Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Pascal Elbé (France)

"Je compte sur vous" Sortie en salles le 30 décembre 2015

Muni de son seul téléphone portable, grâce à son bagout, beaucoup d’astuces et de culot, Gilbert Perez, marié et père d’un adolescent est capable d’escroquer des sommes considérables, de mener en bateau des responsables de banques en se faisant passer pour leur président ou pour un agent de la DGSE.

On pourrait le qualifier de farceur, de potache tant il a l’air de prendre du plaisir à ses supercheries et même si c’est un "viveur", on pourrait penser que le gain n’est pas le principal moteur de ses escroqueries.

Cinéma : je compte sur vous

Pascal Elbé n’a pas réalisé un thriller. Il s’est attaché à son seul personnage principal et au mécanisme de ses agissements.

La séquence d’ouverture du film au cours de laquelle Gilbert Perez prend dans ses filets comme une araignée enveloppe sa proie (une directrice de banque) pour la neutraliser, est un vrai moment d’anthologie.

L’homme est un virtuose de la parole. Il a l’art du mot convaincant et il n’a pour convaincre, par téléphone interposé que son timbre de sa voix, les inflexions de son phrasé.

Son discours rôdé, distillé avec une totale maîtrise de tous les instants, a un pouvoir hypnotisant sur une victime chez qui on voit disparaître un à un, les derniers sursauts de résistance.

La victime ne le sait pas mais nous, spectateurs qui l’avons sous les yeux et qui suivons le tracé minutieux, précis, de la manipulation, devinons que l’escroc jouit plus de la stratégie qu’il met en place que de l’enjeu final.

Gilbert Perez serait un homme complètement ordinaire s’il mettait de la gravité dans son entreprise ; s’il n’était pas, à côté, ce grand gamin farceur plein d’humour et joyeux du moment présent, qui fait semblant de promettre à sa femme ( mais n’est-il pas, sur le moment, sincère ?) qu’il va très bientôt la rejoindre dans le projet de vivre la vie rangée qu’elle souhaite avoir.

Il n’y a peut-être que le regard qu’il porte sur son adolescent de fils qui soit vraiment sincère et de qui il attend une reconnaissance, en retour de ses générosités, de ses élans paternels.

Trompeur, Gilbert Perez le sera jusqu’au bout et jusqu’à se tromper lui-même sur son propre compte.

Tout l’art de Pascal Elbé est dans le ton qu’il a réussi à donner à son film.

" Je compte sur vous " est un polar mais c’est aussi une comédie et le metteur en en scène jongle avec les codes de l’un et de l’autre jusqu’à atteindre un équilibre jouissif qui tient de la fragilité et de la solidité à la fois, de l’édifice et du château de cartes.

Si l’épouse de Gilbert Perez jouée par Julie Gayet est réduite à l’état de silhouette, le personnage de la commissaire interprété par Zabou Breitman est d’une subtilité, d’une précision réjouissantes. A la manière de celui qu’elle traque, elle utilise une stratégie douce mais redoutable dans laquelle elle inclut la légère attirance qu’elle a pour l’escroc et son art…

Une très bonne surprise…

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « 5 est le numéro parfait »
    Pepino lo Cicero est un homme vieillissant. Ex tueur à gages de la Camorra, il a passé le relais à son fils qui gravit les échelons du crime organisé. Mais le jeune homme est froidement assassiné au... Lire la suite (20 octobre)
  • « Au bout du monde »
    Yoko, une très jeune femme, est reporter pour une émission de télévision très populaire au Japon. Ses recherches, en vue de prochaines tournages, l’amènent en Ouzbekistan où elle ne trouve pas de... Lire la suite (19 octobre)
  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)
  • « L’angle mort »
    Bébé déjà, Dominick disparaissait mystérieusement de la vue de ses proches. Adulte, le pouvoir de se rendre invisible existe toujours mais il ne s’en sert pas beaucoup. Pire, il a fait de son pouvoir... Lire la suite (14 octobre)
  • « Warrior women »
    « Warrior women » dresse le portrait d’une grande dame des luttes indiennes-américaines, Madonna Thunder Hawk. Le film retrace sa vie de militante, de son éveil politique à la fin des années soixante... Lire la suite (13 octobre)