Actualité théâtrale

"L’Opéra paysan" au Théâtre de la Cité Internationale du 16 au 21 octobre

Créé en 1998 par la troupe « Pintér Béla es Tarsulata » dont la particularité est de mêler acteurs professionnels et amateurs, « L’Opéra paysan » qui a connu un immense succès, tourne depuis dix ans dans le monde entier. Spectacle difficilement classable, il mélange les genres et associe dans sa dramaturgie, légendes villageoises et événements du quotidien d’aujourd’hui. La partition mixe chansons folkloriques hongroises, musique baroque et Pop-Rock.
Le support narratif est un mariage à la campagne que viennent assombrir des révélations du passé, des événements longtemps cachés, des histoires d’inceste, de meurtres, de passions clandestines. C’est du théâtre musical extravagant où l’humour fait à chaque fois voler en éclats les drames les plus sombres.
L’histoire du spectacle elle-même est surprenante car Béla Pintér, pour le construire n’est pas parti d’un sujet sur lequel se seraient greffées musiques et légendes. Son idée de départ fut au contraire, d’utiliser certaines lamentations de la musique folklorique transsylvanienne pour en arriver ensuite aux lignes directrices de la dramaturgie. Et même si les chansons occupent toute la durée du spectacle, celui-ci n’est pas considéré par son auteur comme un opéra mais comme une pièce de théâtre d’un genre particulier.
Du coup, « L’opéra paysan » est devenue une pièce emblématique non seulement au sein du travail de la compagnie mais plus largement dans le paysage du théâtre hongrois.
Même si la troupe « Pintér béla es Tarsulata » est une des plus célèbre de Hongrie et si les pièces qu’elle produit attirent de nombreux spectateurs, elle se trouve en grande difficulté financière. Les subventions sont faibles et les artistes qui la composent sont obligés, pour vivre, d’accepter des petits boulots annexes.
Béla Pintér est né en 1970 à Budapest. En 1998, il crée sa propre troupe qui, dès les premières écritures, est reconnue et remporte à trois reprises le Prix de la Critique hongroise.
En 2003, Béla Pintér intègre le Théâtre National Hongrois comme metteur en scène invité. Depuis « L’opéra paysan », et "Dievouchka" en 2003, il est reconnu à l’étranger. Aujourd’hui il est, avec Arpàd Schilling, l’un des représentants du nouveau théâtre hongrois.
Francis Dubois

Théâtre de La Cité Internationale
17 boulevard Jourdan. 75014 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 13 50 50
"L’Opéra paysan". Texte et mise en scène Béla Pintér.
Musique Benedek Darvas. Du 16 au 21 octobre dans le cadre du Festival d’automne à Paris. Spectacle en hongrois sur titré en français.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)