Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Bruno Dumont (France)

« Jeanne » Sortie en salles le 11 septembre 2019.

Année 1429, la guerre de cent ans fait rage. Jeanne, jeune bergère, est mystérieusement investie d’un mission guerrière et spirituelle. Obéissant aux voix qui l’ont guidée, elle délivre la ville d’Orléans et remet le Dauphin sur le trône de France.

Mais au cours de la bataille à Paris, elle subit une défaite à la suite de quoi elle est emprisonnée à Compiègne par les Bourguignons, puis livrée aux Anglais.

S’ouvre alors son procès à Rouen au cours duquel on cherche à lui ôter toute crédibilité et la charger de sorcellerie.

Silencieuse à propos de ce qui l’a conduite à ses exploits guerriers, Jeanne est alors condamnée au bûcher.

Cinéma : Jeanne

Après «  Ma loute  » en 2016 qui pouvait déconcerter par son option narrative et des personnages décalés dans un monde bourgeois marginal, Bruno Dumont réalise un OVNI cinématographique «  Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc » , un film chantant proche de la comédie musicale sans appartenir vraiment au genre, tiré de l’œuvre de Charles Peguy.

En 2019, sa «  Jeanne » (tout court), toujours adapté de Charles Péguy, est un film d’action, psychologique, dialogué, qui remet Bruno Dumont sur le rail des réalisations qui lui ont apporté la notoriété et l’ont placé parmi les réalisateurs notables et les plus personnels du cinéma français.

« Jeanne  » est un film d’action sans batailles et surtout un film sur le procès de Jeanne d’Arc qui maintient un suspens même si tout le monde connaît le destin de la pucelle.

Péguy a écrit un texte pointu dans le domaine des idées et très lyrique dans sa forme qui est apparu à Bruno Dumont comme une écriture qui pouvait prendre la forme cinématographique telle quelle, sans renoncement, ni faux semblant. Péguy a vingt quatre ans quand il écrit « Jeanne », i l est athée, anticlérical, idéaliste et aujourd’hui, son texte fait de Jeanne un sujet toujours aussi puissant qui, touchant le vrai, est immuable et charge le personnage de la jeune fille d’une remarquable puissance métaphorique.

Jeanne d’Arc a connu de multiples adaptations cinématographiques (Méliès, De Mille ou Dreyer) au cours desquelles l’ âge de son interprète varie. Falconnetti avait trente cinq ans et Ingrid Bergman, trente neuf.

Chez Bruno Dumont, Jeanne est une enfant. Lise Leplat-Prudhomme, qui l’interprète, a dix ans et si elle porte magistralement l’armure, elle manifeste avec une détermination unique la jeunesse du personnage, sa fougue, son espérance, sa force face aux adultes, sa candeur face aux obstacles, la force de sa mission. Et sa petite taille contredit toutes les images qu’on peut avoir du personnage et lui confère une force et un charisme.

Buno Dumont reste totalement fidèle à sa conception du cinéma et ne quitte jamais le périmètre de ses exigences tout en s’accordant une liberté de narration frisant parfois l’insolence.

Si sa «  Jeanne  » n’est pas très éloignée de l’héroïne de «  Hadewijch  » et si elle est d’une tonalité proche de «  Hors Satan  », le film ne renie pas son cousinage avec «  Le petit quinquin  » ou «  Coincoin et les astronautes » .

L’humour trouve sa place dans le drame et certains interprètes des personnages du procès décalent délicieusement leur jeu pour nous amener le temps d’une tirade, aux limites du burlesque...

Ce film est une merveille de subtilité, d’intelligence et comme à chaque fois, il résume à lui seul la filmographie entière de ce magnifique cinéaste...

A ne pas manquer !

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Voir le jour »
    Jeanne est auxiliaire de santé dans une maternité de Marseille. Avec ses collègues, elles se battent avec un emploi du temps surchargé afin de faire face du mieux qu’elles peuvent à l’accueil et à la... Lire la suite (10 août)
  • « Dawson City, le temps suspendu »
    C’est dans cette petite ville canadienne, à 500 kilomètres au sud du cercle polaire, que le conducteur d’une pelleteuse a mis au jour en 1978, lors de travaux pour un centre de loisirs, des boîtes... Lire la suite (2 août)
  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)