Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

"L’Appel des arènes" Un film de Cheikh A Ndiaye - sortie en salles le 4 juin 2008

Nalla et Sory sont deux jeunes dakarois issus de milieux sociaux très différents. Nalla vient d’une famille aisée tandis que Sory, chômeur épileptique vit de petits trafics et de paris douteux. Le seul point qui pourrait les rapprocher, c’est la lutte traditionnelle, sport national au Sénégal.

André est l’entraîneur d’un grand champion qui doit se produire dans les arènes. C’est lui qui intervient lorsque Nalla est agressé par un groupe de jeunes. L’incident et l’intervention d’André donneront naissance à une belle et solide amitié. Nalla, au contact d’André, va prendre part à la préparation des matches de combats, notamment celui qui doit voir s’affronter les champions Tonnerre et Malaw. L’appel des arènes nous fait accéder au quotidien des lutteurs mais aussi et surtout à l’effervescence qu’engendre les futurs combats auprès de toute une population qui en est friande. Il y a aussi le monde qui gravite autour des lutteurs pendant le temps de la préparation et jusqu’au combat, les marabouts attitrés des lutteurs, mi-chamanes mi sorciers. Le décorum qui accompagne les entraînements et qui contribue à stimuler l’imaginaire du public. L’utilisation de lait caillé, de décoctions, le dépôt d’offrandes : noix de colas et autres boissons mystiques.
Le caractère spectaculaire de ce sport, les itinéraires en parallèle de Nalla et de Sory, l’amitié qui naît entre André et Nalla, les valeurs traditionnelles d’un sport qui peut passionner toute une population sont les grands traits du film.
L’appel des arènes progresse de façon désordonnée, avec souvent une certaine maladresse dans l’enchaînement des différents moments du récit et dans les articulations documentaire-fiction. Maladresse qui prend des accents de sincérité, d’authenticité et qui, du coup, tord le cou à tout risque de didactisme, de démonstration et de bons sentiments. Tout à coup, les choses coulent de source et cette narration par à-coups prend une étonnante fluidité.
L’appel des arènes est un film sincère et vrai, dont on ressort ému et content.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Chut »
    Au milieu de notre société où tout est marchand, où le déroulement du temps s’affole et où on ne connaît plus son voisin, il existe les lieux de gratuité et de rencontre où demeure un reste d’humanité et... Lire la suite (28 février)
  • « L’état sauvage »
    Aux États-Unis, en 1861, la guerre de Sécession fait rage. Une famille de colons français décide de quitter le Missouri où ils étaient installés depuis vingt ans. Le père Edmond, le mère Madeleine et... Lire la suite (23 février)
  • « Des hommes »
    Alice Odiot et Jean-Robert Vialet ont obtenu l’autorisation de filmer pendant vingt-cinq jours dans l’enceinte de la prison des Baumettes : 30 000 m2 pour 2000 détenus dont la moitié n’a pas trente... Lire la suite (17 février)
  • « Amare Amaro »
    Gaetano, la trentaine est un jeune homme taciturne. Il a succédé à son père dans la boulangerie familiale depuis que celui-ci a cessé ses activités. Même si son pain est très apprécié par la clientèle,... Lire la suite (16 février)
  • « Tu mourras à vingt ans »
    Soudan, dans la province d’Aljazira, à notre époque. Lorsque Sakina présente Muzamil, son nouveau né, au chef religieux du village, celui-ci prédit que l’enfant mourra à vingt ans . Le père qui ne... Lire la suite (10 février)