Actualité théâtrale

Voix et droits des femmes, ce trimestre à Paris

"King Kong Théorie" et ’’Chambre froide’’ au Théâtre de la Pépinière, partenaire "réduc’Snes"

culture/théâtre/chambre froide Ce Théâtre parisien s’illustre ce trimestre par la programmation de deux créations féminines de qualité autour de voix et de droits des femmes, de styles très différents mais très complémentaires.

La première programmée [1] est la moins connue : ’’ Chambre froide ’’, écrite en 2002 par la dramaturge américaine Michele Lowe. Elle est adaptée et mise en scène pour la première fois en France par Sally Micaleff, avec 3 comédiennes qui incarnent remarquablement des comportements de femmes plus ou moins soumises ou au bord de la révolte face aux comportements odieux de leurs époux les ayant sacrifiés à leurs appétits d’argent et de pouvoir. Une habile mise en scène où on ne percevra des hommes, lors d’un dîner rituel des 3 couples, que leurs apostrophes bruyantes et autoritaires à l’encontre de leurs épouses, groupées en cuisine, lorsque s’ouvre la porte pour le passage de plats ou de balles de golf du match qu’on devine autour de la salle à manger ! Après les moments tonitruants, on percevra les échos de la visite de la maison par les 3 hommes, et leur déconvenue, lorsqu’impressionnés, en sous-sol par la nouvelle ’’chambre froide’’ destinée à accueillir les trophées de chasse, ils tambourineront pour qu’on vienne leur ouvrir la porte qui s’est refermée sur eux et qui ne peut s’ouvrir que de l’extérieur...

Nous ne quittons jamais des yeux les 3 femmes dans la cuisine, qui ont pour seul point commun de se connaître depuis une vingtaine d’années, lorsque les 3 couples se retrouvent pour dîner une fois par mois. Cela ne suffit pas pour qu’elles échangent entre elles avec la même facilité, n’en étant pas aux mêmes stades dans les analyses de leurs situations, de leurs relations de couple et de leur volonté d’expression indépendante. Et la décision collective finale sera difficile à prendre... On peut regretter quelques stéréotypes, une représentation trop marquée par un style très américain, mais applaudir la force de la dénonciation du machisme, le jeu des comédiennes (Pascale Arbillot, Anne Charrier et Valérie Karsenti), et l’humour qui irrigue en permanence cette comédie dramatique.
culture/théâtre/king kong
Avec ’’ King Kong Théorie ’’, Virginie Despentes a écrit en 2006 un essai percutant où vécu personnel (prostitution, traumatisme du viol, expériences professionnelles diverses...) et réflexion s’entremêlent, où elle questionne notamment les représentations sociales de la sexualité, de la féminité, et de la masculinité, en revenant sur les problématiques inhérentes à ses œuvres et à sa trajectoire littéraire depuis 1993. Elle a réalisé un documentaire sur le même sujet (en 2011) et plusieurs de ses romans ont été adaptés cinématographiquement, y compris par elle-même (Bye Bye Blondie en 2011 avec Béatrice Dalle, Emmanuelle Béart, Soko et Pascale Greggory), mais cet ouvrage n’était absolument conçu comme une pièce de théâtre.
Il faut donc saluer la prouesse de l’adaptation théâtrale de ce texte par Vanessa Larré, qui, depuis son entrée en 1991 – à 21 ans – au Conservatoire d’art dramatique de Genève, puis au CNSAD de Paris, a un long passé de comédienne auprès de grands créateurs de théâtre (Anne Bisang, Jacques Nichet, Roger Planchon...) ou de cinéma (Chantal Akerman, Costa Gavras, Mocky...), mais dont ce n’est que la 3ème mise en scène. Une remarquable réussite, avec une cohérence forte pour un montage d’extraits du texte de Virginie Despentes, mené tambour battant, en laissant rarement le temps de reprendre son souffle, portée là aussi avec talent et détermination par 3 comédiennes, Anne Azoulay, Valérie de Dietrich et Barbara Schultz. culture/theaâtre/king Kong
Un texte et une adaptation théâtrale qui ne peuvent laisser indifférent et résonnent très fort au cœur de l’actualité, y compris auprès de jeunes, comme en témoigne les propos d’un groupe d’ados [2] recueillis par la rédaction de Causette à l’occasion d’une répétition de la pièce et d’une rencontre avec Vanessa Larré (Causette – octobre 2014 – pp.86-87). Un pari réussi pour Vanessa Larré – et son équipe - qui questionne ’’Où en sommes nous, près d’un demi-siècle après la révolution féminine dans la conquête de l’égalité des sexes ?’’ et affirme que ’’la pièce devient un manifeste qui engage une prise de conscience plus large que le féminisme un peu réducteur qu’on aime coller aux propos de Despentes.’’

Deux créations à ne pas manquer.
Philippe Laville

[les photos des 2 spectacles sont de François Berthier ©]

La Pépinière théâtre
7 rue Louis le Grand 75002 Paris (M° Opéra)
Du mardi au samedi à 19h pour ’’King Kong Théorie’’, à 21h pour ’’Chambre froide’’ (et le samedi à 16h). www.theatrelapepiniere.com
Réservations
(partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 61 44 16
Pour voir, encourager la programmation de ces créations de qualité dans d’autres villes : tournée@theatrelapepiniere.com
=========
Sur la thématique de ces créations, on pourra aussi utilement découvrir
> le dossier ’’Femmes, genre, égalité’’, coordonné par Nicole Savy, dans la revue trimestrielle de la Ligue des droits de l’Homme, Hommes & Libertés, n°167, septembre 2014, pp. 29 à 51
> une étude sur l’aménagement sexué de l’espace urbain, évoqué dans le récent numéro de Pour, mensuel de la FSU, sous le titre ’’Femmes et espace public – une ville trop masculine’’ (Pour n° 180, novembre 2014, p. 8)

Notes

[1depuis début septembre et pour une durée non précisée

[2dont quelques-uns venus de Trappes, de la troupe d’improvisation ’’Déclic théâtre’’ qui a vu débuter Jamel Debbouze

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Au café Maupassant »
    Quoi de mieux qu’une brasserie pour observer les hommes et les femmes, écouter leurs dialogues, percevoir leurs mesquineries, leurs désirs, leurs angoisses, surtout quand on le fait en compagnie de... Lire la suite (13 décembre)
  • « Granma, les trombones de La Havane »
    Cuba a fêté cette année le soixantième anniversaire de sa Révolution. Désormais, alors que Fidel Castro est mort, que reste-t-il des idéaux et de l’espoir que souleva et soulève encore cette révolution,... Lire la suite (12 décembre)
  • "Portrait de Ludmilla en Nina Simone"
    « Portrait de Ludmilla en Nina Simone » est repris du 13 au 21 décembre au Théâtre des Abbesses 31, Rue des Abbesses 75018 Paris - 01 42 74 22 77 https://www.theatredelaville-paris.comLire la suite (11 décembre)
  • « Féministe pour homme »
    Noémie de Lattre n’a pas attendu l’affaire Weinstein et me-too pour parler des femmes et du féminisme dans ses pièces et dans son livre. Et sur ce sujet son spectacle, qui tient du théâtre, du cabaret... Lire la suite (6 décembre)
  • « Trois femmes (l’échappée) »
    Joëlle, tout juste diplômée « auxiliaire de vie », vient d’être embauchée comme gardienne de nuit par la fille de la vieille et très riche Madame Chevalier. Celle-ci en vieille dame acariâtre qui n’a... Lire la suite (3 décembre)