Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Caroline Poggi et Jonathan Vinel (France)

« Jessica for ever » Sortie en salles le 1er mai 2019.

Qui est Jessica ?

Elle a recueilli dans une vaste maison du bord de la méditerranée et regroupé dans son giron, un groupe de jeunes hommes dont on ressent, chez chacun d’entre eux, à fleur de peau, la menace toujours possible d’anciennes réactions de violence et de révolte.

A son contact, ces « enfants perdus », orphelins de la société, qui n’avaient jamais connu l’amour sont devenus des agneaux, complètement conquis par cette vie communautaire dans le décor ensoleillé du midi.

Ensemble et sous le regard vigilent de Jessica, présente et dévouée, ils constituent une sorte de famille parallèle et cherchent ensemble à créer un monde de douceur et d’échanges où ils auront au moins l’impression d’être eux-mêmes.

Mais qu’advient-il quand ils quittent le cocon et retrouvent ce qui, auparavant, déclenchait chez eux une irrépressible violence ?

Cinéma : Jessica for ever

Habituellement, le cinéma raconte ce qui peut conduire les jeunes à la violence, aux pulsions de révolte qui peuvent agir comme des bombe à retardement.

Dans le film de Caroline Poggi et Jonathan Vinel, la démarche est à l’opposé.

Elle raconte ce qui peut amener à l’apaisement, à comment renouer avec le contact, l’échange et le partage...

Dans une société qui condamne trop rapidement les gens et les case très vite au rang d’irrécupérables, ce genre d’îlot où on rend confiance à des individus qui se sont toujours sentis marginaux ou rejetés peut être d’une grande utilité.

Mais «  Jessica for ever  » comme si les réalisateurs savaient les limites d’une telle démarche, ne se présente pas comme un film social.

Le récit reste à l’état de conte, d’une belle histoire sur la reconstruction d’êtres qui portent en eux un potentiel de générosité mais que, dans une existence antérieure, des événements ont mutilés et malheureusement peut-être déjà irrémédiablement condamnés.

Et à la fin de la projection de « J essica for ever  », la question se pose de nouveau à propos de Jessica. Qui est cette femme apparemment fortunée, belle et généreuse, qui a consacré sa vie au sauvetage de jeunes hommes perdus, d’individus qui portent des blessures visiblement difficiles à cicatriser ? Une femme dont la générosité ne fait pas de doute ou un gourou ?

Mais en attendant de trouver réponse à ces questions, le film propose une série de portraits de jeunes hommes blessés convertis aux bons sentiments, attachants, émouvants à force de cette candeur qui les rattache à l’enfance, douillettement installés dans un confort dont ils ont l’air de penser qu’ils n’en seront jamais plus privés.

Mais qu’en sera-t-il d’eux quand ils seront un jour ou l’autre relâchés, restitués à une vie dont ils risquent de retrouver l’inconfort et l’agressivité ?

Un conte contemporain ? L’histoire d’une utopie ? Un regard optimiste sur le monde ?

La question reste posée....

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)
  • « L’angle mort »
    Bébé déjà, Dominick disparaissait mystérieusement de la vue de ses proches. Adulte, le pouvoir de se rendre invisible existe toujours mais il ne s’en sert pas beaucoup. Pire, il a fait de son pouvoir... Lire la suite (14 octobre)
  • « Warrior women »
    « Warrior women » dresse le portrait d’une grande dame des luttes indiennes-américaines, Madonna Thunder Hawk. Le film retrace sa vie de militante, de son éveil politique à la fin des années soixante... Lire la suite (13 octobre)
  • « Martin Eden »
    Martin Eden, un jeune marin voué à ne jamais quitter le milieu prolétaire qui est le sien va, grâce à sa nature curieuse et ambitieuse et au bénéfice de rencontres favorables, voir se dessiner une... Lire la suite (13 octobre)
  • « Mathias et Maxime »
    Mathias et Maxime sont deux amis d’enfance. Leurs rapports amicaux et limpides ne sont menacés d’aucun changement jusqu’au jour où, pour les besoin d’un court métrage amateur, on leur demande de jouer... Lire la suite (12 octobre)