. Il a sans doute même un peu lorgné du côté de chez Hitchcock avec une héroïne blonde et lisse, un maître chanteur énigmatique…
Visiblement le sujet l’encombre et, comme il le traite dans un style plutôt académique, il s’offre pour casser une narration sans grand relief, un dérapage scénaristique qui, en soi, est plein de qualités et d’originalité mais qui, mal articulé et, durant le temps qu’on s’en étonne, manque un peu sa cible. Pourtant l’exercice de style est savoureux derrière une Amira Casar en très grande forme dans le rôle de la bonne, peut-être aussi demi-sœur de l’héroïne.
L’histoire est venimeuse. Les personnages sont de terribles prédateurs. André Le Saché étouffe sa fille dont l’existence est minée par Alexis, François rend insupportable celle d’Alexis. Tout comme Alexis empoisonne celle de sa femme, Muriel. Et le meilleur du film est dans l’opacité de certains personnages, dans les agissements feutrés, dans le fait qu’ils sont chacun, à la fois victime et bourreau.
Faut-il prendre la mascarade finale qui réunit de façon très théâtrale tous les personnages de l’histoire, avec l’interversion des rôles, comme le signe de la folie de Pauline, comme la réalité ou comme une pirouette de narration ?
En tous cas, ce qui reste certain, c’est qu’Emmanuel Bourdieu occupe une place bien à part dans le paysage du cinéma français et que, malgré quelques défauts, son film fourmille de qualités comme cette distribution remarquable que dominent Jacques Weber et Amira Casar.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « L’âcre parfum des immortelles »
    Avec en toile de fond le souvenir toujours vif d’une passion amoureuse vécue à l’époque de mai 1968, Jean-Pierre Thorn remonte le fil du temps pour faire revivre les épisodes rebelles qui ont occupé... Lire la suite (22 octobre)
  • « Sorry we missed you »
    Ricky est un bosseur. Il est motivé par le souci d’apporter le meilleur confort possible à sa famille, sa femme aide-à-domicile dévouée aux personnes âgées qu’elle assiste et ses deux enfants, la sage et... Lire la suite (21 octobre)
  • « 5 est le numéro parfait »
    Pepino lo Cicero est un homme vieillissant. Ex tueur à gages de la Camorra, il a passé le relais à son fils qui gravit les échelons du crime organisé. Mais le jeune homme est froidement assassiné au... Lire la suite (20 octobre)
  • « Au bout du monde »
    Yoko, une très jeune femme, est reporter pour une émission de télévision très populaire au Japon. Ses recherches, en vue de prochaines tournages, l’amènent en Ouzbekistan où elle ne trouve pas de... Lire la suite (19 octobre)
  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)