Actualité théâtrale

Au Théâtre Nanterre-Amandiers

"Ismène", "Les Possédés" jusqu’au 13 décembre

En cette fin novembre, la programmation du Théâtre Nanterre Amandiers témoigne de l’heureux éclectisme et de la richesse de la programmation de ce lieu. Alors que se poursuivent jusqu’au 13 décembre, les représentations de la "Médée" imaginée par Max Rouquette et mise en scène par J.L.Martinelli dans les Ateliers, ont commencé celles d’"Ismène" dans la salle transformable et celles de"Les Possédés" en grande salle.

"Ismène", le texte de Yannis Ritsos, raconte dans un long monologue au frontières de la folie, une Ismène intemporelle plongée dans le passé. Alors qu’à travers les jardins du Palais, elle erre dans une nudité qui la renvoie à son innocence, le corps recouvert d’une pellicule d’argile, les pieds dans l’eau, elle décline entre texte et chants, proches des mélodies enfantines, une partition "acrobatique"et virtuose.
Ismène, la petite sœur d’Antigone, figure plus développée chez Anouilh qu’elle ne l’est chez Sophocle est un personnage rationnel, humain et sensuel qui contraste avec la détermination et la soif d’absolu d’Antigone. Pacifiste et fataliste, elle n’éprouve aucun besoin de s’engager dans un combat qu’elle juge inutile. Plus philosophe, elle s’interroge sur l’existence alors qu’Antigone est aveuglée par le présent et par l’action.
Marianne Pousseur donne le texte poétique et dense de Yannis Ritsos, et la musique vocale de Georges Aperghis, avec à la fois fluidité et rythme, saisie, coloriée, irisée par les éclairages féeriques de Enrico Bagnoli jouant sur les reflets et mouvements de l’eau.
Ce spectacle à la fois merveilleux et dérangeant transporte dans des univers contrastés qui pourraient s’apparenter autant à ceux d’Ibsen qu’à ceux de Lewis Carol.

"Les Possédés". Deux titres désignent le même ouvrage de Fédor Dostoïevki : "Les possédés" et "Les démons". "Les démons", le titre russe, fait référence au passage de l’évangile de Luc où Jésus autorise les démons qu’il vient de chasser du corps d’un possédé du diable à trouver place dans un troupeau de porcs . "Possédés" fait référence à l’idéologie maléfique et destructrice fondée sur l’athéisme et le socialisme, idées nihilistes par lesquelles l’homme pourrait donner corps à une société sans la croyance en Dieu.
L’histoire foisonnante et passionnée retrace le cheminement d’hommes et de femmes qui, comme possédés, courent à la mort ou à leur perte. Une vaste fresque sociale qui, dans la Russie tsariste va mêler dans le même élan narratif, microcosmes familiaux et amoureux, révoltes, conspirations politiques, scandales et chassés-croisés de sentiments entre pères, mères fils et filles, amants et amis.
Chantal Morel nous entraîne avec son adaptation des "Possédés" dans un tourbillon qui subjugue et enchante porté par un groupe de comédiens formidables. Avec sa mise en scène, elle offre au spectateur, une belle et rare aventure théâtrale…
Francis Dubois

Théâtre Nanterre-Amandiers
7 Avenue Pablo Picasso - 92 000 Nanterre.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 03
www.nanterre-amandiers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)