Actualité théâtrale

au Théâtre du Lucernaire

"Jack l’Éventreur" Jusqu’au 16 mars

Fasciné par ce Jack l’Éventreur, que certains imaginent avoir été un aristocrate dégénéré et dont les crimes sont restés impunis, le poète Robert Desnos écrivit neuf articles qui furent publiés par le journal Paris Matinal en 1928. Guidé par son imaginaire, il mêle l’horreur des crimes à la poésie du Londres miséreux où l’assassin choisissait ses victimes. On passe d’une description des corps à la façon froide d’un rapport de police à une fascination morbide pour le fait divers.

« Nul n’a jamais vu Jack l’Éventreur, ou plutôt les personnes qui l’ont vu n’ont jamais pu le décrire, car on n’a retrouvé que leurs corps horriblement mutilés ». C’est donc dans le noir que le metteur en scène Vincent Poirier place les spectateurs. Le comédien Nicolas Rivals dit le texte parfois dans un murmure, parfois avec une froideur clinique. Il est accompagné par une musique évanescente jouée par le violoncelliste Sylvain Meillan. Le corps de la danseuse Armelle Gouget se tord ou tente de fuir dans une course éperdue et haletante. Mais tout cela, le spectateur l’imagine plus qu’il ne le voit. Il tend l’oreille, écarquille les yeux dans l’obscurité qui envahit presque complètement la scène et entr’aperçoit, par le jeu d’éclairages subtils, la jambe gainée de bas résille d’une prostituée, un visage recouvert d’un masque, des mains qui enserrent un cou d’où jaillit du sang. La proximité avec le spectateur, le noir, les éclairages, ce texte chuchoté, tantôt poétique tantôt froid et glaçant, tout concourt à nous rendre vaguement inquiets et fascinés.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h
Théâtre du Lucernaire
53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS
Réduc’SNES sur réservation : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)