Actualité théâtrale

jusqu’au 2 mars

"L’Ingénu" d’après Voltaire au Vingtième Théâtre – partenaire Réduc’snes

L’Ingénu dit avec franchise et sans retenue ce qu’il pense. Au cours d’un voyage à travers le monde, il s’arrête en Bretagne, l’endroit de ses origines. Il y rencontre l’amour, la religion et des représentants marquants de la société française. L’hypocrisie qu’il rencontre aura raison de ses enthousiasmes et les obstacles qui barreront son chemin finiront par le conduire à sa perte.
Spectacle foisonnant aux multiples personnages, l’Ingénu que propose Arnaud Denis est un spectacle de troupe avec une douzaine de comédiens dont l’âge va de dix neuf à quatre-vingts ans. Il s’agit de l’adaptation inédite de Jean Cosmos découpée en quinze tableaux avec des changements de décors à vue et dont la trame narrative est conduite par un personnage qui pourrait être à la fois l’auteur et le metteur en scène.
Œuvre théâtrale complète, l’Ingénu qui va de la comédie légère au drame, par sa force de suggestion, laisse libre l’imagination du spectateur.
Le voyage, thème récurent du spectacle est présent à travers l’étranger, l’autre et l’opposition entre l’être cultivé et le sauvage. Voyage réel à bord d’un bateau ou voyage symbolique quand l’Ingénu rencontre l’amour qui lui sera fatal.
Formé au Conservatoire National d’Art Dramatique de Paris dans la classe de Dominique Valadié, Arnaud Denis interprète l’Ingénu. Après avoir mis en scène une Cantatrice chauve restée à l’affiche pendant deux années, il crée les Fourberies de Scapin dans lequel il joue Scapin et qui remporte au Théâtre du Lucernaire un succès tant auprès de la critique que du public. Francis Dubois

Vingtième Théâtre
7, rue des Platrières 75 020 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 43 66 01 13

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée »
    Comme chaque semaine le Comte se rend chez la Marquise le jour où elle tient salon. Il craint qu’elle ne soit entourée de la foule habituelle des importuns, mais ce jour-là la météo en a décidé... Lire la suite (14 juin)
  • « L’avare »
    Comme l’a dit Louis Jouvet, ce n’est pas tant une passion de l’argent qui habite Harpagon, qu’une maladie qui le rend stupide, dur et égoïste à un degré magnifique ». C’est ce côté très noir qui habite... Lire la suite (13 juin)
  • « VxH – La voix humaine »
    Une femme attend, seule à côté d’un téléphone, un signe d’amour de celui qui l’a quittée. Elle parle, comprend, l’excuse, s’excuse. Elle aime toujours, s’invente des culpabilités pour ne pas faire face à un... Lire la suite (12 juin)
  • « L’Établi »
    Dans la foulée de mai 1968, des étudiants militants maoïstes choisirent de s’établir en usine pour encourager la création d’un mouvement révolutionnaire au sein de la classe ouvrière. Robert Linhart,... Lire la suite (11 juin)
  • « King Kong Théorie »
    Paru en 2006, l’essai de Virginie Despentes a été présenté comme « un manifeste pour un nouveau féminisme ». Les controverses se déchaînèrent autour du livre où l’auteur parlait du viol qu’elle avait subi... Lire la suite (4 juin)