Actualité théâtrale

Théâtre Nanterre Amandiers, jusqu’au 17 avril

"Invasion !" Texte de Jonas Hassen Khemiri. Mise en scène de Michel Didym

"Invasion !" c’est un peu l’histoire du furet de la chanson. Il court, il court, on l’a vu passer par ici, puis par là, une course derrière une chose dont on ne sait même pas si elle existe ou si elle existe, ce qu’elle est exactement.
On découvrira que cette chose est un homme et que cet homme a un nom, Abulkasem (prononcer Aboulkasem) et qu’il a débarqué autrefois sur les côtes de Sardaigne sous les traits d’un corsaire, mais une autre séquence évoquera un personnage des Mille et Une Nuits. Ce nom traversera les époques sous différentes apparences et cristallisera autour de lui tous les fantasmes de terreur pour conduire le récit jusqu’à nos jours, en Suède, avec l’arrestation d’un prétendu terroriste.
Joans Hassen Khemiri, auteur suédois, peut-être parce qu’il est né d’un père tunisien et d’une mère suédoise, place au cœur de son récit, des personnages d’étrangers immigrés dont les histoires s’entrecroisent pour mettre en évidence la richesse qui peut naître de la multiplicité des appartenances et des identités culturelles et cultuelles. Mais il insiste tout autant sur les malentendus et sur les clichés qui font obstacle aux bonnes relations entre les différentes communautés en Suède et qui entretiennent un climat de méfiance et de suspicion entre l’Occident et le Monde musulman en ce début de 21ème siècle. On trouvera évidemment maintes parentés avec les peurs entretenues dans notre propre pays, les politiques sécuritaires et de rejet des étrangers…
Dans une démarche dramaturgique qui rappelle le théâtre épique de Brecht et rejoint paradoxalement, par certains côté l’univers de Fassbinder, "Invasion !" joue à la fois sur une choralité et sur un jeu qui s’établit avec le public, évoquant simultanément le fonctionnement des médias et de certains jeux télévisés.

© Eric Didym

Quatre comédiens interprètent avec un grand talent, et des transformations extrêmement rapides, les seize rôles que comporte la pièce. Parmi les moments particulièrement savoureux, dans le prolongement de l’évocation par deux élèves de la situation scolaire initialement mise en scène (la venue d’une classe au théâtre pour voir une pièce très classique par obligation, et ses réactions), leur présentation imagée de l’évolution du sens du mot "Abulkacem" devenue expression évoluant au fil des situations, suggérant à la fois le pouvoir des mots, les glissements sémantiques de la vie d’une langue, les récupérations idéologiques possibles… tout ceci avec beaucoup d’humour.
Francis Dubois, Philippe Laville

Théâtre Nanterre Amandiers
7 avenue Pablo Picasso
92 022 Nanterre Cedex
du mardi au samedi à 21h – dimanche à 16h - rencontre à l’issue de la représentation du dimanche 11 avril
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 00
www.nanterre-amandiers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La 7è vie de Patti Smith »
    Dans la banlieue de Marseille en 1976, une jeune adolescente au corps androgyne, timide et mal dans sa peau, entend lors d’une soirée entre amis un disque avec la voix de Patti Smith et son cri... Lire la suite (20 février)
  • « Les grands rôles »
    On entend une démarche boiteuse et un acteur arrive en traînant une chaise qui fait le bruit de sa canne. Le monologue de Richard III démarre et le rire aussi quand un acteur échappé de Lucrèce... Lire la suite (19 février)
  • « Fanny et Alexandre »
    Les spectateurs finissent de s’installer dans la salle Richelieu et Denis Podalydès s’avance au bord du plateau, vêtu d’un long manteau de scène, pour leur rappeler d’éteindre leurs téléphones... Lire la suite (18 février)
  • « La conférence des oiseaux »
    Il y a quarante ans Jean-Claude Carrière adaptait pour Peter Brook l’un des plus célèbres contes soufi du Persan Farid Uddin Attar (1142-1220). La conférence des oiseaux raconte comment, encouragés... Lire la suite (14 février)
  • « Premier amour »
    Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et... Lire la suite (7 février)