Actualité théâtrale

Théâtre du Rond-Point -Partenaire Réduc’Snes - jusqu’au 30 décembre 2012

"J’ai passé ma vie à chercher l’ouvre-boîtes" de Maurice-Domingue Bathélémy Mise en scène le Claude Aufaure.

Le texte loufoque, déjanté, mais qui ne fait rien d’autre que traduire à sa façon le quotidien ordinaire revu et corrigé par Maurice-Domingue Barthélémy, est ici en de bonnes mains.

Celles de Claude Aufaure qui en assure la mise en scène ; ce comédien qui, en même temps qu’il travaillait avec Vitez, Chéreau, Blin, Lavelli ou Jacques Mauclair, a été le compagnon de travail très complice de Laurent Terzieff quarante ans durant, autour d’auteurs aussi rares que Rilke, Eugène O’Neil, Brecht ou Ronald Harwood.

Et celles du comédien peut-être le plus singulier qu’il nous est donné de voir sur nos plateaux de théâtre, à l’accent traînant inimitable : Jean-Quentin Chatelain.

Le texte qu’a écrit Maurice-Domingue Bathélémy est souvent drôle, rythmé, avec ici et là, quelques facilités qui parfois forcent le trait.

Peut-être ne s’y attarderait-on pas s’il n’était passé par le jeu singulier, malicieux et faussement désinvolte de Jean-Quentin Chatelain qui se l’approprie, l’enveloppe de son talent, se le met en bouche avec un rythme qui semble soupeser chaque mot et inventer une respiration dont le texte s’enrichit sans cesse.

D’entrée, avec la description d’une grasse matinée contrariée et l’énumération des différentes nuisances domestiques qui tireraient du sommeil le dormeur le plus profond, le ton est donné.

Le texte de Maurice Barthélémy livre ses observations ordinaires et drôles sur les activités matinales de la maison, le mauvais fonctionnement d’une chasse d’eau, l’essorage cataclysmique de la machine à laver, la clochette agitée qui annonce l’arrivée de la femme de ménage sourde et muette ; quand ce n’est pas le chien de la maison qui, s’étant faufilé jusqu’à la chambre, se croit obligé de renouveler ses marques d’affection à coups de langue vigoureux..

Les différents aléas qui sortent le dormeur du sommeil sont à chaque fois précédés par un "soit" que l’acteur isole, qu’il précède d’une respiration. On n’est plus dans le seule énumération mais dans une sorte de délectation verbale qui crée à la fois une distanciation quant à la façon de dire et une familiarité avec le nouvel événement domestique qui surgit.

Cheveux longs filasse, pantalon de jogging fatigué, les pieds pris dans des pantoufles immondes, le comédien arpente la scène, débitant de longues phrases allongées encore par son accent traînant, s’arrêtant soudain pour un aparté, une confidence, une méchanceté, un constat qui tombe sous le sens, une évidence.

La belle rencontre d’un texte sans prétention et d’un acteur génial qui le pétrit à sa façon et en fait un moment de jubilation. Lui, à la dire. Nous, spectateurs, à l’écouter.

Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point 2 bis avenue Franklin Roosevelt 75 008 Paris

www.theatredurondpoint.fr

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) au 01 44 95 98 21

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)