Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Roman Polanski (France)

« J’accuse » Sortie en salles le 13 novembre 2019.

Au cours des douze années qu’elle dura, l’affaire Dreyfus va avoir l’effet d’un véritable séisme historique mêlant le déni de justice et l’antisémitisme à l’erreur judiciaire.

Roman Polanski place l’histoire d’Alfred Dreyfus du point de vue du Colonel Piquard qui, nommé à la tête des services du contre-espionnage et en dépit d’un antisémitisme modéré mais animé d’un respect profond de justice, découvre que les preuves accumulées contre le Capitaine Dreyfus avaient été fabriquées de toutes pièces .

Dès ce moment, cet homme intègre, même si son engagement risque de mettre en péril sa carrière et sa vie personnelle, n’aura de cesse de retrouver les comploteurs et de réhabiliter Dreyfus.

Le projet de réaliser un film sur l’affaire Dreyfus remonte sans doute pour Roman Polanski à des décennies. Le déclic se produit au moment où il découvre le film américain de William Dieterle «  La vie d’ Emile Zola  » tourné en 1937.

Le film de William Dieterle et la révélation de l’affaire Dreyfus vont poursuivre Roman Polanski jusqu’à ce que se concrétise le projet en 2018 et que débute enfin le tournage de «  J’accuse  ».

Cinéma : J'accuse

Roman Polanski est, selon ses propres dires, toujours très préoccupé par le souci de voir le film qu’il réalise, une fois terminé, ressembler à l’idée qu’il s’en était fait au début du projet, entretenue plus tard au cours des différentes phases de sa fabrication.

Son « J’accuse » est tellement formellement parfait qu’on est tenté de penser qu’il a cette fois, atteint son objectif et que le film final dans son traitement et la fidélité au sujet, se superpose parfaitement à l’image qu’il s’était faite de sa réalisation arrivée à son terme.

Le film de Roman Polanski est à la fois une œuvre moderne et une œuvre intemporelle.

C’est à la fois une réalisation d’une grande rigueur menée au plus près de la réalité, jalouse de tous les détails et c’est aussi un spectacle porteur de la jouissance réelle liée à la satisfaction de voir la vérité éclater et une vision très personnelle de cet épisode de l’histoire de la France d’une grande complexité et qui garde encore aujourd’hui son pouvoir traumatisant.

L’affaire Dreyfus est une page d’histoire tellement entretenue par un antisémitisme latent qui a parcouru toutes les époques, que personne encore aujourd’hui n’en ignore les grandes lignes même s’il n’est pas certain que la mémoire populaire en connaisse vraiment le détail du déroulement.

« J’accuse » qui échappe à tout pathos, tout didactisme, se présente aujourd’hui comme une nécessité, une œuvre universelle pour raviver le souvenir et peut-être combler les lacunes dues à l’oubli, à l’ignorance ou à l’indifférence.

Le film de Roman Polanski qui ne se place pas du point de vue de la victime, le capitaine Dreyfus mais de celui du Colonel Piquard, repose pour l’essentiel sur le personnage, un homme d’une grande rigueur morale et animé d’un sens aigu de la justice.

Il est possible que l’interprétation du film à commencer par celle que Jean Dujardin qui propose un Colonel Piquard grandiose de sobriété, apporte beaucoup au traitement d’ensemble. Mais il n’est pas le seul à apporter de la tenue au film et à le maintenir dans un esprit de rigueur.

Louis Garel, presque méconnaissable est un Dreyfus parfait, Grégory Gadebois, Denis Podalydes, Melvin Poupaud, Hervé Pierre ou Emmanuelle Seigner figurent avec encore quelques autres au générique de «  J’accuse »

Un film incontournable.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)