Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Yves Caumon (France)

"L’Oiseau" Sortie en salles le 25 janvier 2012

Anne travaille dans les cuisines d’un restaurant. Elle vit seule dans un appartement ordinaire et on ne lui connaît aucune attache. Son existence repose sur ses allées et venues routinières, la répétition des gestes ménagers et surtout, elle ne semble occupée par aucun désir d’aucune sorte.
Elle a pris l’habitude d’être transparente, de n’attirer sur elle l’attention de personne.
Un jour, un oiseau entre mystérieusement chez elle par un orifice qu’elle a percé dans un mur pour tenter d’identifier un bruit sourd qui l’empêchait de dormir.

Le film d’Yves Caumon n’est pas à recommander aux amateurs de cinéma palpitant. Il ne l’est pas plus à ceux qui vont au cinéma pour se voir et s’entendre raconter une histoire.
L’intérêt que porte le cuisinier du restaurant à la jeune femme ne tournera pas à l’idylle et les manières maladroites d’Anne décourageront un homme rencontré par hasard, qu’elle voulait approcher, instinctivement, sans trop savoir ce qu’elle attendait de lui.
Yves Caumon donne la clé de son film quand il déclare qu’il a réalisé un documentaire sur une comédienne en train de s’emparer d’un personnage.
C’est sans doute ainsi qu’il faut aborder cette œuvre atypique, pourtant construite et réalisée comme un film de fiction. Ce que "L’Oiseau" est aussi, puisqu’il comporte un tracé narratif si léger soit-il et un dénouement ouvert.
Il ne faut pas s’attendre non plus, avec l’arrivée de l’oiseau dans l’appartement, à une coloration fantastique du récit. L’oiseau n’ayant rien d’inquiétant ni par son aspect –c’est une tourterelle inoffensive- ni par sa façon d’évoluer dans les différentes pièces. Cependant son apparition garde tout son mystère tout comme les bruits répétés qui troublaient le sommeil de la jeune femme.
Sandrine Kiberlain est une de nos grandes comédiennes. Elle a été séduite par le rôle et par la proposition d’Yves Caumon : elle s’occuperait du personnage, lui de la mise en scène.
Anne est ainsi devenue une lointaine cousine de Jeanne Dielmann. Comme le personnage imaginé par Chantal Akerman, son existence tient aux habitudes réglées au millimètre près, à la répétition tout aussi minutieuse des gestes ordinaires.
Jeanne Dielmann recevait chez elle des hommes qui la payaient et la prostitution "ménagère" entrait dans le cercle des habitudes.
Anne, elle refuse toute proposition d’amitié ou d’amour, sans doute pour ne pas avoir à modifier en quoi que ce soit son quotidien, sachant très bien les conséquences que pourrait avoir sur sa vie, le moindre grain de sable.
Mais alors qu’on croyait Anne définitivement cantonnée dans sa vie réglée, voilà que le film prend le large et elle avec, plongeant le récit dans un paysage fluvial, un univers aquatique et verdoyant.
Ce détour inattendu du récit aura un effet salutaire et Anne, laissant tout derrière elle se rendra, sans crier gare, des semaines (des mois ?) plus tard au rendez-vous que lui avait donné le cuisinier du restaurant amoureux d’elle..
On peut voir "L’Oiseau" comme une aventure passionnante.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)