Autour du Jazz

L’accumulation du Capital.

« Kind of Red » Das Kapital 

« Das Kapital » est un trio, bizarre comme il se doit. Un ténor allemand installé à Reims, Daniel Erdmann, un guitariste danois, Hasse Poulsen et un batteur – je ne suis pas sur que cette dénomination convienne tellement ce musicien est capable de tout, mais il est aussi batteur et il le démontre – français Edward Perraud pour une musique qui ne se refuse rien. Il en est à son troisième album et la volonté de créer des univers ne les a pas abandonnés. Ils font partie de cette scène qu’il faut continuer à appeler « jazz » malgré tout, pour la dynamiter et, ainsi, redonner envie d’écouter cette musique étrange venue d’ailleurs. Leur énergie est communicative. Ils ne s’installent pas dans une routine. Les entendre est toujours une surprise. Ils sollicitent toutes les mémoires et d’abord celles du free jazz – mais pas seulement – pour s’installer dans des structures d’une musique informelle. Ils font tout autant appel au rock, à la country – on peut reconnaître une allusion à « Apache » - mais aussi aux musiques du monde et à leurs propres références. Un collage qui fonctionne. La joie de jouer transperce l’auditeur malgré le filtre de l’enregistrement.
Jazz : das Kapital

« Kind of Red », une sorte de rouge, pourrait faire référence au chef d’œuvre de Miles Davis, « Kind of Blue » (1959), porte d’entrée dans un nouveau monde, celui du modal. Miles et son sextet portaient un avenir en proposant une nouvelle architecture en se servant de toute l’histoire du jazz, une histoire d’émancipation, une histoire et un présent d’espoir de changements profonds. Dans le même temps Ornette Coleman faisait de même de son côté construisant de nouvelles structures. Ces influences restent présentes dans la musique d’aujourd’hui mais elles ne sont plus alimentées par des futurs possibles.

« Das Kapital » exprime une révolte contre cette société qui a perdu toute sens éthique, qui ne raisonne que par l’augmentation du profit à court terme et oublie toutes les expériences du passé. Ce « Kind of Red » dit aussi toute la barbarie d’un monde sans fraternité, sans vision collective de son avenir. Tout en restant à distance pour pouvoir rire de tout. Comme le montre la pochette. Ces trois là, avec leur chapka et leur cravate verte, rouge et bariolée, sont à l’image d’une société qui n’a plus peur du rouge. Malheureusement !

Nicolas Béniès

« Kind of Red », Das Kapital, Label Bleu/L’Autre Distribution

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Mélange de rages »
    Le jazz souffre d’une image étrange dans notre société qui n’accepte plus ni la violence, ni la sauvagerie et voudrait que toutes les relations humaines soient policées, ordonnées, polies – dans tous... Lire la suite (22 février)
  • "Dreaming drums, le monde des batteurs de jazz"
    Noël est passé mais pas le temps des cadeaux. Un livre de photos paru à la fin de l’année veut nous faire rêver. Heureusement ! Il nous fait entrer dans le monde des « batteurs de jazz ».... Lire la suite (14 février)
  • Pour Kurt Weill, des chansons éternelles.
    Qui ne connaît « Mack the Knife », « Moritat » dans la version allemande ? Au moins la version de Louis Armstrong, de Ella Fitzgerald à Berlin en 1961, de Sonny Rollins – dans l’album « Saxophone... Lire la suite (Décembre 2018)
  • Aretha Franklin, Intégrale 1956-1962
    « Re » - son diminutif – nous quittée cette année en plein mois d’août (le 16 exactement), elle qui n’a jamais voulu passer inaperçue, un comble. Frémeaux et associés a publié ce début d’anthologie... Lire la suite (Décembre 2018)
  • « French Keys », Daniel Goyone
    Daniel Goyone, pianiste et compositeur, a tout d’un illusionniste. Les pièces qu’il propose, comme celles de Morton Feldman – à qui une des compositions est dédiée – se lisent en rupture avec tous les... Lire la suite (Décembre 2018)