Actualité théâtrale

au Théâtre du Lucernaire

"Jack l’Éventreur" Jusqu’au 16 mars

Fasciné par ce Jack l’Éventreur, que certains imaginent avoir été un aristocrate dégénéré et dont les crimes sont restés impunis, le poète Robert Desnos écrivit neuf articles qui furent publiés par le journal Paris Matinal en 1928. Guidé par son imaginaire, il mêle l’horreur des crimes à la poésie du Londres miséreux où l’assassin choisissait ses victimes. On passe d’une description des corps à la façon froide d’un rapport de police à une fascination morbide pour le fait divers.

« Nul n’a jamais vu Jack l’Éventreur, ou plutôt les personnes qui l’ont vu n’ont jamais pu le décrire, car on n’a retrouvé que leurs corps horriblement mutilés ». C’est donc dans le noir que le metteur en scène Vincent Poirier place les spectateurs. Le comédien Nicolas Rivals dit le texte parfois dans un murmure, parfois avec une froideur clinique. Il est accompagné par une musique évanescente jouée par le violoncelliste Sylvain Meillan. Le corps de la danseuse Armelle Gouget se tord ou tente de fuir dans une course éperdue et haletante. Mais tout cela, le spectateur l’imagine plus qu’il ne le voit. Il tend l’oreille, écarquille les yeux dans l’obscurité qui envahit presque complètement la scène et entr’aperçoit, par le jeu d’éclairages subtils, la jambe gainée de bas résille d’une prostituée, un visage recouvert d’un masque, des mains qui enserrent un cou d’où jaillit du sang. La proximité avec le spectateur, le noir, les éclairages, ce texte chuchoté, tantôt poétique tantôt froid et glaçant, tout concourt à nous rendre vaguement inquiets et fascinés.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h
Théâtre du Lucernaire
53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS
Réduc’SNES sur réservation : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)