Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

"Intrusions" un film d’Emmanuel Bourdieu (sortie en sept. 2008)

Pauline Le Saché, une riche héritière, se voit obligée par son père d’épouser François dont elle attend un enfant. Mais au bout de quelques semaines, François annonce à Pauline sa décision de divorcer. Pauline encaisse mal la nouvelle. Elle menace son mari de mort, propos qui n’échappent pas à Alexis, un ouvrier qui travaille à la restauration de la maison des Le Saché. Peu de temps après, François meurt dans un accident de voiture. Alexis confie à Pauline qu’il n’a fait qu’exécuter ses vœux. Or, François était l’amant de la femme d’Alexis…
Emmanuel Bourdieu a voulu cette fois greffer sur ses façons de réalisateur dandy qui ont totalement convenu à au moins deux de ses films précédents –"Candidature" et "Les amitiés maléfiques"- une histoire policière assez convenue. Il a sans doute même un peu lorgné du côté de chez Hitchcock avec une héroïne blonde et lisse, un maître chanteur énigmatique…
Visiblement le sujet l’encombre et, comme il le traite dans un style plutôt académique, il s’offre pour casser une narration sans grand relief, un dérapage scénaristique qui, en soi, est plein de qualités et d’originalité mais qui, mal articulé et, durant le temps qu’on s’en étonne, manque un peu sa cible. Pourtant l’exercice de style est savoureux derrière une Amira Casar en très grande forme dans le rôle de la bonne, peut-être aussi demi-sœur de l’héroïne.
L’histoire est venimeuse. Les personnages sont de terribles prédateurs. André Le Saché étouffe sa fille dont l’existence est minée par Alexis, François rend insupportable celle d’Alexis. Tout comme Alexis empoisonne celle de sa femme, Muriel. Et le meilleur du film est dans l’opacité de certains personnages, dans les agissements feutrés, dans le fait qu’ils sont chacun, à la fois victime et bourreau.
Faut-il prendre la mascarade finale qui réunit de façon très théâtrale tous les personnages de l’histoire, avec l’interversion des rôles, comme le signe de la folie de Pauline, comme la réalité ou comme une pirouette de narration ?
En tous cas, ce qui reste certain, c’est qu’Emmanuel Bourdieu occupe une place bien à part dans le paysage du cinéma français et que, malgré quelques défauts, son film fourmille de qualités comme cette distribution remarquable que dominent Jacques Weber et Amira Casar.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)
  • « Trois étés »
    Chaque année, Edgar et Marta qui appartiennent à la classe de la finance du Brésil organisent une grande fête dans la luxueuse résidence d’été qu’ils possèdent près de Rio de Janeiro. La réception est... Lire la suite (9 mars)
  • « La bonne épouse »
    Paulette Van Der Beck est la directrice d’une institution pour jeunes filles dont l’enseignement se résume à faire d’elles de futures parfaites épouses et maîtresses de maison. Ce genre d’établissement... Lire la suite (9 mars)