Actualité théâtrale

Jusqu’au 18 octobre au Lucernaire

« Kiki de Montparnasse »

Elle fut la reine de Montparnasse dans les années 20, posant pour Soutine, Fujita, Modigliani et d’autres. Man Ray immortalisa son dos dans son célèbre Violon d’Ingres. Mais elle fut plus qu’un modèle. Elle faisait le portrait de soldats américains pour quelques sous, elle chantait, dansait, animait le Montparnasse des années folles, passant de La Rotonde à La Coupole, du Jockey Bar au Bar Dingo, elle fut l’amie des peintres pour qui elle posait mais aussi d’Hemingway, de Desnos et des surréalistes. Elle fut surtout une femme libre, jamais grue, mais grande amoureuse, que ses amours entraînèrent jusqu’à New-York et ses défaites jusqu’à la drogue, mais qui revint toujours à Montparnasse.

Théâtre : Kiki de Montparnasse

Jean-Jacques Beineix, que l’on connaît pour ses mises en scène de cinéma ( 37°2 le matin , Diva , etc.) a été fasciné par cette personnalité hors du commun et a eu envie de la mettre en scène. Les musiques de Reinhardt Wagner, avec lequel il avait collaboré sur plusieurs films, ont fait le reste. Dans un décor de bric-à-brac évoquant un atelier de peintre où un écran sert de support à quelques projections vidéo, c’est une Kiki en kimono japonais ou en robe lamée 1930, enfilant des bas noirs, long collier de perles au cou, qu’il met en scène. Les projections vidéo créent un climat, disque qui tourne évoquant le temps passé, éclairages brillants des nuits de Montparnasse, rideau flottant devant une fenêtre ouverte qui renvoie délicatement au suicide de Jeanne Hebuterne désespérée par la mort de Modigliani.

Héloïse Wagner est Kiki. Elle alterne chansons discrètement chorégraphiées et scènes de théâtre, tirées du livre de mémoires de Kiki. Sa voix grave et chaude trace le parcours de Kiki, petite fille élevée par sa grand-mère, qui connut la faim et le froid en arrivant à Paris, fut recueillie par Soutine qui brûlait les lattes de parquet de son appartement pour la réchauffer et aima passionnément Man Ray qui l’abandonna. Accompagnée par Rodrigue Fernandes à l’accordéon et Rémy Oswald à la guitare, qui n’hésitent pas à s’inscrire dans l’histoire, petit calot de marin américain sur la tête, chantant aussi bien qu’elle joue, elle fait vivre cette femme libre, à la vie flamboyante, amoureuse passionnée et déchirante d’émotions.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h30, le dimanche à 19h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « À deux heures du matin »
    Pourquoi cet homme n’a-t-il pas allumé son téléphone portable depuis trois jours, pourquoi a-t-il effacé son compte facebook pour le rouvrir peu après sous un autre nom, pourquoi n’a-t-il pas pris... Lire la suite (17 septembre)
  • « Danser à la Lughnasa »
    Un jeune homme se souvient de l’été 1936 dans la maison familiale isolée en Irlande où il vivait avec sa mère et ses quatre tantes. Michaël s’en souvient car il y eut cet été là le retour de son oncle,... Lire la suite (16 septembre)
  • « Les naufragés » suivi de « La fin de l’homme rouge »
    Après Ressusciter les morts , Emmanuel Meirieu s’attache à nouveau à adapter deux livres témoignages, Les naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck et La fin de l’homme rouge de... Lire la suite (16 septembre)
  • Théâtre 14
    Les nouveaux directeurs du théâtre 14, Mathieu Touzé et Édouard Chapot, proposent aux abonnés et aux curieux, pendant la durée des travaux au théâtre qui vont durer jusqu’au 20 janvier, UN PARCOURS... Lire la suite (13 septembre)
  • « Tempête en juin »
    Ce sont les deux parties de Suite française que Virginie Lemoine et Stéphane Laporte ont adapté et mis en scène (Virginie Lemoine seule pour la seconde partie) dans ces deux spectacles. Irène... Lire la suite (13 septembre)