Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Jean-Marie Straub (France)

"Kommunisten" Sortie en salles le 11 mars 2015

Jean-Marie Straub, avec "Kommunisten" crée une fois de plus la surprise, avec une œuvre dans le droit fil de ce qu’il a réalisé depuis des décennies, mais également totalement inattendue, inventive et envoûtante.
culture/cinéma "Kommunisten" se compose de six parties distinctes dont cinq sont extraites d’œuvres précédentes du cinéaste (et Danièle Huillet) allant de 1976 (Les Apuanes, tiré de Fortini:Cani) à 2001 (L’Espoir, tiré de Opérai, Contadini)
La scène d’ouverture, tournée à partir de textes d’André Malraux, "Le temps du mépris", date de 2014 et met en présence des prisonniers politiques.

Il ne s’agit pas pour le cinéaste de s’auto citer mais d’utiliser un fonds d’archives personnel pour donner lieu à une nouvelle réflexion cinématographique.
Les films de Jean-Marie Straub ont toujours été constitués de "blocs" qu’il fait s’entrechoquer, blocs denses de textes, de paysages, de visages, de plans fixes ou longs panoramiques qui donnent à voir, au final, l’invisible des sentiments et du politique.
Quarante ans séparent ici différents extraits, blocs de temps, de textes (Malraux, Fortini, Vittorini, Holderlin) et blocs de langues (Français, Italien, Allemand) pour que du fracas résultant de l’entrechoc, émerge l’histoire du monde et, dans le même mouvement, l’histoire politique de son dépassement.
"Kommunisten" c’est Jean-Marie Straub et c’est Danièle Huillet, c’est la réinvention à demi- posthume de ce tandem indissociable de réalisateurs qui a traversé le XXème siècle, ses conflits, ses utopies, en cherchant dans le repli des mots et des images qui les tissent, ce qui subsiste encore, caché, enfoui dans l’oubli.
Chaque extrait de film qui, associé à un autre constitue la trace, nous emmène en terrain découvert dans un passé qui ressemble au présent puisque nombre de questions posées sont restées, depuis, sans réponses.

Plans fixes et longs travellings se succèdent et, d’un montage subtil et sublime, surgit un moment envoûtant de cinéma qui nous rend intact un art servi par un orfèvre de la mise en scène, le savoir-faire d’un réalisateur qui gardé le cap, traversé les modes et les turbulences artistiques, sans jamais céder le moindre centimètre de terrain.

Les directeurs de la photo auxquels Jean-Marie Straub faisait appel avaient pour nom Renato Berta ou Willy Lubchansky….

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)