Actualité théâtrale

Du 7 au 29 mai au Théâtre de l’Essaïon

« J’ai mangé du Jacques » Théâtre musical

Un théâtre musical où se jouent un tas de chansons chantées ou écrites par un « Jacques quelque chose ». Cela va de Prévert à Brel, de Demy à Dutronc, des Frères Jacques à Jacques Higelin, sans oublier, pour les plus anciens, Jacques Douai et des compositeurs ou paroliers prénommés Jacques.

Julie Autissier, chanteuse et comédienne passée par l’école Claude Mathieu et le Théâtre du Soleil avec Ariane Mnouchkine et Raphaël Callandreau, auteur, compositeur et fin humoriste nous régalent avec tous ces Jacques. Ils sont drôles et passent du piano à la guitare, à la darbouka, au triangle ou au mélodica. Elle, jolie blonde souriante, a une voix superbe et un humour ravageur, il ne s’en laisse pas conter, lui dame le pion au piano et la suit dans des duos improbables.

Les paroles sont mises en valeur par de nouveaux arrangements. Fais pas ci fais pas ça de Dutronc devient un rap endiablé et Raphaël Callendreau perd le souffle à courir après la petite fille en pleurs de Nougaro. L’enchaînement d’une chanson à une autre ne doit rien au hasard. Il est construit pour nourrir l’émotion ou le rire. Ils jouent sur les mots, passent du demi pour la soif à Jacques Demy, se régalent des changements de ton passant du « Nous vivrons ensemble un conte de fées » des Parapluies de Cherbourg au Les fesses des Frères Jacques. Quand l’émotion nous prend à la gorge, comme avec Orly de Jacques Brel et que Julie Autissier reste figée, Raphaël Callandreau la relaie au chant tandis qu’elle s’empare du piano. Fidèles à la lettre parfois, comme dans Sur la place de Brel, ils s’échappent d’autres fois donnant une autre couleur à la chanson, faisant de Comme d’habitude un duo d’amoureux blasés.

Théâtre : J'ai mangé du Jacques

Une soirée de pur bonheur où la chanson est magnifiée par les épousailles de la poésie et de l’humour, de l’émotion et du rire qui culminent dans ces duos où les deux complices arrivent à mêler des chansons de deux Jacques. Courez les voir !

Micheline Rousselet

Les lundis et mardis à 19h45

Théâtre de l’Essaïon

6 rue Pierre au Lard 75004 Paris

Réservations 01 42 78 46 42

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

En complément, nous avons eu aussi l’avis de Francis Dubois :

Ils s’étaient fait connaître en 2001 avec un spectacle musical sur Serge Gainsbourg.
Les voilà de retour avec un autre spectacle musical né du désir de chanter tous les Jacques liés à la chansons, poètes, compositeurs, interprètes paroliers et qui par leurs voix, leurs textes, leurs musiques ont accompagné les décennies.
En compagnie de ces deux artistes comédiens chanteurs, pianistes et multi-instrumentistes, tour à tour graves ou farceurs, on revisite Prevert, Brel, Higelin, Pills, Demy, Douai ou Frères...
Julie Latissier et Raphaël Gallandreau en amoureux de la chanson ne se contentent pas d’accompagner cette visite jamais nostalgique, toujours joyeuse, toujours exigeante.
Ils revisitent, réinterprètent, se réapproprient les airs connus en inventant des adaptations musicales sur d’autres rythmes, d’autres tempi et c’est un vrai bonheur que de les voir et les entendre.
Leur spectacle est une franche réussite.
L’exigence est jusque dans les audaces, les espiègleries, dans les pas de côté et les imitations les plus risquées.
Il faut absolument leur accorder un lundi ou un mardi. Le spectacle dure une heure quinze et c’est une bulle de plaisir dans notre monde de brutes.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)