Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Pascal Elbé (France)

"Je compte sur vous" Sortie en salles le 30 décembre 2015

Muni de son seul téléphone portable, grâce à son bagout, beaucoup d’astuces et de culot, Gilbert Perez, marié et père d’un adolescent est capable d’escroquer des sommes considérables, de mener en bateau des responsables de banques en se faisant passer pour leur président ou pour un agent de la DGSE.

On pourrait le qualifier de farceur, de potache tant il a l’air de prendre du plaisir à ses supercheries et même si c’est un "viveur", on pourrait penser que le gain n’est pas le principal moteur de ses escroqueries.

Cinéma : je compte sur vous

Pascal Elbé n’a pas réalisé un thriller. Il s’est attaché à son seul personnage principal et au mécanisme de ses agissements.

La séquence d’ouverture du film au cours de laquelle Gilbert Perez prend dans ses filets comme une araignée enveloppe sa proie (une directrice de banque) pour la neutraliser, est un vrai moment d’anthologie.

L’homme est un virtuose de la parole. Il a l’art du mot convaincant et il n’a pour convaincre, par téléphone interposé que son timbre de sa voix, les inflexions de son phrasé.

Son discours rôdé, distillé avec une totale maîtrise de tous les instants, a un pouvoir hypnotisant sur une victime chez qui on voit disparaître un à un, les derniers sursauts de résistance.

La victime ne le sait pas mais nous, spectateurs qui l’avons sous les yeux et qui suivons le tracé minutieux, précis, de la manipulation, devinons que l’escroc jouit plus de la stratégie qu’il met en place que de l’enjeu final.

Gilbert Perez serait un homme complètement ordinaire s’il mettait de la gravité dans son entreprise ; s’il n’était pas, à côté, ce grand gamin farceur plein d’humour et joyeux du moment présent, qui fait semblant de promettre à sa femme ( mais n’est-il pas, sur le moment, sincère ?) qu’il va très bientôt la rejoindre dans le projet de vivre la vie rangée qu’elle souhaite avoir.

Il n’y a peut-être que le regard qu’il porte sur son adolescent de fils qui soit vraiment sincère et de qui il attend une reconnaissance, en retour de ses générosités, de ses élans paternels.

Trompeur, Gilbert Perez le sera jusqu’au bout et jusqu’à se tromper lui-même sur son propre compte.

Tout l’art de Pascal Elbé est dans le ton qu’il a réussi à donner à son film.

" Je compte sur vous " est un polar mais c’est aussi une comédie et le metteur en en scène jongle avec les codes de l’un et de l’autre jusqu’à atteindre un équilibre jouissif qui tient de la fragilité et de la solidité à la fois, de l’édifice et du château de cartes.

Si l’épouse de Gilbert Perez jouée par Julie Gayet est réduite à l’état de silhouette, le personnage de la commissaire interprété par Zabou Breitman est d’une subtilité, d’une précision réjouissantes. A la manière de celui qu’elle traque, elle utilise une stratégie douce mais redoutable dans laquelle elle inclut la légère attirance qu’elle a pour l’escroc et son art…

Une très bonne surprise…

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Bagdad Station »
    . Bagdad 2006, le jour de l’exécution de Saddam Hussein. Sara pénètre dans la gare centrale de Bagdad déterminée à commettre un attentat suicide au milieu de la foule. Mais c’est sans compter avec sa... Lire la suite (19 février)
  • « La chute de l’empire américain »
    Malgré un doctorat en philosophie, Pierre-Paul Daoust est chauffeur pour une société de livraison. Un jour, il assiste à un hold-up au cours duquel deux des trois malfaiteurs sont abattus,... Lire la suite (18 février)
  • « Les moissonneurs »
    En Afrique du Sud, Free State est le bastion d’une communauté blanche isolée, les Africaners. Au milieu d’une famille de riches éleveurs, catholiques fervents, profondément conservateurs où la force... Lire la suite (17 février)
  • « La liberté »
    Dans la plaine orientale corse, Casabianda est un centre de détention au sein d’un vaste domaine agricole. C’est une prison à ciel ouvert qui n’a rien à voir pour l’essentiel des conditions de vie... Lire la suite (17 février)
  • « Peu m’importe si l’histoire nous considère comme des barbares »
    En 1941, l’armée roumaine massacre 20 000 juifs à Odessa. De nos jours, une jeune réalisatrice s’attache au projet de monter un spectacle de cet épisode douloureux, par une reconstitution militaire,... Lire la suite (16 février)