Actualité théâtrale

au Théâtre de la Colline jusqu’au 9 décembre

« Je disparais » de Arne Lygre

Stéphane Braunschweig, directeur du théâtre national de La Colline depuis janvier 2010, propose une pièce originale de l’auteur norvégien Arne Lygre. Dans une écriture simple et épurée, il met en scène deux femmes, « Moi » et « Mon amie », qui doivent quitter brusquement une vie presque ordinaire dont on ne sait finalement pas grand-chose, pour des raisons qui ne seront pas vraiment précisées.
Mais ce n’est pas exactement cette situation extrême qui préoccupe l’auteur, qui centre ses réflexions sur le sentiment de menace du à l’exil et comment ces femmes gèrent cet événement tragique en s’inventant sans cesse d’autres vies, que d’autres personnes pourraient vivre précisément au même moment. Pour ne pas se résigner et conserver une certaine combativité, elles se raccrochent à des scénarios qu’elles inventent, sortes de micro fictions qu’elles mettent en scène avec l’énergie du désespoir et une empathie parfois démesurée pour le malheur possible des autres. Elles vivent ces rôles comme autant d’autres vies possibles, comme pour lutter contre ce moment où leur vie bascule, où leur propre identité vacille.

La mise en scène de Stéphane Braunschweig sert avec finesse le texte de l’auteur qui nous parle de solitude, de mort, de séparation et de la brutalité du monde dans une pièce sans violence ni cynisme et finalement empreinte d’une certaine légèreté.
Le décor épuré, fait d’espaces mis en perspective, se révèle et ne prend forme que par la présence des personnages et laisse libre cours à l’imagination des protagonistes et des spectateurs.
Delphine Haton

Traduction du norvégien : Éloi Recoing
Mise en scène et scénographie : Stéphane Braunshweig
Collaboration artistique : Anne-Françoise Benhamou
Collaboration à la scénographie : Alexandre de Dardel
Costumes : Thibault Vancraenenbroek
Lumière : Marion Hewlett
Son et vidéo : Xavier Jacquot
Assistante à la mise en scène : Pauline Ringeade
Assistante costumes : Isabelle Flosi
Maquillage : Karine Guilhem
Stagiaire en dramaturgie : Barbara Kopec

Avec : Annie Mercier, Luce Mouchel, Pauline Lorillard, Alain Libolt, Irina Dalle
(et la participation d’Éléonor Agritt, Paola Cordova, Odille Lauria, Agnès Trédé).

Théâtre national de la Colline
15, rue Malte-Brun
75020 Paris
Métro : Gambetta
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 62 52 52
www.colline.fr

"Outre Scène", revue théâtrale de référence, née au TNS en 2003, éditée par La Colline depuis 2011, consacre son n°13 à Arne Lygre

Du mercredi au samedi à 20h30, le mardi à 19h30 et le dimanche à 15h30.
29€ / 24€ / 14€ Abonnés : 9 à 14 € - Mardi (tarif réduit pour tous) : 20 €
à La Colline, puis en tournée en janvier 2012 au TNBA à Bordeaux puis au TNP de Villeurbanne.

Lundi 5 décembre, 20h30 à La Colline :
soirée exceptionnelle en présence de l’auteur norvégien Arne Lygre.
Au programme, la lecture de textes inédits ainsi qu’une discussion avec Arne Lygre, Stéphane Braunschweig et Tom Revlov, directeur de l’Opéra d’Oslo.
Entrée libre sur réservation au 01 44 62 52 00 ou contactez-nous@colline.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Les Mille et Une Nuits »
    Guillaume Vincent aime les contes et les mythes. Il l’avait déjà prouvé avec Songes et Métamorphoses où il explorait les Métamorphoses d’Ovide. Rien d’étonnant donc à ce qu’il se penche sur Les... Lire la suite (19 novembre)
  • "Motobécane"
    "Motobécane" est repris du 3 novembre au 30 décembre (sauf les 24 et 25 décembre) Novembre : les dimanches à 17h30 et les lundis à 19h Décembre : lundis et mardis à 19h, mercredis à 21h15,... Lire la suite (16 novembre)
  • « Waynak »
    Les plus vieux d’entre nous avaient rêvé d’un monde sans guerre. Pourtant elle était toujours là, mais plus loin. Et puis maintenant elle n’est plus loin, juste de l’autre côté de la Méditerranée. Les... Lire la suite (16 novembre)
  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)