Actualité théâtrale

Théâtre Nanterre Amandiers, jusqu’au 17 avril

"Invasion !" Texte de Jonas Hassen Khemiri. Mise en scène de Michel Didym

"Invasion !" c’est un peu l’histoire du furet de la chanson. Il court, il court, on l’a vu passer par ici, puis par là, une course derrière une chose dont on ne sait même pas si elle existe ou si elle existe, ce qu’elle est exactement.
On découvrira que cette chose est un homme et que cet homme a un nom, Abulkasem (prononcer Aboulkasem) et qu’il a débarqué autrefois sur les côtes de Sardaigne sous les traits d’un corsaire, mais une autre séquence évoquera un personnage des Mille et Une Nuits. Ce nom traversera les époques sous différentes apparences et cristallisera autour de lui tous les fantasmes de terreur pour conduire le récit jusqu’à nos jours, en Suède, avec l’arrestation d’un prétendu terroriste.
Joans Hassen Khemiri, auteur suédois, peut-être parce qu’il est né d’un père tunisien et d’une mère suédoise, place au cœur de son récit, des personnages d’étrangers immigrés dont les histoires s’entrecroisent pour mettre en évidence la richesse qui peut naître de la multiplicité des appartenances et des identités culturelles et cultuelles. Mais il insiste tout autant sur les malentendus et sur les clichés qui font obstacle aux bonnes relations entre les différentes communautés en Suède et qui entretiennent un climat de méfiance et de suspicion entre l’Occident et le Monde musulman en ce début de 21ème siècle. On trouvera évidemment maintes parentés avec les peurs entretenues dans notre propre pays, les politiques sécuritaires et de rejet des étrangers…
Dans une démarche dramaturgique qui rappelle le théâtre épique de Brecht et rejoint paradoxalement, par certains côté l’univers de Fassbinder, "Invasion !" joue à la fois sur une choralité et sur un jeu qui s’établit avec le public, évoquant simultanément le fonctionnement des médias et de certains jeux télévisés.

© Eric Didym

Quatre comédiens interprètent avec un grand talent, et des transformations extrêmement rapides, les seize rôles que comporte la pièce. Parmi les moments particulièrement savoureux, dans le prolongement de l’évocation par deux élèves de la situation scolaire initialement mise en scène (la venue d’une classe au théâtre pour voir une pièce très classique par obligation, et ses réactions), leur présentation imagée de l’évolution du sens du mot "Abulkacem" devenue expression évoluant au fil des situations, suggérant à la fois le pouvoir des mots, les glissements sémantiques de la vie d’une langue, les récupérations idéologiques possibles… tout ceci avec beaucoup d’humour.
Francis Dubois, Philippe Laville

Théâtre Nanterre Amandiers
7 avenue Pablo Picasso
92 022 Nanterre Cedex
du mardi au samedi à 21h – dimanche à 16h - rencontre à l’issue de la représentation du dimanche 11 avril
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 00
www.nanterre-amandiers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)