Actualité théâtrale

Du 10 novembre au 11 décembre au Théâtre Douze

« Je me sers d’animaux pour instruire les hommes » Un spectacle en musique autour des Fables de La Fontaine

De la phrase-titre de la pièce, la Compagnie Aigle de Sable a tiré un joli spectacle autour de fables plus ou moins connues de La Fontaine. Jean de La Fontaine se prépare à une réception organisée en son honneur chez Madame de La Fablière, où il retrouvera l’élite de la Cour et des Arts et Lettres de son époque. Il y dira quelques-unes de ses fables et attend beaucoup de cette soirée, car il espère un fauteuil à l’Académie française. Un peu anxieux, il demande à sa servante de l’aider à s’habiller, mais aussi de lui donner son avis sur le choix des fables qu’il dira. La servante, un peu insolente et très fine, va l’amener à prendre conscience de certaines contradictions entre le message de liberté, de justice et d’indépendance face à l’autorité que véhiculent les fables, et les contraintes sociales de son temps.

Il est de nombreuses façons de mettre en scène les fables de La Fontaine. La Compagnie Aigle de Sable a choisi de les mettre dans la bouche de l’auteur et de sa servante, dans une situation qui renvoie au couple Pantalone-Arlequin de la Commedia dell’Arte. Entre Jean de La Fontaine, affublé d’un masque et sa servante à la vivacité insolente, s’engage une joute pleine d’humour où la légitimité du pouvoir est sans cesse interrogée. Et l’on découvre ainsi que le plus fort n’a pas toujours le dernier mot… mais qu’il l’a souvent !

La mise en scène s’ouvre sur un troisième personnage, la musique, avec de courts extraits du répertoire baroque joués par une belle harpiste qui donne à l’ensemble une tonalité lyrique et onirique et ne s’interdit pas d’intervenir pour la conclusion d’une fable.

Les éclairages sont beaux, les enfants sourient dans la salle et, tout comme leurs parents, sont heureux de retrouver des fables qu’ils connaissent tous, comme La cigale et la fourmi , et d’en découvrir d’autres, comme Le coq et le renard ou Les obsèques de la lionne.

Micheline Rousselet

 

Du jeudi au samedi à 20h30, le dimanche à 15h30.

Relâche les 11, 26 et 27 novembre

Théâtre Douze

6 avenue Maurice Ravel, 75012 Paris

Réservations : 01 44 75 60 31

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)