Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Emmanuel Mouret (France)

"L’Art d’Aimer" Sortie en salles le 23 novembre 2011

Achille trouve sa nouvelle voisine à son goût mais celle-ci, qui n’est pas insensible au charme du quadragénaire, se pose à chaque fois une question essentielle qui en entraîne une autre. William donnera-t-il sa bénédiction pour que sa jeune femme commette une entorse à la fidélité conjugale avec Louis, qui se contentera d’une seule étreinte avec celle pour qui il brûle d’amour. Emmanuelle finira-t-elle par céder aux pulsions qui la font se jeter dans les bras de jeunes gens après vingt ans d’une vie conjugale exemplaire avec Paul qui ne comprend pas bien ce qui se passe.

Et Amélie, épouse fidèle s’il en est, acceptera-t-elle finalement d’accorder un après-midi de temps en temps à Boris, son ami et amoureux transi, à condition que cela se passe dans le noir complet d’une chambre d’hôtel. A moins qu’Isabelle, malheureuse en amour, veuille bien prendre sa place…

Une fois de plus, Emmanuel Mouret réussit une délicieuse et délicate comédie. Mais peut-être trop délicieuse et trop délicate pour emporter l’adhésion du public.

Et pourtant il ne manque rien à ces récits croisés, pour amuser et divertir, ni des situations cocasses, ni un dialogue toujours drôle, ni des comédiens au mieux de leur forme.

Depuis ses prometteurs premiers films "Laissons Lucie faire", "Changement d’adresse" ou "Un baiser s’il vous plait", Emmanuel Mouret n’a pas une seule fois failli et ses films sont à chaque fois un moment de vrai plaisir cinématographique en prise directe avec un sujet de société, ainsi la collocation dans " Changement d’adresse" ou le romanesque contemporain dans "Un baiser s’il vous plait".

Emmanuel Mouret travaille l’ironie avec un mélange de ruse et de candeur, de la même façon qu’il parle du sentiment, du désir ou de la morale. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles le succès public qu’il mérite largement tarde tant à lui arriver. Il le fait sans jamais forcer le trait mais en tirant de ses interprètes le meilleur d’eux-mêmes.

Judith Godrèche ou Julie Depardieu, toutes en malice et candeur, n’ont jamais été meilleures qu’ici. Ni la fidèle Frédérique Bel, irrésistible, ni François Cluzet mis à l’épreuve de son désir remis aux calendes grecques…

Les films d’Emmanuel Mouret et " L’art d’aimer" plus encore, apportent au cinéma français et plus particulièrement à la comédie, une respiration, un souffle, une légèreté qui lui redonnent des couleurs. Comme Jacques Demy avait repeint Cherbourg, Rochefort et la comédie musicale, il repeint de couleurs vives et avec beaucoup de grâce, nos sentiments et nos désirs…

 

Francis Dubois

 

 

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Utoya 22 juillet »
    Le 22 juillet 2011, l’explosion d’une bombe à proximité du siège de gouvernement à Oslo se solde par la mort de huit personnes. Deux heures plus tard une attaque se produit sur l’île d’Utoya où se... Lire la suite (11 décembre)
  • « Nous les Coyotes »
    Amanda et Jake ont vingt ans. Ils sont très amoureux, confiants en l’avenir jusqu’à l’insouciance. Ils ont pris la décision d’aller vivre à Los-Angeles. Elle est issue de la petite bourgeoisie, lui... Lire la suite (9 décembre)
  • « Pig »
    Un mystérieux serial-killer décapite les uns après les autres les cinéastes les plus appréciés de Téhéran. Hassan Kasmai, un réalisateur iranien s’étonne d’être épargné. Censuré par le pouvoir depuis des... Lire la suite (4 décembre)
  • « Casting »
    La préparation du tournage d’un remake pour la télévision du film de Rainer Werner Fassbinder « Les larmes amères de Petra von Kant » entre dans sa phase finale. Cependant, la réalisatrice hésite... Lire la suite (4 décembre)
  • « La permission »
    Efrooz est la capitaine d’une équipe féminine de Futsal en Iran qu’elle entraîne avec une joviale énergie depuis onze ans. Alors que le rêve qui était dans les esprits des joueuses de se trouver en... Lire la suite (25 novembre)