Autour du Jazz

Jazz sous les Pommiers, 36e édition

L’Ascension du jazz

Cette année le festival se situe après l’élection présidentielle mais avant la fin des élections législatives. Un contexte que ne perturbera pas le festival, seulement les festivalières et festivaliers. Le soleil sera de cette fête des jazz et des musiques cousines, un peu de bossa, un peu de funk, un peu de Dub, sans parler du hip hop, du reggae ou du rap comme de l’électro. Il faudra ajouter à ces musiques noires, celle du Portugal – le fado -, de la Turquie – une pensée pour ce pays -, de la Syrie en proie à une répression violente. Les musiques permettent aussi de prendre conscience des drames d’un monde en train d’éclater. Naïssam Jalal, flûtiste franco-syrienne, évoquera les combattants de la liberté en Syrie et en Palestine.

Jazz sous les Pommiers, comme tous les autres festivals, n’oublie pas les scolaires, les jeunes pour les faire pénétrer dans cet univers particulier. Un effort nécessaire pour éviter que le festival ne se fasse à côté d’elles et eux, pour les intégrer et éviter tous les clichés autour du « jazz, musique d’intello ».
Jazz : Festival jazz sous les pommiers
Pour lutter aussi contre cette idée toute faite, je proposerai une conférence – le jeudi 25 mai à 18h30 aux Unelles, salle Barbey d’Aurevilly – sur le centenaire du premier disque de jazz, un 78 tours, une nouveauté, de l’Original Dixieland Jazz Band enregistré le 23 février 1917. Pour dé:montrer que le jazz est un e musique de la révolte. C’est le titre de mon prochain livre à paraître : « Le souffle de la liberté », C&F éditions.

La trompettiste Airelle Besson, qui termine sa résidence à Coutances, proposera une création artistique et pédagogique : « Chansigne » qui se veut expérience musicale pour enfant malentendants. Anne Pacéo, batteure, se tournera vers les musiques birmanes pour en faire une source du jazz – ou l’inverse – en une création où elle prend des risques. Raison de plus pour y aller voir et entendre le résultat de cette confrontation pacifique.

Les « vedettes », comme à l’habitude, ne manquent pas. Dés l’ouverture avec le trio Ponty – Jean-Luc est en enfant du pays – Lagrène – Birelli se fait compositeur et Eastwood – Kyle est le fils dans la famille et joue de la contrebasse – suivi le dimanche par la journée des fanfares, un rassemblement familial sous un soleil sympathique. Youn Sun Nah, chanteuse d’origine sud coréenne, fait son retour à Coutances, Oumou Sangaré est à découvrir et la soirée blues – du mardi – fera entendre les voix de Harrison Kennedy (avec Jean-Jacques Milteau) et de Lurrie Bell, un natif de Chicago, fils de Carey Bell.

La grande découverte sera sans doute le pianiste Fred Hersh qui fête ses 60 ans et fait partie des grands serviteurs du piano-jazz dans la lignée de Bill Evans sans oublier tout le jazz libre de ces années de faux que furent les années 1960. Pat Metheny, guitariste essentiel qui fait l’objet d’un long article dans le numéro de mai de Jazz Mag, Jan Garbarek et Michel Portal pour les saxophonistes prestigieux qui ont marqué leur temps, Fidel Fourneyron évidemment pour évoquer la musique cubaine et Paul Lay, pianiste, qui a remporté le prix Django Reinhardt 2016... Entre autres...

La « scène aux amateurs », des concerts gratuits qui permettent de découvrir les élèves des écoles de musique et, peut-être, des talents de demain...Ne craignez pas d’aller entendre les nouveaux venus, partez à la découverte, il vous en restera toujours quelque chose... Le ciel vous attend, il ne tient qu’à vous d’y monter…

Nicolas Béniès .

Jazz sous les Pommiers, Coutances, rens. 02 33 76 78 50 jsp@jazzsouslespommiers.com

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Invitation au voyage »
    Il est des albums qui disent tout ce qu’il faut savoir sur la pochette : « The Greenwich Session by Luigi Grasso, Invitation au voyage. » Luigi Grasso est saxophoniste, arrangeur et chef d’orchestre... Lire la suite (19 septembre)
  • « The Window »
    Jazz, Immédiatement, en écoutant ce duo voix -Cecile McLorin Salvant-, piano -Sullivan Fortner- , j’ai pensé à Ella Fitzgerald/Ellis Larkins (un de ces pianistes qui brillent dans cet art singulier,... Lire la suite (19 septembre)
  • "Smart grid"
    Dans ce monde construit sur l’éphémère, le versant de l’accélération du temps, il est nécessaire, vital de se permettre d’entendre les murmures du temps, de revenir vers ses mémoires et ses filiations.... Lire la suite (16 septembre)
  • « Hommage à la musique de Miles »
    « Hommage à la musique de Miles » est un titre d’album qui suscite d’abord le rejet. Encore Miles, toujours Miles ! Le cordon ombilical est fait d’un bois dont on ne fait pas de flûtes. Même Alexandre... Lire la suite (7 septembre)
  • « Cinéma invisible »
    Ils étaient deux, trois peut-être. Le pianiste, Stephan Oliva, le producteur, Philippe Ghielmetti, amateur de jazz et de cinéma, aimant les projets étranges, et Stéphane Oskeritzian, monteur en ondes... Lire la suite (6 septembre)