Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Catalina Mesa (France-Colombie)

« Jerico, l’envol infini des jours » Sortie en salles le 20 juin 2018.

C’est dans le village de Jérico, niché au cœur de la Cordillère des Andes où vivait sa grand mère que Catalina Mesa est allée à la rencontre de femmes qui, face à sa caméra, évoquent leur passé et leur vie de vieilles dames. Elles sont hautes en couleurs, frondeuses, provocatrices, nostalgiques, confiantes, battantes ou résignées, pudiques ou impudiques.

Un feu d’artifice de paroles entre humour ou sagesse, musique et humanité.

C’est peut-être parce que c’est un village enclavé au sein des montagnes que Jerico a conservé des traditions qui se sont perdues ailleurs.

Les vieux y vivent longtemps et cette longévité contribue à maintenir un monde traditionnel.

A la mort de Ruth sa grand mère, Catalina Mesa a pris conscience du fait qu’avec cette disparition, un chapitre de l’histoire de sa famille allait s’éteindre à jamais.
Et même si la culture se transmet automatiquement, la réalisatrice a joué sur la tradition orale et décidé de rencontrer de vieilles dames pour mener à bien un travail de mémoire.
Elle a réalisé « Jerico  »pour sa propre famille mais aussi celle de la mémoire collective, celle de la région d’Antioquia et de la Colombie.

Cinéma : Jerico

Parce que les femmes qui interviennent dans le film ont été choisies pour leurs personnalités contrastées, «  Jerico  » apparaît comme un kaléidoscope où chacune représenterait une couleur et un archétype féminin.

Ce sont huit portraits de femmes et dans ces récits de vie où l’intime rejoint souvent le politique, c’est l’histoire de la Colombie qui apparaît en filigrane. Comme l’histoire de Celina dont le fils enlevé a définitivement disparu de sa vie mais pas de son souvenir et que vingt ans plus tard, elle espère voir réapparaître un jour. Son histoire est celle de beaucoup de femmes en Colombie.

Mais les femmes du film de Catalina Mesa sont généralement joyeuses malgré les difficultés de la vie et c’est ainsi que Chila a abordé le drame de la mort de son mari et de ses enfants, comme incidemment, au milieu d’une partie de cartes avec ses amies.

Et jamais quelques soient les drames qu’elles ont pu vivre et bien que certaines d’entre elles aient livré leurs souffrances, elles n’apparaissent comme des victimes repliées sur leur passé. Au quotidien, elles se situent surtout du côté de la vie, de l’humour, de la joie....

La parole des ces femmes est libre et chacune a sa façon de ne pas respecter les limites en abordant leurs amours, la sexualité, la maternité.

Le film se met au service de leur intimité et de leurs paroles, au service de chacune des histoires et fait ressortir de ce qu’il y a d’émouvant dans cette culture, de ce qu’il y a de simple, de digne et de beau.

Le film s’est également mis au service d’une oralité que la réalisatrice voulait célébrer mais sans jamais nier la face sombre de l’histoire ou de l’état du pays

«  Jerico » est un film coloré, lumineux dont chaque plan est très agréable à l’œil sans jamais exploiter la joliesse des décors, qu’il s’agisse des façades colorées de maisons typiques, du charme désuet des intérieurs, de cette lumière qui inonde les rues de la ville.

Le film ne commente jamais rien, ne porte aucun jugement, ni sur la religion dans son ensemble, ni à propos de Fabiola qui se bat avec ses saints, ni sur Elvira qui passe un contrat avec la vierge, ni sur Chila quand elle s’adresse aux anges dans l’église.

Un film d’une belle délicatesse.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les petits maîtres du grand hôtel »
    Jacques Deschamps, le réalisateur du film se trouvait à Grenoble où il participait à la commission de sélection des étudiants désirant intégrer le Master de cinéma-documentaire de Lussas, en Ardèche.... Lire la suite (22 septembre)
  • « Ceux qui travaillent »
    Sans diplôme et parti de très bas, devenu à force de volonté cadre supérieur dans une grande compagnie de fret maritime, Franck a de tout temps consacré sa vie au travail. Alors qu’il doit réagir dans... Lire la suite (22 septembre)
  • « Bacarau » 
    En 2016, Kleber Mendonça Filho présentait à Cannes « Aquarius » et brandissait avec son équipe, des pancartes dénonçant ce qu’ils considéraient comme un coup d’État contre la présidente Dilma Rousseff.... Lire la suite (21 septembre)
  • « Ne croyez surtout pas que je hurle »
    A la suite d’une rupture amoureuse qui l’a mis face à des difficultés financières insurmontables et pour plus de commodités, Franck Beauvais quitte Paris et ses activités cinématographiques déjà... Lire la suite (21 septembre)
  • « Ma folle semaine avec Tess »
    Sam, onze ans passe ses vacances d’été avec sa famille, sur une idyllique île néerlandaise. Il a pris la décision de s’isoler plusieurs heures par jour pour s’habituer à une solitude dont il compte... Lire la suite (15 septembre)