Autour du Jazz

L’accumulation du Capital.

« Kind of Red » Das Kapital 

« Das Kapital » est un trio, bizarre comme il se doit. Un ténor allemand installé à Reims, Daniel Erdmann, un guitariste danois, Hasse Poulsen et un batteur – je ne suis pas sur que cette dénomination convienne tellement ce musicien est capable de tout, mais il est aussi batteur et il le démontre – français Edward Perraud pour une musique qui ne se refuse rien. Il en est à son troisième album et la volonté de créer des univers ne les a pas abandonnés. Ils font partie de cette scène qu’il faut continuer à appeler « jazz » malgré tout, pour la dynamiter et, ainsi, redonner envie d’écouter cette musique étrange venue d’ailleurs. Leur énergie est communicative. Ils ne s’installent pas dans une routine. Les entendre est toujours une surprise. Ils sollicitent toutes les mémoires et d’abord celles du free jazz – mais pas seulement – pour s’installer dans des structures d’une musique informelle. Ils font tout autant appel au rock, à la country – on peut reconnaître une allusion à « Apache » - mais aussi aux musiques du monde et à leurs propres références. Un collage qui fonctionne. La joie de jouer transperce l’auditeur malgré le filtre de l’enregistrement.
Jazz : das Kapital

« Kind of Red », une sorte de rouge, pourrait faire référence au chef d’œuvre de Miles Davis, « Kind of Blue » (1959), porte d’entrée dans un nouveau monde, celui du modal. Miles et son sextet portaient un avenir en proposant une nouvelle architecture en se servant de toute l’histoire du jazz, une histoire d’émancipation, une histoire et un présent d’espoir de changements profonds. Dans le même temps Ornette Coleman faisait de même de son côté construisant de nouvelles structures. Ces influences restent présentes dans la musique d’aujourd’hui mais elles ne sont plus alimentées par des futurs possibles.

« Das Kapital » exprime une révolte contre cette société qui a perdu toute sens éthique, qui ne raisonne que par l’augmentation du profit à court terme et oublie toutes les expériences du passé. Ce « Kind of Red » dit aussi toute la barbarie d’un monde sans fraternité, sans vision collective de son avenir. Tout en restant à distance pour pouvoir rire de tout. Comme le montre la pochette. Ces trois là, avec leur chapka et leur cravate verte, rouge et bariolée, sont à l’image d’une société qui n’a plus peur du rouge. Malheureusement !

Nicolas Béniès

« Kind of Red », Das Kapital, Label Bleu/L’Autre Distribution

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • Petit voyage dans les nouveautés Jazz
    Un voyage au long cours en solitaire pour débuter cette série. Claude Tchamitchian a voulu à la fois rendre hommage à la contrebasse et à Jean-François Jenny-Clark, mort voici 20 ans qui, comme le... Lire la suite (30 juillet)
  • Petit voyage dans les temps du jazz via les nouveautés
    La musique sur le Net est en perte de vitesse. Le streaming ne fait plus recette. Le retour du vinyle est un indice. La musique compressée est-elle encore de la musique ? Les parutions de CD... Lire la suite (10 juin)
  • Jazz sous les pommiers
    Une bonne semaine de jazz et tout est différent. Le monde s’habille des couleurs de l’arc-en-ciel avec des dominantes de bleus et de noirs, comme si la société oubliait ses blessures pour communier... Lire la suite (5 juin)
  • « Inner Roads », Hugo Corbin
    Hugo Corbin, guitariste et compositeur, a décidé, dans « Inner Roads », d’explorer ces voies sans entrées que sont les routes internes, celles fréquentées les jours et nuits où dominent le sentiment d’un... Lire la suite (22 avril)
  • « Animi », Shauli Einav
    Shauli Einav, saxophoniste israélien installé à Paris, ne veut pas perdre la mémoire d’un temps où l’avant-garde était saluée comme une nécessité vitale et participait de l’utopie de la construction d’un... Lire la suite (20 avril)