Actualité théâtrale

Du 10 novembre au 11 décembre au Théâtre Douze

« Je me sers d’animaux pour instruire les hommes » Un spectacle en musique autour des Fables de La Fontaine

De la phrase-titre de la pièce, la Compagnie Aigle de Sable a tiré un joli spectacle autour de fables plus ou moins connues de La Fontaine. Jean de La Fontaine se prépare à une réception organisée en son honneur chez Madame de La Fablière, où il retrouvera l’élite de la Cour et des Arts et Lettres de son époque. Il y dira quelques-unes de ses fables et attend beaucoup de cette soirée, car il espère un fauteuil à l’Académie française. Un peu anxieux, il demande à sa servante de l’aider à s’habiller, mais aussi de lui donner son avis sur le choix des fables qu’il dira. La servante, un peu insolente et très fine, va l’amener à prendre conscience de certaines contradictions entre le message de liberté, de justice et d’indépendance face à l’autorité que véhiculent les fables, et les contraintes sociales de son temps.

Il est de nombreuses façons de mettre en scène les fables de La Fontaine. La Compagnie Aigle de Sable a choisi de les mettre dans la bouche de l’auteur et de sa servante, dans une situation qui renvoie au couple Pantalone-Arlequin de la Commedia dell’Arte. Entre Jean de La Fontaine, affublé d’un masque et sa servante à la vivacité insolente, s’engage une joute pleine d’humour où la légitimité du pouvoir est sans cesse interrogée. Et l’on découvre ainsi que le plus fort n’a pas toujours le dernier mot… mais qu’il l’a souvent !

La mise en scène s’ouvre sur un troisième personnage, la musique, avec de courts extraits du répertoire baroque joués par une belle harpiste qui donne à l’ensemble une tonalité lyrique et onirique et ne s’interdit pas d’intervenir pour la conclusion d’une fable.

Les éclairages sont beaux, les enfants sourient dans la salle et, tout comme leurs parents, sont heureux de retrouver des fables qu’ils connaissent tous, comme La cigale et la fourmi , et d’en découvrir d’autres, comme Le coq et le renard ou Les obsèques de la lionne.

Micheline Rousselet

 

Du jeudi au samedi à 20h30, le dimanche à 15h30.

Relâche les 11, 26 et 27 novembre

Théâtre Douze

6 avenue Maurice Ravel, 75012 Paris

Réservations : 01 44 75 60 31

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Massacre »
    Deux femmes dans le salon d’un hôtel. L’une D est la propriétaire de l’hôtel qu’elle a décidé de fermer définitivement. L’autre H est l’unique cliente, que D voudrait bien convaincre de quitter les lieux... Lire la suite (29 janvier)
  • « Angels in America »
    New York 1985, début de l’épidémie du Sida présentée par les puritains comme une punition divine à l’encontre des gays. Un avocat aussi cynique que célèbre, juif et homosexuel, refusant de reconnaître et... Lire la suite (27 janvier)
  • « Le K »
    Treize nouvelles qui donnent aux événements banals de la vie quotidienne une dimension fantastique, tantôt inquiétante, tantôt drôlissime. Gregori Baquet les a prises dans Le K de Dino Buzzati, le... Lire la suite (26 janvier)
  • "J’ai rêvé la Révolution"
    « J’ai rêvé la Révolution » est repris : Du 29 au 31 janvier à la Comédie de Picardie à Amiens (80) Du 27 février au 8 mars au théâtre de l’Épée de bois à Paris En parallèle il y a un spectacle court... Lire la suite (26 janvier)
  • « La mégère apprivoisée »
    Un jeune homme Lucentio arrive à Padoue avec son valet, aperçoit une jeune fille fort jolie et en tombe amoureux. Mais le père de Bianca a décidé qu’elle ne pourrait se marier que lorsqu’un mari se... Lire la suite (24 janvier)