Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Pierre-Henry Salfati (France)

"Je suis venu vous dire…" Sortie le 15 février 2012

Il semblerait qu’enfant, Pierre-Henry Salfati allait voler les disques de Gainsbourg chez les disquaires, et qu’il en ressentait une telle culpabilité, qu’il s’était promis, pour se racheter de ses chapardages, de faire, plus tard, quelque chose de bien à l’égard de Gainsbourg.

Voilà donc, aujourd’hui, avec " Je suis venu vous dire…" Gainsbourg dédommagé de son manque à gagner d’alors et Salfati délesté de sa vieille culpabilité !

Pierre-Henry Salfati a tenté de faire, en images, le journal intime que Gainsbourg avait promis aux éditions Gallimard et qu’il n’a jamais écrit. Il s’est souvenu d’un petit sujet que le chanteur avait réalisé pour l’émission de Claude Ventura dans le cadre d’une carte blanche. Gainsbourg y avait filmé le quartier de son enfance, la rue Chaptal, le neuvième arrondissement, son école, le Conservatoire. Des images qu’il commentait à la première personne.

C’est dans une tonalité proche qu’il a dressé un portait à la fois attendu et complètement renouvelé du chanteur. On croyait tout savoir sur Gainbourg dont on nous a beaucoup rabattu les oreilles, et il avait fallu l’inventivité, l’intelligence de Johan Sfar pour qu’une œuvre cinématographique sur sa personne nous intéresse encore.

Il fallait peut-être bien s’arrêter là sur le sujet. Pourtant le film de Salfati réussit à apporter un éclairage nouveau à la personne. Ce qu’on retient de celui qui, souvent défraya la chronique, ne doit pas se limiter à l’originalité de son œuvre, ses qualités de musicien, à son sens de la provocation ou à sa légendaire désinvolture.

L’accès à des interviews inédites ont permis à Pierre-Henry Salfaty de trouver matière au portrait plus touchant d’ un homme qui évoque son rapport manqué avec son père, avec une mère qui ne l’avait pas souhaité et qui, par petites touches introspectives, se laisse entrapercevoir comme un looser classieux, quelqu’un qui aurait tout raté, à part Charlotte et son fils Lulu : la peinture à laquelle il se destinait, l’architecture, le littérature, ses amours dont l’histoire ne laisse apparaître que le nom de ses prestigieuses maîtresses.

Un film qu’on suit avec un intérêt soutenu et dont la morale pourrait se traduire par :"On peut très bien se réussir en s’étant beaucoup raté."

 

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)
  • « Trois étés »
    Chaque année, Edgar et Marta qui appartiennent à la classe de la finance du Brésil organisent une grande fête dans la luxueuse résidence d’été qu’ils possèdent près de Rio de Janeiro. La réception est... Lire la suite (9 mars)
  • « La bonne épouse »
    Paulette Van Der Beck est la directrice d’une institution pour jeunes filles dont l’enseignement se résume à faire d’elles de futures parfaites épouses et maîtresses de maison. Ce genre d’établissement... Lire la suite (9 mars)