Actualité théâtrale

En tournée

« J’ai rencontré Dieu sur Facebook » 23 novembre à Magnanville, du 12 au 15 décembre à la Maison des Arts de Créteil, etc.

Comment une lycéenne sans histoire se laisse-t-elle séduire et tromper par un discours intégriste porté par un garçon qui lui promet le paradis et l’amour et veut l’entraîner loin des kouffars (les mécréants, les infidèles) en Syrie ? Cette question obsède les parents qui se sont trouvés face à des enfants, les leurs, qui ne partageaient plus les valeurs qu’ils leur avaient inculquées et étaient prêts à partir sur un front de guerre, pour lutter pour un monde moins matérialiste et plus conforme à leur foi.

Théâtre : J'ai rencontré Dieu sur facebook

Depuis 2012 Ahmed Madani développe un projet qui s’intéresse à la vie et aux espoirs de la jeunesse des quartiers populaires. Cela a donné de belles réussites comme F(l)ammes un spectacle d’une énergie folle, qui donnait la parole aux filles et a tourné dans toute la France. Il s’attache cette fois à l’influence des réseaux sociaux, dans ce texte qu’il a écrit et met en scène.

Nina vit seule avec sa mère. Fragilisée par la mort de sa meilleure amie, elle rencontre sur les réseaux sociaux, Amar aux paroles enjôleuses, qui lui promet le bonheur dans un endroit merveilleux où elle vivra avec lui entourée de « sœurs » et se chargera de missions exaltantes comme s’occuper d’orphelins perdus et des blessés, tandis que des esclaves régleront les questions matérielles. Certes dans ce paradis on fait la guerre aux infidèles, mais c’est pour l’avènement d’un monde meilleur ! Sa mère n’a rien vu venir, mais finit par découvrir la vérité.

Le texte d’Ahmed Madani renvoie à des situations dont la presse a largement rendu compte. La scénographie est tout aussi simple mais efficace. Deux entrées permettent d’assurer l’intimité de la chambre de Nina et celle de sa mère en train de corriger des copies. Pour Nina il y a un ordinateur et sur le mur du fond l’image d’Amar en train de la convaincre, devant un rideau couvert de caractères arabes. Ce sont les face à face entre la jeune fille et sa mère qui sont au cœur de la pièce. Mounira Barbouch et Louise Legendre font entendre leur voix, passant de la tendresse à l’opposition. La mère évoque son pays l’Algérie, sa propre mère, les hommes qui voulaient, au nom de la tradition, l’empêcher d’assister à l’enterrement du corps de sa mère, les années noires où sa nièce fut égorgée pour l’exemple afin de dissuader les filles d’aller à l’école. Ces informations arrivent au fil des dialogues avec délicatesse sans volonté didactique apparente. Mounira Barbouch est la voix de ces femmes qui ont choisi l’émancipation et l’éducation, même si c’est parfois difficile. Louise Legendre a la vivacité et l’engagement des adolescents généreux et passionnés, qui font trop confiance aux informations qui leur viennent des réseaux sociaux. Même si le retournement est un peu caricatural, on se laisse entraîner par ces dialogues simples et tout à fait appropriés pour lancer un débat avec des adolescents.

Micheline Rousselet

23 novembre à 14h et 20h, 24 novembre à 20h à Magnanville

12 au 15 décembre à 20h à la Maison des Arts de Créteil

10 janvier à 20h30 au Moulin des Muses à Breuillet

12 janvier à 21h à Brétigny-sur-Orge

15-16 janvier à 19h30, 17 et 18 janvier à la Comédie de Picardie à Amiens

Autres dates à Vernouillet, Aubergenville, Clermont L’Hérault, etc

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)
  • « Comment ça va ? »
    Cette question appelle toujours ou presque la même réponse « Bien » ! Pourtant quand on est une comédienne qui vient d’avoir cinquante ans, qu’on a un mari informaticien au chômage et un fils adolescent... Lire la suite (26 juin)