Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Claudia Sainte-Luce (Mexique -France)

"Jazmin et Toussaint" Sortie en salles le 29 mars 2017

A soixante ans, à cause de sa santé fragile, Toussaint n’a d’autre solution que d’aller s’installer chez sa fille Jazmin, dans son appartement de Mexico. D’origine haïtienne, il a eu une existence désordonnée, n’a jamais réussi à prendre racine nulle part, ne s’est jamais montré un père attentif et encore moins aimant. Il est, au final devenu, au moment où elle le recueille, un parfait inconnu pour Jazmin qui, en le recevant, fait son devoir de fille mais n’a l’intention de se laisser attendrir pas plus par la situation où il se trouve que par la démence vasculaire, la maladie dont il est atteint.
Au gré de cette cohabitation, Toussaint va recomposer le puzzle de son passé sous le regard sec, rugueux et sans amabilité de sa fille. Mais la présence de son père distille au fil des jours, comme malgré elle, au profond d’elle-même, des réflexes filiaux qui vont lui permettre de mettre de l’ordre dans une existence jusque-là peu rigoureuse, d’aller enfin de l’avant et de faire des choix déterminants...
culture/cinéma
On pouvait craindre, à la lecture du synopsis, que « Jazmin et Toussaint » ne soit qu’ un film de plus sur le conflit des générations, les relations difficiles entre un homme et sa fille qui se sont perdus de vue pendant des années, acteurs d’une situation dont chacun reporte tacitement, la part de responsabilité sur l’autre. Mais d’entrée, on sait que ce sera pas le cas, que les deux protagonistes du récit n’entrent dans le moule d’aucun cliché, que les situations engendrées par leurs retrouvailles forcées, à la lumière de leurs personnalités singulières, produisent un effet de rugosité et que, parce que sont exclus de leur tête à tête les moindres signes d’affection voire de sympathie, on est dans une relation affective hors normes. A la sécheresse des propos minimalistes de Jazmin quand elle s’adresse à son père, répondent l’agacement, l’hostilité , les répliques grinçantes de Toussaint.

Et si Claudia Saint-Luce renseigne peu sur la vie de ses personnages. Si on sait peu de choses sur la situation sociale de Jazmin, sur ses activités professionnelles, peu de choses sur le passé chaotique de Toussaint, la construction dramatique en creux n’en est que plus efficace pour installer dans le huis-clos d’un appartement, un climat hostile, oppressant, mais jamais glauque.

Les zones d’ombre que Claudia Saint-Luce fait planer sur son récit concernant ses personnages, au lieu d’apparaître comme des manques, deviennent des éléments stimulants pour le récit en le chargeant de mystère, de silences méprisants et de secrets enfouis, jalousement gardés. Le film consiste en un enchaînement de séquences le plus souvent brèves aux effets cinglants, en des parties de ping-pong verbal dont les deux parties sortent à égalité. Indifférence, attirance refoulée. On ne connaîtra que partiellement, le fin mot de l’histoire mais on sortira de là à la fois envahi d’incertitude et à part égale, de la certitude d’avoir assisté à une réconciliation souterraine mais réelle.

« Jazmin et Toussain » est une œuvre totalement aboutie, un film sur le « handicap affectif » et sur le refoulement des sentiments.
A voir sans hésiter.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Le vent tourne »
    Pauline est une jeune paysanne qui, avec son mari, privilégie des méthodes d’élevage et de culture à contre-courant des tendances actuelles qu’ils jugent ravageuses. L’installation d’une éolienne... Lire la suite (22 septembre)
  • « Un peuple et son roi »
    En 1789, le peuple de Paris misérable et affamé, entre en révolution. « Un peuple et son roi » croise les destins de femmes et d’hommes du peuple et des figures historiques qui ont accompagné cet... Lire la suite (21 septembre)
  • « Sami, une jeunesse en Laponie »
    Une vieille dame suédoise se rend avec son fils en Laponie, terre de ses origines, au nord de la Suède, pour assister au obsèques de sa sœur. Elle y retrouve une famille et une communauté qu’elle a... Lire la suite (16 septembre)
  • « Avant l’aurore »
    Miranda, un travesti prostitué français, vit au jour le jour dans un faubourg de Phnom Penh une existence d’excès et d’espoir dans ce pays profondément marqué par le passé Khmer Rouge. Sa rencontre,... Lire la suite (15 septembre)
  • « Les frères Sisters »
    Les frères Charlie et Elie Sisters appartiennent à un monde hostile et sauvage où l’on éprouve aucun état d’âme à tuer sur commande. Ils ont sur les mains autant de sang d’innocents que de celui de... Lire la suite (15 septembre)