Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Guillaume Senez (Belgique-France)

"Keeper" Sortie en salles le 23 mars 2016.

Maxime et Mélanie ont à peine quinze ans. Ils s’aiment d’un amour qui, bien sûr, promet d’être éternel.

Ensemble ils explorent, avec tendresse et les maladresses de leur âge, leur sexualité.

Un jour, Mélanie découvre qu’elle est enceinte. Leur réaction face à la nouvelle est dans un premier temps, contrastée. Maxime l’accepte mal alors que Mélanie n’est pas loin d’être tentée par l’idée de cette prochaine maternité.

Maxime, au fil des jours se conforte dans l’idée de devenir père et convainc Mélanie, encore hésitante, de garder l’enfant.

Lorsqu’ils tombent tous les deux d’accord sur l’idée de devenir parents, il reste à annoncer la nouvelle à leur famille.

Si les parents (divorcés) de Maxime ne s’opposent pas à la venue d’un bébé malgré le jeune âge des géniteurs, la mère de Mélanie est, forte de sa propre expérience de jeune mère, pour une interruption de grossesse.

Maxime, lui, compte sur ses talents de footballeur et sur sa sélection prochaine dans une équipe de futurs professionnels pour convaincre son entourage de sa capacité à prendre très vite en charge, la vie d’une famille.

Cinéma : Keeper

Guillaume Senez filme l’adolescence dans sa beauté, sa complexité, sa naïveté, ses doutes et ses certitudes, avec une tendresse infinie et une grande empathie pour ses personnages.

Sa mise en scène est comme un accompagnement complice des deux adolescents.

Il saisit avec une précision d’orfèvre ce duo juvénile dans une fragilité qui résulte d’un mélange fluctuant de surprenante maturité et d’enfance.

Les personnages de Mélanie et de Maxime sont d’une grande justesse. Ils sont saisis par l’objectif, tant dans leur détermination que dans leurs hésitations assumées. Volontaires et à chaque fois, sûrs de leurs choix, ils sont tour à tour, et tout aussi pleinement, femme et petite fille, homme et petit garçon.

Le sourire ou l’expression de gravité qui s’inscrit sur le visage aux arrondis encore enfantins de Mélanie en témoignent.

Tout laissait supposer que ce serait du point de vue de la future jeune mère qu’allait se dérouler le récit.

Or, le réalisateur a fait un autre choix et c’est par le prisme de la paternité (et sans doute de l’impuissance de la paternité) que le spectateur va suivre cette histoire touchante, plus dans l’émotion que dans le sentiment.

Guillaume Senez empoigne son sujet. Il lui donne une ferveur et une authenticité confondante avec, dans la continuité, autant de moments saillants que de moment en creux. La justesse de ses personnages, le ciselé des dialogues, un choix habile de situations qui font ressentir les choses comme elles existent sans pour autant les expliquer, une absence de jugement, de tout manichéisme fait de "Keeper " une sorte d’épopée intimiste.

En Belgique comme dans d’autres pays anglophones, "Keeper " signifie "gardien de but", un poste plutôt ingrat dans le football qui, en terme d’impuissance, fait écho au non-pouvoir de Maxime face à la grossesse de Mélanie.

Et partant d’une situation d’impuissance, "Keeper " est au final, un film sur l’envie, même si l’objet convoité est un enfant à naître.

Le film défie tous les pièges qui guettaient le traitement d’un tel sujet. Il est un superbe et juste portrait de l’adolescence.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Roads »
    Gyllen est un garçon de tout juste dix-huit ans, originaire de Londres, parti avec sa famille pour des vacances au Maroc. On ne saura pas très bien les raisons pour lesquelles il décide de fausser... Lire la suite (16 juillet)
  • « Her smell »
    Bercky Something est une superstar du rock des années 90 qui a rempli les stades avec son Girls band : « Something She » Lorsque ses excès, ses caprices de vedette adulée finissent par mettre en... Lire la suite (15 juillet)
  • « Persona non grata »
    José Nunes et Maxime Charasse sont des amis de longue date et associés minoritaires dans une entreprise de BTP momentanément en difficulté. Face à la nécessité de protéger leurs intérêts, ils décident... Lire la suite (14 juillet)
  • « L’oeuvre sans auteur »
    A Dresde, en juillet 1937, un enfant, Kurt Barnet visite avec sa tante Elisabeth l’exposition sur « l’art dégénéré » organisée par le régime nazi pour lesquels les représentants notables sont entre autres... Lire la suite (14 juillet)
  • « Le voyage de Marta »
    Marta que son père à invitée avec son jeune frère pour des vacances au Sénégal dans un complexe touristique avec excursions et animations, s’ennuie ferme mais prend son mal en patience. Elle traîne sa... Lire la suite (13 juillet)