Actualité théâtrale

au Théâtre de poche Montparnasse

« Journal à quatre mains » de Benoîte et Flora Groult

Benoîte et Flora Groult ont grandi dans une famille bourgeoise d’intellectuels dans les années 30. Leur parents fréquentent les écrivains et peintres les plus connus, Picasso, Paul Morand, Jouhandeau ou Marie Laurencin, mais aussi le milieu de la mode, leur oncle est le couturier Paul Poiret. Elles ont publié ce « journal à quatre mains » à la fin des années cinquante. Toutes deux journalistes (Benoîte a crée avec Claude Servan-Schreiber le mensuel féministe F Magazine, Flora a écrit pour Elle, Connaissance des Arts et Les lettres françaises), elles publieront séparément plusieurs romans et essais, s’intéressant plus particulièrement à la condition féminine et au féminisme. Les extraits de leur journal présenté ici, se situent de la guerre à la Libération. Benoîte a 19 ans quand la guerre éclate et Flora 14, la seconde est considérée comme une artiste par la famille, elle est charmante, un peu insouciante, l’aînée est vue, par sa mère surtout, comme une intellectuelle « vouée à la réussite universitaire ». Pour les deux la guerre sonne la fin de l’insouciance, même si elles sont ultra protégées par leur milieu. Benoîte plus âgée et plus mûre est plus sensible à la situation, Flora en bonne adolescente s’interroge sur ses amours. Pourtant c’est Benoîte qui tombe vraiment amoureuse et se marie, mais se retrouve vite veuve de son époux résistant. Les deux sœurs, d’un caractère fort différent, ont une énorme complicité et partagent une vision pleine d’humour mais aussi très morale sur elles-mêmes, leur famille et leur environnement. Le texte est brillant, on est séduit par tant d’intelligence et l’on s’amuse.
Panchika Velez a finement mis en scène ce journal. Dans le décor unique d’une chambre, meublée de deux divans, les deux actrices circulent comme entre deux chambres. Elles disent leurs sentiments, leurs exaspérations face à l’occupant allemand, leur refus des discours dominants, leurs interrogations sur l’amour ou sur le lien familial. Lisa Schuster offre à Flora sa blondeur et sa fraîcheur. Elle est parfaite pour incarner cette jeune fille qui séduit beaucoup mais qui est indécise parce qu’elle s’interroge avec exigence sur l’amour. Aude Briant incarne le sérieux et l’engagement de Benoîte, capable de décisions rapides, parfois inattendues mais toujours pensées. Les deux artistes rendent à merveille les différences de personnalité entre les deux sœurs, mais aussi leur profonde complicité avec en fil directeur l’acuité de leurs jugements et leur humour ravageur.
Micheline Rousselet

Théâtre de poche
75 bld du Montparnasse - 75014 Paris
Réservations (en se recommandant du Snes mais lieu non encore partenaire Réduc’snes) : 01 45 48 92 97

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Rabelais »
    En 1968 Jean-Louis Barrault était prêt à monter à l’Odéon, théâtre qu’il dirigeait, un spectacle sur Rabelais, qui ne s’en tenait pas qu’à Gargantua et Pantagruel mais puisait aussi dans le Tiers, le... Lire la suite (12 décembre)
  • « Jusqu’ici tout va bien »
    Tout le monde a le souvenir d’un de ces repas de Noël où tout part en vrille. À la faveur de ce repas, souvent fort long et bien arrosé censé montrer l’amour que l’on porte à sa famille, il arrive que... Lire la suite (12 décembre)
  • « J’ai des doutes »
    François Morel a eu envie d’aller au paradis rendre visite à Raymond Devos. Cela commence par la petite musique de la chanson Le clown est mort et sur un grand coup de tonnerre Dieu-François Morel... Lire la suite (10 décembre)
  • « Europa (esperanza) »
    Sur une plage d’Alger deux jeunes, Nader et Djamel, 14 ans et 12 ans et demi discutent. Ils voient juste en face « l’Europe lascive Babylone ». De cette Europe ils n’ont qu’une miette, un portable, «... Lire la suite (9 décembre)
  • Des reprises
    La fin de l’homme rouge Reprise à L’Atalante, 10 place Charles Dullin, 75018 Paris du 3 janvier au 3 février Réservations 01 46 06 11 90 Deux parties : Le temps du désenchantement et Dix... Lire la suite (5 décembre)