Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Pierre-Henry Salfati (France)

"Je suis venu vous dire…" Sortie le 15 février 2012

Il semblerait qu’enfant, Pierre-Henry Salfati allait voler les disques de Gainsbourg chez les disquaires, et qu’il en ressentait une telle culpabilité, qu’il s’était promis, pour se racheter de ses chapardages, de faire, plus tard, quelque chose de bien à l’égard de Gainsbourg.

Voilà donc, aujourd’hui, avec " Je suis venu vous dire…" Gainsbourg dédommagé de son manque à gagner d’alors et Salfati délesté de sa vieille culpabilité !

Pierre-Henry Salfati a tenté de faire, en images, le journal intime que Gainsbourg avait promis aux éditions Gallimard et qu’il n’a jamais écrit. Il s’est souvenu d’un petit sujet que le chanteur avait réalisé pour l’émission de Claude Ventura dans le cadre d’une carte blanche. Gainsbourg y avait filmé le quartier de son enfance, la rue Chaptal, le neuvième arrondissement, son école, le Conservatoire. Des images qu’il commentait à la première personne.

C’est dans une tonalité proche qu’il a dressé un portait à la fois attendu et complètement renouvelé du chanteur. On croyait tout savoir sur Gainbourg dont on nous a beaucoup rabattu les oreilles, et il avait fallu l’inventivité, l’intelligence de Johan Sfar pour qu’une œuvre cinématographique sur sa personne nous intéresse encore.

Il fallait peut-être bien s’arrêter là sur le sujet. Pourtant le film de Salfati réussit à apporter un éclairage nouveau à la personne. Ce qu’on retient de celui qui, souvent défraya la chronique, ne doit pas se limiter à l’originalité de son œuvre, ses qualités de musicien, à son sens de la provocation ou à sa légendaire désinvolture.

L’accès à des interviews inédites ont permis à Pierre-Henry Salfaty de trouver matière au portrait plus touchant d’ un homme qui évoque son rapport manqué avec son père, avec une mère qui ne l’avait pas souhaité et qui, par petites touches introspectives, se laisse entrapercevoir comme un looser classieux, quelqu’un qui aurait tout raté, à part Charlotte et son fils Lulu : la peinture à laquelle il se destinait, l’architecture, le littérature, ses amours dont l’histoire ne laisse apparaître que le nom de ses prestigieuses maîtresses.

Un film qu’on suit avec un intérêt soutenu et dont la morale pourrait se traduire par :"On peut très bien se réussir en s’étant beaucoup raté."

 

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Lillian »
    Échouée à New-York, Lillian, une ressortissante russe, décide de rentrer à pied dans son pays d’origine. Seule et déterminée, elle entame un très long voyage à travers l’Amérique profonde pour tenter... Lire la suite (11 décembre)
  • « Le choix d’Ali »
    Ali vit à Paris. Il partage la vie d’Eric depuis deux ans. Un soir, alors qu’il se trouve avec son ami dans une boîte gay, il reçoit un coup de fil de Besançon qui lui apprend que sa mère vient d’être... Lire la suite (10 décembre)
  • « Pahokee, une jeunesse américaine »
    A Pahokee, petite ville située dans le sud de la Floride, le lycée est au centre de toutes les attentions et de la part de toutes les communautés à cause de son équipe de football américain, de ses... Lire la suite (10 décembre)
  • « Jeune Juliette »
    Juliette a quatorze ans. Elle vit à la campagne avec son frère aîné et son père depuis que sa mère a quitté la famille, officiellement pour asseoir sa carrière professionnelle aux États-Unis, mais plus... Lire la suite (9 décembre)
  • « La vie invisible d’Euridice Gusmao »
    Rio de Janeiro 1950, Euridice dix huit ans et Guida vingt ans, sont deux sœurs complices, très liées l’une à l’autre. Elles vivent chez leurs parents et rêvent, l’une d’une carrière de pianiste et... Lire la suite (8 décembre)