Actualité théâtrale

Théâtre du Rond-Point -Partenaire Réduc’Snes - jusqu’au 30 décembre 2012

"J’ai passé ma vie à chercher l’ouvre-boîtes" de Maurice-Domingue Bathélémy Mise en scène le Claude Aufaure.

Le texte loufoque, déjanté, mais qui ne fait rien d’autre que traduire à sa façon le quotidien ordinaire revu et corrigé par Maurice-Domingue Barthélémy, est ici en de bonnes mains.

Celles de Claude Aufaure qui en assure la mise en scène ; ce comédien qui, en même temps qu’il travaillait avec Vitez, Chéreau, Blin, Lavelli ou Jacques Mauclair, a été le compagnon de travail très complice de Laurent Terzieff quarante ans durant, autour d’auteurs aussi rares que Rilke, Eugène O’Neil, Brecht ou Ronald Harwood.

Et celles du comédien peut-être le plus singulier qu’il nous est donné de voir sur nos plateaux de théâtre, à l’accent traînant inimitable : Jean-Quentin Chatelain.

Le texte qu’a écrit Maurice-Domingue Bathélémy est souvent drôle, rythmé, avec ici et là, quelques facilités qui parfois forcent le trait.

Peut-être ne s’y attarderait-on pas s’il n’était passé par le jeu singulier, malicieux et faussement désinvolte de Jean-Quentin Chatelain qui se l’approprie, l’enveloppe de son talent, se le met en bouche avec un rythme qui semble soupeser chaque mot et inventer une respiration dont le texte s’enrichit sans cesse.

D’entrée, avec la description d’une grasse matinée contrariée et l’énumération des différentes nuisances domestiques qui tireraient du sommeil le dormeur le plus profond, le ton est donné.

Le texte de Maurice Barthélémy livre ses observations ordinaires et drôles sur les activités matinales de la maison, le mauvais fonctionnement d’une chasse d’eau, l’essorage cataclysmique de la machine à laver, la clochette agitée qui annonce l’arrivée de la femme de ménage sourde et muette ; quand ce n’est pas le chien de la maison qui, s’étant faufilé jusqu’à la chambre, se croit obligé de renouveler ses marques d’affection à coups de langue vigoureux..

Les différents aléas qui sortent le dormeur du sommeil sont à chaque fois précédés par un "soit" que l’acteur isole, qu’il précède d’une respiration. On n’est plus dans le seule énumération mais dans une sorte de délectation verbale qui crée à la fois une distanciation quant à la façon de dire et une familiarité avec le nouvel événement domestique qui surgit.

Cheveux longs filasse, pantalon de jogging fatigué, les pieds pris dans des pantoufles immondes, le comédien arpente la scène, débitant de longues phrases allongées encore par son accent traînant, s’arrêtant soudain pour un aparté, une confidence, une méchanceté, un constat qui tombe sous le sens, une évidence.

La belle rencontre d’un texte sans prétention et d’un acteur génial qui le pétrit à sa façon et en fait un moment de jubilation. Lui, à la dire. Nous, spectateurs, à l’écouter.

Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point 2 bis avenue Franklin Roosevelt 75 008 Paris

www.theatredurondpoint.fr

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) au 01 44 95 98 21

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La vie de Galilée »
    La pièce, écrite par Brecht en 1938 et retravaillée jusqu’aux années 50, suit la vie de Galilée astronome, mathématicien et physicien italien du XVIIème siècle. Toujours avide de mettre au point de... Lire la suite (17 juin)
  • « Mary said what she said »
    Robert Wilson a offert le trône de Marie Stuart à Isabelle Huppert, une comédienne avec laquelle il se sent beaucoup d’affinités car elle comprend ce qu’il veut faire sans avoir besoin de beaucoup... Lire la suite (15 juin)
  • « Huckleberry Finn »
    Ce roman est considéré comme le chef d’œuvre de Mark Twain. L’histoire, qui se situe dans les années 1850 avant la guerre de sécession, est celle de Huckleberry Finn , un gamin si maltraité par son père... Lire la suite (7 juin)
  • L’école des femmes en accès libre sur internet
    Le spectacle L’école des femmes crée à l’Odéon en novembre 2018 avec une mise en scène de Stéphane Braunschweig est disponible en accès libre sur le site internet du théâtre et sur la plateforme Vimeo... Lire la suite (7 juin)
  • « Le champ des possibles »
    Après ses deux premiers spectacles ( La banane américaine, consacré à l’enfance et Pour que tu m’aimes encore, à l’adolescence), qui ont connu un joli succès, Élise Noiraud se consacre, avec ce nouvel... Lire la suite (6 juin)