Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Jean-Paul Salomé (France)

"Je fais le mort" Sortie en salle le 11 décembre 2013.

Jean, un comédien quarantenaire, traverse une période creuse dans sa vie professionnelle.

Sur le point de perdre ses droits au chômage, il accepte un contrat un peu particulier. Il s’agit de jouer le mort dans la reconstitution de crimes.

Or, Jean est un perfectionniste, un tatillon qui a souvent irrité les metteurs en scène par ses interventions.

C’est ainsi qu’il prendra tant à cœur son rôle de mort qu’il finira par découvrir l’identité du criminel avant les responsables de l’enquête.

Le film de Jean-Paul Salomé bénéficie de trois atouts majeurs :

L’idée de départ qui pouvait donner lieu à une belle comédie.

La présence au générique de l’acteur François Damiens qui a une façon unique d’occuper l’espace et dont le jeu est toujours savoureux.

Le décor, une station de ski hors saison ; dont la photographie libère tout le charme.

La comédie nécessite beaucoup de rigueur tant dans l’élaboration du scénario que dans l’écriture des dialogues et c’est dans ces secteurs que le film est faible.

Quelque chose freine sans cesse le rythme du récit.

Ce sont peut-être certains dialogues qui font long feu, un scénario brouillon et embrouillé. Mais c’est surtout le rendez-vous manqué de Géraldine Nakache avec la comédie.

A aucun moment, cette comédienne ne parvient à accrocher le rythme du genre et son personnage se dilue au fur qu’on avance dans l’intrigue.

L’objectif de Jean-Paul Salomé était visiblement de trouver la tonalité et le rythme des comédies américaines. Il cite Blake Edwards, Robert Hamer et Alec Guiness de " Noblesse oblige" . Mais sa réalisation est bien loin de supporter ces comparaisons.

On aime bien les paysages, l’atmosphère de certains intérieurs, certains moments où François Damiens nourrit la comédie, le contre-point qu’apporte Lucien Jean-Baptiste.

On peut voir "Je fais le mort" si on se laisse séduire par l’originalité du sujet, si l’on apprécie le jeu efficace et la désinvolture savoureuse de François Damiens et si l’on aime les intrigues policières un peu tortueuses.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La femme qui s’est enfuie »
    Seule pour la première fois depuis des années de vie conjugale au cours desquelles elle n’a jamais été séparée de son mari, Garrihee désemparée, va rendre visite à trois de ses anciennes amies. Alors... Lire la suite (28 septembre)
  • « Josep »
    Lorsqu’Aurel, dessinateur de presse, découvre le récit de Georges Bartoli sur la Retirada, illustré par des dessins de son oncle Josep, il est si impressionné par la force du trait qu’il désire faire... Lire la suite (28 septembre)
  • « Les héros ne meurent jamais »
    Par hasard, dans une rue de Paris, un inconnu croit reconnaître en Joachim un soldat mort en Bosnie le 21 août 1983. Or le 21 août 1983 est la date de naissance de Joachim. De plus en plus... Lire la suite (28 septembre)
  • « A cœur battant »
    Julie et Yuval était un couple comme un autre, amoureux, parents d’un beau bébé et vivant à Paris. Mais du jour au lendemain, ils se retrouvent face à la nécessité de vivre séparés. On propose à Yuval... Lire la suite (27 septembre)
  • « Ailleurs »
    Sans doute à le suite d’un accident, un garçon se retrouve suspendu, accroché à la branche d’un arbre par les sangles de son parachute. Délivré de cette posture, il se retrouve seul à tenter de trouver... Lire la suite (23 septembre)