Actualité théâtrale

au Théâtre 14 Jean-Marie-Serreau

"Jacques et son maître" de Milan Kundera jusqu’au 3 janvier 2009

"Jacques et son maître" n’est pas une adaptation que Milan Kundera aurait faite de l’œuvre de Diderot. C’est une œuvre originale qu’il écrivit en hommage à Diderot tout de suite après l’invasion russe, au moment où toute son œuvre a été niée et rayée des lettres tchèques.
Le Diderot auquel Kundera rend hommage n’est pas tout à fait l’auteur qu’on connaît. Pour Milan Kundera, Diderot est surtout un romancier qu’il compte parmi les plus originaux de l’histoire de la littérature.
Avec"Jacques et son maître" qui entremêle trois histoires d’amour, celle du maître, celle de Jacques et celle de madame de Pommeraye, Milan Kundera a voulu transgresser les règles de la construction dramatique. Les deux premiers épisodes sont liées au dénouement du voyage alors que le troisième s’en écarte et se démarque de l’action principale. Mais l’on découvre au bout du compte que chaque histoire est une variation de l’autre. Et de même que"Jacques et son maître" est une variation sur Diderot, elle est un hommage à la technique des variations propre à l’inspiration de Kundera et dont on retrouvera trace, quelques années plus tard dans son roman "Le livre du rire et de l’oubli".
Milan Kundera est un écrivain de langue tchèque et française. Son roman "La vie est ailleurs" lui vaut le Pris Médicis Etranger en 1973. L’ensemble de son œuvre a été couronnée en 2000 par le Grand prix de littérature de l’Académie française.
Il est né en 1929 à Brno en Moravie. Son père célèbre musicologue lui apprend très tôt le piano. Il trouvera bénéfice à cet apprentissage lorsque, exclu du Parti Communiste, il fera de nombreux boulots alimentaires et sera un temps, musicien de jazz…
Parmi ses livres les plus célèbres : "La plaisanterie" en 1967., "Risibles amours" en 1968, "La vie est ailleurs" et "La valse aux adieux", son dernier roman influencé par le régime aride de la Tchécoslovaquie après l’invasion de l’URSS.
Nicolas Briançon est acteur et metteur en scène. Comme metteur en scène, ses choix de textes son éclectiques. On retiendra parmi ses travaux précédents "Le pain de ménage" de Jules Renard "La guerre de Troie n’aura pas lieu" de Jean Giraudoux, "Les chevaliers de la Table Ronde" de Jean Cocteau ou "Le menteur" de Corneille.
Au cinéma il a tourné sous la direction de Cédric Kahn, Sophie Fillières ou Cédric Klapish.
Il est directeur du Festival d’Anjou depuis 2004.
Francis Dubois

Théâtre 14 Jean-Marie Serreau,
20 avenue Marc-Sangnier 75 014 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : au 01 45 45 49 77

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Providence »
    Lorsque les tours jumelles se sont effondrées le 11 septembre 2001 à New-York, il y a eu des milliers de morts, mais aussi plusieurs dizaines de disparus dont on n’a jamais retrouvé nulle trace. On... Lire la suite (13 avril)
  • « Suzanne »
    Paul se marie avec Louise, sous le bruit de la canonnade, à la veille de partir à la guerre en 1914. En 1915 il déserte, revient chez lui et, avec l’aide de Louise, se travestit en femme pour... Lire la suite (11 avril)
  • « Qui suis-je ? »
    Vincent est en Troisième. Il a quatorze ans et demi, se trouve un physique d’endive, est intelligent et bon élève, mais nul en sport, ce qui lui vaut les sarcasmes du prof de gym et des autres... Lire la suite (8 avril)
  • « Madame Marguerite »
    Curieuse institutrice que cette Madame Marguerite, qui insiste sur son nom, l’écrit au tableau tout comme un certain nombre de sentences sur la vie, la mort, le sexe pour qu’elles s’inscrivent dans... Lire la suite (6 avril)
  • « Tous mes rêves partent de Gare d’Austerlitz »
    Dans une Maison d’arrêt de femmes, des prisonnières se retrouvent à la bibliothèque. Elles y évoquent leur quotidien, leur travail, leurs amours, leur enfance ou leurs rêves. Le soir de Noël elles ont... Lire la suite (4 avril)