Actualité théâtrale

au Théâtre Nanterre-Amandiers, jusqu’au 12 février 2011

"Ithaque" d’après "Les chants du retour d’Ulysse" de Botho Strauss. Mise en scène Jean-Louis Martinelli

L’Odyssée est un des textes fondateurs qui a souvent servi et sert encore souvent de matrice à des fictions contemporaines. Botho Strauss, dans son travail d’écriture avec "Ithaque", est sans cesse passé du monde d’Homère à celui d’aujourd’hui.
"Ithaque" est l’histoire de retour du plus humain des héros grecs, homme prudent et malin condamné à un retour sans fin. C’est aussi l’histoire de Pénélope, la fidèle qui, pendant les années d’attente, a su résister à l’arrogance et aux assauts des prétendants.
Le texte de Botho Strauss joue à rendre compatibles les règles du théâtre grec avec le monde contemporain et les comportements de l’homme d’aujourd’hui.
Jean-Louis Martinelli se l’est tenu pour dit et il a calqué sa mise en scène sur les allées et venues de l’auteur, entre un univers et l’autre. Le premier regard sur le décor donne à voir un mélange des deux avec un espace de colonnes, un escalier monumental d’une part, et un espace de béton ou un mobilier résolument contemporain de l’autre…

Crédit photo_ Pascal Victor

Il en est de même des costumes où l’on passe de l’iconographie de la Grèce antique aux signes du vestimentaire moderne allant parfois jusqu’à l’excès, flirtant avec la facilité, avec des personnages portant lunettes Ray-ban, jean ajustés, allant dans leur comportement et leur gestuelle jusqu’à des débordements de mauvais goût.
Le respect dont Jean-Louis Martinelli fait preuve face aux indications contenues dans le texte de Botho Strauss, au lieu de provoquer une vraie cohérence, produit un phénomène redondant, comme un double usage et le résultat de l’ensemble s’en trouve un peu affaibli.
Le reste souffre d’un effet de cascade et Charles Berling, qui joue Ulysse dans ce qu’il a de plus humain, nous a semblé un peu paresseux, nonchalant, même s’il fait montre ici ou là d’inventivité et trouve parfois une vraie veine de jeu.
Ronit Elkabetz a une démarche altière et le beau visage d’une tragédienne…
Il faudra peut-être quelques représentations de plus pour que les qualités de la mise en scène de Jean-Louis Martinelli prennent le pas sur les tâtonnements qui nuançaient le plaisir, le soir de la première publique.
Francis Dubois

Théâtre Nanterre-Amandiers
7 avenue Pablo-Picasso
92 022 Nanterre Cedex
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 14 70 00
www.nanterre.amandiers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Eau chaude à tous les étages »
    1955. Quatre jeunes employées de l’Hôtel Moderne s’affairent - gentiment car le patron est absent - à tout mettre en ordre, car le lendemain va commencer l’affluence avec la semaine des Arts ménagers.... Lire la suite (21 mai)
  • « La rose et la hache »
    La mise en scène par Georges Lavaudant en 1979 de cette adaptation, écrite par Carmelo Bene du Richard III de Shakespeare, fut tout de suite très remarquée. Ovationnée ensuite au Festival d’Avignon en... Lire la suite (20 mai)
  • « Folie »
    Dans cette douce et impertinente dinguerie, on croise une fille qui parle avec amour à un artichaut et, la vie étant incompréhensible, lui annonce qu’elle va le manger, une autre qui n’est pas... Lire la suite (19 mai)
  • « Un ennemi du peuple »
    Tomas Stockmann a créé avec son frère un établissement de cure qui rend la ville, dont ce dernier est le préfet, prospère. Tomas est le médecin de l’établissement, mais il vient de se rendre compte que... Lire la suite (16 mai)
  • « Tchekhov à la folie »
    En 1887 la première pièce de Tchekhov, Ivanov est un échec. Il compose alors une courte comédie, qu’il appelle lui-même « une plaisanterie », L’ours . Le gros succès de cette pièce servira de tremplin... Lire la suite (15 mai)