Actualité théâtrale

au Théâtre du Lucernaire

"Jack l’Éventreur" Jusqu’au 16 mars

Fasciné par ce Jack l’Éventreur, que certains imaginent avoir été un aristocrate dégénéré et dont les crimes sont restés impunis, le poète Robert Desnos écrivit neuf articles qui furent publiés par le journal Paris Matinal en 1928. Guidé par son imaginaire, il mêle l’horreur des crimes à la poésie du Londres miséreux où l’assassin choisissait ses victimes. On passe d’une description des corps à la façon froide d’un rapport de police à une fascination morbide pour le fait divers.

« Nul n’a jamais vu Jack l’Éventreur, ou plutôt les personnes qui l’ont vu n’ont jamais pu le décrire, car on n’a retrouvé que leurs corps horriblement mutilés ». C’est donc dans le noir que le metteur en scène Vincent Poirier place les spectateurs. Le comédien Nicolas Rivals dit le texte parfois dans un murmure, parfois avec une froideur clinique. Il est accompagné par une musique évanescente jouée par le violoncelliste Sylvain Meillan. Le corps de la danseuse Armelle Gouget se tord ou tente de fuir dans une course éperdue et haletante. Mais tout cela, le spectateur l’imagine plus qu’il ne le voit. Il tend l’oreille, écarquille les yeux dans l’obscurité qui envahit presque complètement la scène et entr’aperçoit, par le jeu d’éclairages subtils, la jambe gainée de bas résille d’une prostituée, un visage recouvert d’un masque, des mains qui enserrent un cou d’où jaillit du sang. La proximité avec le spectateur, le noir, les éclairages, ce texte chuchoté, tantôt poétique tantôt froid et glaçant, tout concourt à nous rendre vaguement inquiets et fascinés.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h
Théâtre du Lucernaire
53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS
Réduc’SNES sur réservation : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La valse d’Icare »
    Un musicien qui s’est perdu dans le succès se retrouve au chevet de son fils, plongé dans le coma, et se retourne sur les années qui viennent de s’écouler. Fuyant un père plongé dans ses maquettes... Lire la suite (14 décembre)
  • « Au café Maupassant »
    Quoi de mieux qu’une brasserie pour observer les hommes et les femmes, écouter leurs dialogues, percevoir leurs mesquineries, leurs désirs, leurs angoisses, surtout quand on le fait en compagnie de... Lire la suite (13 décembre)
  • « Granma, les trombones de La Havane »
    Cuba a fêté cette année le soixantième anniversaire de sa Révolution. Désormais, alors que Fidel Castro est mort, que reste-t-il des idéaux et de l’espoir que souleva et soulève encore cette révolution,... Lire la suite (12 décembre)
  • "Portrait de Ludmilla en Nina Simone"
    « Portrait de Ludmilla en Nina Simone » est repris du 13 au 21 décembre au Théâtre des Abbesses 31, Rue des Abbesses 75018 Paris - 01 42 74 22 77 https://www.theatredelaville-paris.comLire la suite (11 décembre)
  • « Féministe pour homme »
    Noémie de Lattre n’a pas attendu l’affaire Weinstein et me-too pour parler des femmes et du féminisme dans ses pièces et dans son livre. Et sur ce sujet son spectacle, qui tient du théâtre, du cabaret... Lire la suite (6 décembre)