Actualité théâtrale

Jusqu’au 19 avril au Théâtre du Lucernaire, partenaire Réduc’Snes

« Je dois tout à ma mère » Mise en scène d’Edith Vernes, avec Philippe Honoré

Au cours d’une soirée banale où, comme à son habitude, il se plaint de la tyrannie de sa mère, François Frin, la quarantaine tranquille, se met à avoir l’idée de la supprimer. Il ne supporte plus ses exigences, ses récriminations et surtout ses humiliations constantes. Mais la tuer, il s’en sent incapable. Alors pourquoi ne pas faire appel à un tueur à gage ?

Dans un univers cinématographique de thriller, avec musique du Parrain et de Psychose, Philippe Honoré, aidé par l’astucieuse mise en scène d’Edith Vernes, nous entraîne pas à pas dans l’exécution du projet. La pièce est construite en flash-back. On connaît la fin, mais le déroulement de l’histoire va se dévoiler peu à peu et révéler des surprises. Cela paraît cruel mais c’est très drôle. Nous croisons la mère de François, dépressive et particulièrement odieuse, son meilleur ami à qui il emprunte de quoi payer le tueur, et le tueur lui-même, organisé et méprisant. Les dialogues sont vifs, les répliques acérées et au fil de la pièce on se prend à souhaiter l’aider dans son projet !

Sur un plateau nu, avec juste une chaise, Philippe Honoré, qui, jusqu’à présent s’était consacré à la mise en scène et à l’écriture d’adaptations très réussies, en particulier pour les créations de Philippe Person (Marcel Proust, Victor Hugo, Oscar Wilde et récemment Guy de Maupassant) passe cette fois sur la scène. Il joue avec talent tous les rôles, François pris dans les affres de l’indécision face à la solution définitive qui lui est venue à l’esprit, la mère qui ne cesse de traiter son fils de mou et de bon à rien et qui ne manque pas une occasion de l’abaisser, Damien, le copain hâbleur mais toujours prêt à aider et enfin le tueur qui semble tout droit sorti d’un film de Kauri Arismaki.

Si vous avez parfois eu l’envie de tuer votre mère, et qui ne l’a pas eue, allez vous réjouir au Lucernaire.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)