Actualité théâtrale

La Commune d’Aubervilliers, Centre Dramatique National, jusqu’au 7 décembre 2014

"L’Avare : un portrait de famille en ce début de 3ème millénaire". Teste de Peter Licht. Mise en scène Catherine Umbdenstock.

Les textes classiques sont une source inépuisable pour de jeunes auteurs qui y trouvent matière à un travail de création inspiré (" Le Misanthrope " au Théâtre de la Bastille) ou qui s’en servent pour traiter des sujets de société (le rapport à l’argent, la thésaurisation systématique des biens, l’héritage, l’inégalité de la répartition) comme c’est le cas pour Peter Licht qui propose une réécriture outre-Rhin de notre " Avare".

Qu’on le sache très vite " Le portrait de famille en ce début de 3 ème millénaire" est très éloigné de la pièce de Molière.

On n’y retrouve que les noms des personnages (quand ils ne sont pas déformés : Fléchette pour La Flèche) et, dissout dans de nombreuses digressions, les thèmes de l’argent et de l’avarice.

Peter Licht se sert du texte de Molière comme le moyen de porter un regard sur une société où l’argent, la jeunesse, la surconsommation sont rois.

Il recadre l’histoire dans un monde où il y a une surabondance de tout, répartie de façon inégale et injuste, où les plus âgés possèdent un argent dont ils ne profitent que pour l’accumuler alors que les jeunes qui ne l’ont pas, sauraient en profiter.

Mais ici, les enfants ne valent pas beaucoup mieux que leur père. Cléante est un jeune homme de son temps qui ne manque ni de projets ni de désirs.

C’est maintenant, tout de suite qu’il voudrait disposer de cet argent qui va lui revenir un jour. Et c’est ainsi que pour soutirer des sommes à son père, il se fait passer pour un enfant du Tiers Monde à parrainer…

Elise est sur la même ligne que Cléante mais sur un mode plus résigné et dépressif.

Frosine qui vit avec la famille Harpagon, a en charge l’intendance du foyer mais elle se heurte à la fainéantise d’adolescents cupides et irresponsables qui refusent de dresser la table parce qu’ils n’ont pas faim et qui préfèrent, le cas échéant, "manger dehors" une nourriture de mauvaise qualité…

Théâtre : "L'avare"

Tout cela qui parle de notre société et de ses travers, aurait pu se passer de la référence à Molière et être présenté comme une création dont le propos, s’il n’est pas toujours de haute tenue, est souvent rendu agréable par sa forme et par la présence sur le plateau de jeunes comédiens dont la dynamique et le talent font plaisir à voir.

Peut-être, pour avoir (inutilement) fait référence à Molière, ce spectacle souffrira-t-il auprès du public d’un malentendu .Dommage, car il en vaut bien d’autres qui auront été encensés.

Francis Dubois

La Commune Aubervilliers Centre Dramatique National, 2, rue Edouard Poisson 93 300 Aubervilliers.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 48 33 16 16

www.lacommune-aubervilliers.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La 7è vie de Patti Smith »
    Dans la banlieue de Marseille en 1976, une jeune adolescente au corps androgyne, timide et mal dans sa peau, entend lors d’une soirée entre amis un disque avec la voix de Patti Smith et son cri... Lire la suite (20 février)
  • « Les grands rôles »
    On entend une démarche boiteuse et un acteur arrive en traînant une chaise qui fait le bruit de sa canne. Le monologue de Richard III démarre et le rire aussi quand un acteur échappé de Lucrèce... Lire la suite (19 février)
  • « Fanny et Alexandre »
    Les spectateurs finissent de s’installer dans la salle Richelieu et Denis Podalydès s’avance au bord du plateau, vêtu d’un long manteau de scène, pour leur rappeler d’éteindre leurs téléphones... Lire la suite (18 février)
  • « La conférence des oiseaux »
    Il y a quarante ans Jean-Claude Carrière adaptait pour Peter Brook l’un des plus célèbres contes soufi du Persan Farid Uddin Attar (1142-1220). La conférence des oiseaux raconte comment, encouragés... Lire la suite (14 février)
  • « Premier amour »
    Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et... Lire la suite (7 février)