Actualité théâtrale

Au Théâtre de la Tempête, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 27 octobre 2013

"L’École des femmes" de Molière Mise en scène Philippe Adrien

Molière écrit "L’École des femmes" au moment de sa rencontre avec Armande Béjart, de vingt ans sa cadette.

Il est probable qu’il y ait un lien entre l’amour qu’il voue à la jeune actrice et le sujet de sa pièce.

Arnolphe a recueilli une enfant dont il a fait sa pupille. Agnès a été élevée à l’intérieur d’un couvent, isolée du reste du monde afin de devenir, le moment venu, une épouse soumise et fidèle.

Mais, alors qu’il la croit à l’abri de toute tentation, celle-ci fait la connaissance d’Horace, depuis le balcon de la demeure. De leur rencontre va naître un amour foudroyant.

En toute innocence, Agnès fait à Arnolphe qui revient de voyage, le récit de ses rendez-vous avec le jeune homme.

On croit connaître sur le bout des doigts les pièces de Molière mais on n’en a souvent qu’un souvenir scolaire.

Il faut saluer le travail limpide de Philippe Adrien qui donne à cette "École des femmes " une très parfaite lisibilité.

Sa mise en scène est sobre, comme l’est le décor et les seuls débordements d’interprétation (le personnage du notaire) sont là pour créer une rupture de ton bien venue.

Georgette et Alain, les deux serviteurs sont là où on les attend et Patrick Paroux, en Arnolphe a un jeu vif et expressif mais qu’il ne force jamais. Et Valentine Galey, avec son apparence de petit animal écorché, joue la candeur et la détermination avec la même efficacité.

Sa performance est un régal de drôlerie retenue.

La mise en scène est nette, précise, fluide, avec des trouvailles épatantes ( le spectacle commence dans une semi-obscurité par l’enterrement du petit chat), des clins d’œil qui frisent l’espièglerie quand Horace, qu’Arnolphe surnomme Blondin, est joué par un jeune comédien noir.

Sans n’avoir jamais recours à la moindre excentricité, sans toucher à rien, en restant dans le texte, Philippe Adrien donne à la pièce un "coup de jeune" et fait de son " École des femmes" un des plus beaux spectacles de cette rentrée.

A ne pas manquer et à conseiller au jeune public (collège-lycée).

Francis Dubois

Théâtre de la Tempête. Cartoucherie. Route du Champ-de-Manœuvre 75012 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 43 28 36 36

www.la-tempete.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)