Actualité théâtrale

Jusqu’au 1° janvier 2014, au Ciné 13 Théâtre, partenaire Réduc’Snes.

"Jean Martin ou la vie normale" Une comédie de Pierre-Antoine Durand et Benjamin Bellecour.

Amine, tout juste débarqué de Roissy, part à la recherche d’un emploi et d’un toit.

Deux démarches qui s’annoncent longues et fastidieuses quand on porte un tel prénom.

Sur les conseils de son logeur provisoire, il s’appellera dorénavant Jean Martin afin de passer inaperçu et d’accéder à une "vie normale".

Sa surprise est grande quand il se retrouve face à d’autres Jean Martin qui ont fait de la "normalité" une nécessité, mais aussi, un art de vivre.

Amine deviendra l’un des leurs.

Le spectacle qui se donne en ce moment sur le plateau de Ciné XIII Théâtre se présente, dans un premier temps comme un récit désordonné, sautant du coq à l’âne ; comme une comédie débridée dont on ne sait pas bien où elle va.

Mais derrière l’apparence, un rythme (un peu trop) endiablé, des personnages déjantés et imprévisibles, se tiennent en arrière-plan des sujets bien contemporains : l’identité, la notion de normalité, le sort des étrangers, l’individualisme ou la solidarité.

" Jean Martin" est un spectacle qui échappe à chaque fois qu’on croit le saisir. Mais pour mieux rebondir et conduire le spectateur sur encore d’autres chemins imprévus.

Si l’on s’y perd un peu, parfois (la construction dont le charme est dans l’éclatement pourrait néanmoins se resserrer un peu plus), il faut saluer le ton singulier de l’écriture, les inventions constantes, le travail de la mise en scène, certains dialogues très drôles ainsi que la belle énergie que déploient les quatre comédiens (mention spéciale à la jeune comédienne Anna Mihalcea, radieuse et pétulante) dont l’enthousiasme est communicatif.

Francis Dubois

Ciné Théâtre XIII, 1, Avenue Junot 75 018 Paris.

Réservations (partenariat éduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative : 01 42 54 15 12.

Théâtre LEPIC

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)