Actualité théâtrale

Lucernaire jusqu’au 4 février 2018 à 18h30

« L’Iliade » Traduction Jean-Louis Backès Adaptation, mise en scène et interprétation Damien Roussineau et Alexis Perret.

Pâris, le troyen a enlevé Hélène, l’épouse de Menelas.

Celui-ci déclenche le soulèvement des achéens. La ville de Troie est assiégée. Troyens et achéens vont, dix ans durant, s’affronter dans la plus épique des guerres.

On connaît l’œuvre foisonnante d’Homère et il paraissait très risqué de la transposer sur un petit plateau de théâtre avec en tout et pour tout, deux comédiens pour interpréter la multitude de personnages impliqués : Achille, Hector, Ulysse, Agamemnon, Ajax, Hélène et beaucoup d’autres, tout en conservant la dimension épique du récit.

Théâtre : L'Iliade

A la mort du grand père, deux jeunes gens visitent le grenier de la maison de famille et il ne faudra pas plus que la découverte d’objets hétéroclites, passoires, balais, brosses, coupons de tissu et autres qu’ils vont transformer en armures, épées, costumes, pour faire vivre «  l’Iliade » et visiter et en toute fidélité l’œuvre d’Homère.

Ils le font sous nos yeux et dès le tout premier moment du spectacle, on sait que le pari est gagné.

Que ces deux là qui ont opté pour une forme de jeu libre, ludique et bon enfant, qu’on voit bondir sur le plateau, nous promettent une heure et quart d’un spectacle qui ne va pas nous laisser une seconde de répit, et nous embarquer dans son tourbillon, sa bonne humeur et surtout son inventivité.

Cette démarche comportait de nombreux écueils, le risque de surjouer notamment, de tomber dans toutes sortes d’excès, de faire un spectacle un peu « bricolé ». Il n’en est rien et les deux comédiens restent dans le même rythme, le même élan, sans que le plaisir ne faiblisse jamais.

Voilà un spectacle modeste par les moyens dont il dispose, mais riche d’intelligence, de trouvailles incessantes, d’enthousiasme, d’un humour clin d’œil jubilatoire.

Damien Roussineau et Alexis Perret, tous deux excellents, réussissent magnifiquement à mêler dans leur travail une apparente désinvolture, des accents potaches et une rigueur de « main ferme ».

Voilà du vrai théâtre, un vrai théâtre de saltimbanque, un vrai théâtre de tréteaux où le bonheur de jouer des comédiens qui saute aux yeux se communique au spectateur.

Un spectacle à ne pas manquer !

Francis Dubois

Théâtre classique Lucernaire Rue Notre-Dame-des-Champs 75 006 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 14 /www.lucernaire.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)