Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de François Ozon (France)

"Jeune et jolie" Sortie le 21 Août 2013

Isabelle a tout juste dix-sept ans. Elle est jolie, un peu secrète et au cours de vacances au bord de la mer, elle rencontre un garçon avec qui elle fait l’amour.

Ce n’est pas cette première fois qui provoque chez elle le déclic, mais de retour à Paris, elle répond à une proposition de rencontre sur internet avec un homme beaucoup plus âgé qu’elle.

A celui-là, succédera un autre, puis un autre. Les trois cents € qu’elle récupère à chaque fois constituent un petit magot dont elle ne fait rien.

Jusqu’au jour où la machine s’enraye…

Jamais, la matière d’un film n’aura aussi bien tenu dans les deux mots de son titre. La jeune comédienne Marine Vacth qui interprète le personnage d’Isabelle est très jolie et même dans les tenues classiques qu’elle porte pour se rendre à ses rendez-vous, même juchée sur des chaussures à talons, elle apparaît très jeune.

La première moitié du film de François Ozon est très lisse, tout à l’image du personnage. A peine le réalisateur trouble-t-il le récit avec la curiosité insistante du jeune frère à propos de la vie sentimentale de sa sœur. A peine surprend-on dans les couloirs d’un théâtre, au moment de l’entracte, la mère d’Isabelle se tenant très près du mari de sa meilleure amie.

Quelle sorte de plaisir, si tant est qu’elle en ressent, Isabelle retire-t-elle de ces moments avec des hommes, dans des chambres d’hôtel de luxe ? Il n’est pas certain que l’argent qu’elle gagne en faisant l’amour soit le véritable enjeu. Même si on la voit de temps à autre, ouvrir la pochette dissimulée dans un placard dans laquelle elle entasse les billets.

La découverte de ses activités clandestines surprendra son entourage et il n’est pas certain qu’une fois la lumière faite, elle ne soit pas elle-même étonnée de ce qui lui arrive.

Les réponses aux questions que lui posent sa mère ou la police restent évasives, ne se démarquent pas d’une sorte d’indifférence.

Il en est de même lorsqu’elle est amenée à tenter d’en dire plus lors des séances chez un psychiatre que sa mère lui a imposées.

Le film de François Ozon ne répond pas plus aux questions que se pose le spectateur. Il laisse les choses en l’état et son personnage dans le flou d’une interrogation.

La rencontre entre Isabelle et la femme de son dernier "client" avec lequel s’était établie une certaine tendresse ne nous éclaire pas plus.

François Ozon a réalisé un film secret dont le charme tient dans la beauté et la performance de comédienne de Marine Vacth, dans la fluidité du récit qui finit par dégager une sorte de force fascinante. Le fait que le film se passe sur quatre saisons, chacune accompagnée par une chanson de Françoise Hardy conforte dans l’idée qu’avec son film, le réalisateur a opté pour la nostalgie, la nôtre sans doute et peut-être, celle qui hantera plus tard les souvenirs d’Isabelle…

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)