Actualité théâtrale

à l’Aktéon Théâtre

"L’Échange" Jusqu’au 22 mars

Un jeune couple Louis Laine, amérindien et sa jeune femme Marthe, une paysanne qu’il a séduite et épousée lors de son séjour en France, vivent dans la pauvreté sur la rive américaine de l’Océan, où il l’a entraînée. Ils font la connaissance de voisins, Thomas Pollock, un homme d’affaire et sa compagne, Lechy Elbernon, une actrice sûre de sa capacité de séduction. Marthe se croit sans qualité, regrette de n’être ni belle ni intelligente, mais en fait elle est profonde, courageuse, fidèle et elle aime passionnément Louis. Lui se sent prisonnier de cet amour et est ébloui par la belle et riche Lechy. Thomas Pollock souhaite acheter ce qu’il ne peut pas prendre. Les pièces de l’échange sont en place, sur fond de conflits entre désir de liberté et jalousie, fidélité et évasion, tentation de l’argent opposée aux valeurs morales.

La scène de L’Aktéon est petite. Dans la mise en scène de Ulysse de Gregorio, recouverte d’une toile froissée beige, elle parvient à nous faire ressentir la nature vaste et désertique qui enferme les personnages comme dans un étau. Marthe, portant une robe fleurie modeste, cueille des fleurs. Margaux Lecolier impose tout de suite la grâce simple et la sincérité du personnage. Son amour pour Louis Laine est porté par des gestes tendres, mais elle est aussi capable de force pour dire sa jalousie, sa révolte contre l’injustice qui lui est faite. Son interprétation est fine et juste. Julie Danlebac, grande, élégante vêtue de blanc en ange de la tentation, puis de noir en furie destructrice, apporte beaucoup de passion au personnage de Lechy Elbernon. Face à Marthe, très terrienne, Paul Enjalbert donne à Louis Laine la légèreté d’un homme qui fuit la réalité dans le rêve et se laisse emporter par ses désirs et Bruno Sultan sait faire évoluer le personnage, plus complexe qu’il n’y paraît, de Thomas Pollock. La pièce de Claudel n’est pas seulement une histoire d’hommes et de femmes en proie aux tentations et au doute, il y a bien sûr la langue poétique et lyrique de Claudel et les quatre acteurs nous la font entendre avec un calme, une passion retenue qui emporte l’adhésion.

Micheline Rousselet

Théâtre l’Aktéon
11 rue du Général Blaise, 75011 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 38 74 62

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)