Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Amy J. Berg (USA)

"Janis" Sortie en salles le 6 janvier 2016.

Janis Joplin compte parmi les artistes mythiques qui ont traversé les époques musicales sans jamais rien perdre de leur prestige, sans jamais que leur talent ne soit terni par l’apparition des plus grands qui leur ont succédé.

Elle reste unique et le film d’Amy J. Berg qui retrace le parcours mouvementé et passionnant de cette personnalité hors du commun, qui dépeint une femme à la fois puissante, vulnérable et sensible, le montre bien.

Depuis une adolescence ingrate où sa personnalité singulière l’a souvent tenue écartée des autres, laissée sur la touche, incomprise ou moquée, jusqu’à sa disparition prématurée, à vingt-sept ans, son "histoire" est retracée à partir d’ une poignée de témoignages touchants parmi lesquels ceux de son frère et de sa sœur, d’artistes qui l’ont accompagnée et de quelques autres qui lui ont été très proches ; mais surtout par un choix judicieux d’extraits de ses concerts au cours desquels, explose à chaque fois, sa magnifique énergie et sa voix fascinante.

Cinéma : Janis

Dans la construction remarquable de ce documentaire, l’un des plus réussis du genre, c’est autant le choix des éléments retraçant la vie de l’artiste que leur dosage et leur imbrication qui donnent toute sa tenue à un ensemble qui, curieusement, parvient à "coller", dans une sorte de concordance magique, au portrait de Janis Joplin qui en résulte.

L’énergie du montage n’a d’égale que celle dont fait preuve la chanteuse au cours des extraits de concerts qui sont proposés. Et à l’inverse, dans la sensibilité des témoignages, on retrouve la vulnérabilité de l’artiste et cette fragilité qu’on peut souvent déceler derrière son apparente mais trompeuse assurance.

L’intérêt premier du documentaire d’Amy J Berg est de laisser toute sa part de mystère au personnage de Janis, de laisser l’impression qu’on n’aura jamais totalement accès à une totale vérité.

Celle qui, toujours enthousiaste et volubile, donne d’elle l’image de quelqu’un de solide et d’énergique ; celle qu’on voit sur scène, explosive et extravertie dans des tenues provocantes et colorées, coiffée de perruques extravagantes, ne se cachait-elle pas derrière cette "façade" nécessaire à laquelle il fallait donner priorité pour composer le personnage public qu’on attendait ?

Janis avait-elle besoin de forcer le trait de son apparence pour exister ? Fallait-il un complément à sa voix magnifique, unique, la puissance de ses interprétations ?

N’y avait-il pas chez elle un besoin de reconnaissance tenace pour effacer le doute, les séquelles d’une adolescence douloureuse ?

Le mystère persiste jusqu’à se poser la question à propos de sa beauté ou non, de son charme ou pas, de ce qu’il en aurait été de son rayonnement si elle n’avait pas eu recours à des artifices dans son comportement, dans ses tenues vestimentaires, dans ses excès…

" Janis " est un magnifique portrait d’artiste à la fois rayonnant, extraverti et secret.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)