Congrès national 2007 de Clermont-Ferrand thème 1

L’ORGANISATION DE LA SECONDE GENERALE ET TECHNOLOGIQUE

L’ORGANISATION DE LA SECONDE GENERALE ET TECHNOLOGIQUE

La seconde générale et technologique permet une orientation vers une série générale ou technologique. Organisée à partir d’un large tronc commun (français, mathématiques, histoire-géographie, physique-chimie, SVT, Langue vivante1, EPS, ECJS) représentant 23H de cours pour les élèves, dont 3H de module et 3,5H en groupes, elle comporte une diversification portant sur environ 6H pour deux enseignements de détermination et ouvre la possibilité d’une option facultative dont l’horaire varie de 2,5H à 3H.

Cette diversification a été conçue pour que les élèves puissent, en découvrant de nouveaux enseignements ou en poursuivant ceux qui, obligatoires en collège ne figurent pas dans le tronc commun, choisir la série du cycle terminale qui corresponde le mieux à leur projet d’orientation en fonction de leurs goûts et leurs résultats scolaires. On peut faire le constat de dysfonctionnements tant sur le plan de l’organisation des classes qui, dans de nombreux cas, reste ségrégative que sur celui des résultats (voir analyse du congrès 2005).
Les tensions sur cette classe :
• L’échec reste important avec un taux de redoublement, de réorientation ou d’abandon qui reste stable autour de 15% depuis plusieurs années.
• Les conditions matérielles de travail et d’études demeurent les plus difficiles du lycée : effectifs lourds, hétérogénéité importante…
• La loi Fillon, dans un rapport qui devait être annexé proposait de rendre obligatoire la LV2, actuellement choisie par plus de 90% des élèves. Le nombre d’enseignements de détermination serait alors réduit à un seul, portant le tronc commun à 26H, la diversification ne concernerait plus que 3H de cours.
• Les évolutions des flux d’orientation vers les séries générales et technologiques obéissent toujours aux mêmes ségrégations sociales et de genre. Cependant la loi Fillon impose des objectifs de modifications importantes dans la répartition des séries : augmentation de la part des filles dans la série S, augmentation du nombre d’élèves suivant un enseignement d’allemand, relance de la série L…
• Des initiatives fleurissent dans le cadre de l’article 34 de la loi Fillon permettant l’expérimentation locale de dispositifs horaires et pédagogiques modifiant les principes nationaux. Ainsi, à partir du constat qu’aucun enseignement de détermination n’ouvre vers la série S dont tous les enseignements obligatoires (spécialités comprises) font partie du tronc commun de seconde, des établissements expérimentent un nouvel enseignement de détermination « sciences ». L’IG propose, dans le cadre d’une relance de la série L d’imaginer une nouvelle définition des enseignements de détermination.
• L’UNL (Union Nationale des Lycéens) demande la mise en place dès la seconde de travaux interdisciplinaires intégrant les problématiques liées à la construction d’un projet d’orientation.
• Le SNES s’est donné, au congrès national 2005 du Mans, un mandat d’étude sur la mise en place en classe de seconde de dispositifs permettant la préparation des travaux interdisciplinaires en première et assurant l’acquisition de compétences en matière de recherche documentaires.

Dans ce contexte nouveau, il semble nécessaire de reprendre la réflexion sur l’organisation de cette classe. Il faut éviter que le cadre expérimental installé par la loi Fillon et les recommandations de l’audit « grilles horaires au lycée » sur une adaptation locale d’une partie de l’horaire (jusqu’à 20%) ne débouchent sur une déréglementation totale. L’enjeu est aussi de permettre une véritable diversification qui ne soit pas réduite à la portion congrue rendant vain tout espoir d’améliorer les conditions de choix d’orientation des élèves et toute tentative de construire la motivation indispensable à la réussite dans cette année charnière.

Les modifications de la structure même de la classe de 2GT peuvent avoir des conséquences importantes sur :
• L’existence même de certains enseignements du lycée qui n’existent que sous forme de spécialités du cycle terminal ou sous forme optionnelle (enseignements technologiques, SES, langues anciennes, enseignements artistiques…)
• Les équilibres entre les différentes séries du lycée général et technologique.

Quelques éléments du débat :

Option « sciences en seconde »
Le projet d’action sciences

L’analyse de l’APMEP

La présentation sur le site de l’académie de Nancy-Metz

La position du SNES

Le rapport de l’Inspection générale sur la série L

Le projet de l’UNL

Extrait du congrès du Mans, avril 2005, thème 1

Autres articles de la rubrique Congrès national 2007 de Clermont-Ferrand thème 1