Actualité théâtrale

au Théâtre de la Bastille, jusqu’au 9 octobre

« L’Oral et Hardi » partenaire Réduc’snes

Une énergique déclaration d’amour à la langue, c’est ce que Jacques Bonnafé a tiré des textes provoquants, et poétiques de Jean-Pierre Verheggen. Des lapsus aux calembours, des associations de sons et d’images, des dérapages contrôlés d’un mot à l’autre avec « la faute de frappe au bord des lèvres » (Jacques Bonnafé) on s’étonne, on rit, on perd son souffle en se laissant entraîner par le rythme d’enfer qu’imprime l’acteur. Il passe de l’art du clown à celui du slameur, il se régale du discours de l’homme politique qui se laisse emporter par des successions d’expressions toutes faites, qui mises bout à bout révèlent le vide sidéral du propos, comme de l’argumentaire du manager tout aussi creux. Cela démarre très fort avec un Bonnafé costumé et cravaté qui déclare de la salle « Qu’il me soit permis, avant de prendre la parole de vous dire ces quelques mots » et il ne va pas s’en priver. Avec Jean-Pierre Verheggen il nous invite à oser tous les niveaux de langue : "Parlez verlan si ça vous chante mais parlez verlan comme l’aurait fait Paul Verlaine en son temps, parlez-le en poètes, parlez en Paul Verlan tant qu’à faire ! Creusez-vous la tête ! Ecrivez !". Il n’hésite pas à dynamiter le sérieux compassé, le bien-pensant, le politiquement et culturellement correct : « Saint-John berce mon cœur d’une langueur excessive ». Jacques Bonnafé qui se dit « languedicapé de naissance » développe une agilité dans la parole autant que dans son occupation de la scène qui laisse tout le monde pantois. C’est brillant, intelligent et drôle et l’on ne s’y trompe pas en voyant l’air réjoui et heureux des gens qui sortent de la salle.
Micheline Rousselet

Jusqu’au 9 octobre à 21 h, le dimanche à 17 h. Relâche le lundi.

Théâtre de la Bastille
76 rue de la Roquette, 75011 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 43 57 42 14
www.theatre-bastille.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La 7è vie de Patti Smith »
    Dans la banlieue de Marseille en 1976, une jeune adolescente au corps androgyne, timide et mal dans sa peau, entend lors d’une soirée entre amis un disque avec la voix de Patti Smith et son cri... Lire la suite (20 février)
  • « Les grands rôles »
    On entend une démarche boiteuse et un acteur arrive en traînant une chaise qui fait le bruit de sa canne. Le monologue de Richard III démarre et le rire aussi quand un acteur échappé de Lucrèce... Lire la suite (19 février)
  • « Fanny et Alexandre »
    Les spectateurs finissent de s’installer dans la salle Richelieu et Denis Podalydès s’avance au bord du plateau, vêtu d’un long manteau de scène, pour leur rappeler d’éteindre leurs téléphones... Lire la suite (18 février)
  • « La conférence des oiseaux »
    Il y a quarante ans Jean-Claude Carrière adaptait pour Peter Brook l’un des plus célèbres contes soufi du Persan Farid Uddin Attar (1142-1220). La conférence des oiseaux raconte comment, encouragés... Lire la suite (14 février)
  • « Premier amour »
    Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et... Lire la suite (7 février)