Actualité théâtrale

au Théâtre de la Bastille, jusqu’au 9 octobre

« L’Oral et Hardi » partenaire Réduc’snes

Une énergique déclaration d’amour à la langue, c’est ce que Jacques Bonnafé a tiré des textes provoquants, et poétiques de Jean-Pierre Verheggen. Des lapsus aux calembours, des associations de sons et d’images, des dérapages contrôlés d’un mot à l’autre avec « la faute de frappe au bord des lèvres » (Jacques Bonnafé) on s’étonne, on rit, on perd son souffle en se laissant entraîner par le rythme d’enfer qu’imprime l’acteur. Il passe de l’art du clown à celui du slameur, il se régale du discours de l’homme politique qui se laisse emporter par des successions d’expressions toutes faites, qui mises bout à bout révèlent le vide sidéral du propos, comme de l’argumentaire du manager tout aussi creux. Cela démarre très fort avec un Bonnafé costumé et cravaté qui déclare de la salle « Qu’il me soit permis, avant de prendre la parole de vous dire ces quelques mots » et il ne va pas s’en priver. Avec Jean-Pierre Verheggen il nous invite à oser tous les niveaux de langue : "Parlez verlan si ça vous chante mais parlez verlan comme l’aurait fait Paul Verlaine en son temps, parlez-le en poètes, parlez en Paul Verlan tant qu’à faire ! Creusez-vous la tête ! Ecrivez !". Il n’hésite pas à dynamiter le sérieux compassé, le bien-pensant, le politiquement et culturellement correct : « Saint-John berce mon cœur d’une langueur excessive ». Jacques Bonnafé qui se dit « languedicapé de naissance » développe une agilité dans la parole autant que dans son occupation de la scène qui laisse tout le monde pantois. C’est brillant, intelligent et drôle et l’on ne s’y trompe pas en voyant l’air réjoui et heureux des gens qui sortent de la salle.
Micheline Rousselet

Jusqu’au 9 octobre à 21 h, le dimanche à 17 h. Relâche le lundi.

Théâtre de la Bastille
76 rue de la Roquette, 75011 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 43 57 42 14
www.theatre-bastille.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Iphigénie »
    Quand la France a été mise en confinement, Stéphane Braunschweig, directeur du théâtre et metteur en scène, a repensé à la tragédie de Racine, où l’armée des Grecs, en partance pour la guerre de Troie, se... Lire la suite (29 septembre)
  • « Les pieds tanqués »
    Pétanque vient du provençal « pé », pied et « tanca » pieu. Jouer à la pétanque c’est donc jouer aux boules pieds joints et non en prenant de l’élan comme à la lyonnaise. Comme on est en Provence, un... Lire la suite (27 septembre)
  • « Crise de nerfs »
    Peter Stein a choisi de mettre en scène trois courtes pièces de Tchekhov et de confier à Jacques Weber le rôle principal. Le metteur en scène a choisi de commencer par la pièce la plus sombre, qui... Lire la suite (26 septembre)
  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)